Référence multimedia du sénégal
.
Google

Election présidentielle en Guinée-Bissau : Le dilemme

Article Lu 1738 fois

La Guinée-Bissau, ancienne colonie portugaise à l’histoire politique chaotique, élit dimanche un nouveau président mais aucun des deux candidats n’offre un réel espoir de rompre avec le passé.



Election présidentielle en Guinée-Bissau : Le dilemme
Le scrutin, déclenché par l’assassinat en mars du président Joao Bernardo "Nino" Vieira, a permis de stopper l’escalade de représailles entre la présidence et l’armée qui a culminé avec les meurtres concomitants de Vieira et du chef d’état-major.

Cependant, le paysage politique reste dominé par des visages et des problèmes familiers.

Malam Bacai Sanha a été président par intérim entre 1999 et 2000 à la suite d’un coup d’Etat et d’une brève guerre civile.

Soutenu par l’ethnie Balante, majoritaire dans le pays, son rival Kumba Yala avait gagné la présidentielle de 2000 avant d’être renversé trois ans plus tard. Pendant son mandat écourté, le pays a connu quatre Premiers ministres, plus de 80 ministres et l’interruption des prêts du Fonds monétaire international.

Quel que soit le vainqueur, prédit Richard Reeve, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest à l’institut britannique Oxford Analytica, "c’est l’armée qui décide en Guinée-Bissau".

Sanha représente le parti au pouvoir (Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap Vert, PAIGC), Yala est le candidat du Parti du renouveau social (PRS).

"Les militaires sont plus opposés au PAIGC qu’au PRS parce que le PAIGC a été bien plus explicite sur la réforme des forces de sécurité", souligne Richard Reeve.

NOIX DE CAJOU ET COCAÏNE

"Il est essentiel que l’autorité de l’Etat soit rétablie de manière à assurer la sécurité physique de tous les citoyens", a déclaré Sanha cette semaine pendant la campagne.

L’armée a plusieurs fois manifesté sa volonté d’intervenir dans les affaires publiques depuis l’indépendance du pays en 1974. Elle affirme sa neutralité mais de nombreux officiers furent promus pendant le mandat de Yala à la tête du pays.

Les années d’instabilité et de violence politiques expliquent aussi le manque d’investissements étrangers dans le pays, l’un des plus pauvres au monde, dont les principales exportations sont le poisson et les noix de cajou.

La Guinée-Bissau est devenue une plaque tournante du trafic de cocaïne sud-américaine vers l’Europe. Les cartels profitent de la faiblesse de l’Etat et s’appuient sur des complicités au sein des forces armées.

"Quiconque accèdera au pouvoir devra s’attaquer à ces dures réalités, mais avec le soutien de la communauté internationale dans la lutte contre la drogue", déclare Kissy Agyeman-Togobo, de l’institut IHS Global Insight. "Le pays a besoin de réformer ses forces de sécurité et de se doter d’institutions capables." Kumba Yala n’est pas jugé en mesure de rassembler au-delà de sa seule ethnie Balante, ce qui conduit les commentateurs à faire de Malam Bacai Sanha le favori du scrutin. "Les pratiques du passé pourraient suggérer que Kumba Yala contestera ce résultat mais sa capacité à provoquer des troubles est assez limitée", assure Richard Reeve.

source : Reuters/Sen24heures.com

Article Lu 1738 fois

Samedi 25 Juillet 2009





1.Posté par gaye.... le 25/07/2009 08:42
kuma yala et dadis camara sont les memes,

2.Posté par Moussa le 25/07/2009 13:42
pauvre guinée bissau, kel choix!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:24 Un avion s'écrase au Pakistan, aucun survivant

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State