Référence multimedia du sénégal
.
Google

Election présidentielle: Qui en 2012 ?

Article Lu 11741 fois

A un peu plus de deux ans de l’élection présidentielle de 2012, le Sénégal politique vit une situation marquée par au moins quatre faits majeurs :

- Un Président sortant en âge avancé dont la candidature sera difficilement défendable malgré la possibilité de droit.

- Un parti au pouvoir qui, à force de guerres fratricides, d’arrogance et d’erreurs graves, ne pourra pas faire bloc autour d’une seule candidature

- Une opposition réunie autour de Bennoo Siggil Senegaal qui, après l’union sacré des locales de 2009, fera difficilement le choix de la candidature unique

- Une société civile sans leadership véritable capable de faire le suffrage citoyen nécessaire au hold-up face aux politiques



Election présidentielle: Qui en 2012 ?
Cette situation clair-obscur va certainement perdurer jusqu’en 2012 et ne sera pas pour faciliter la décision de l’électeur sénégalais qui procède plus par renoncement exclusif que par choix adhésif.

Sauf extraordinaire, l’essentiel des électeurs sénégalais savent à un peu plus de deux ans de la présidentielle de 2012 le choix ou les choix qu’ils ne feront pas. Le problème majeur est le choix qu’ils vont faire. Cette situation les place dans une sphère d’indécision qui ouvre le vaste champ de toutes les possibilités. L’électeur sénégalais semble avoir fini de comprendre le poids réel de sa carte électorale. Le jour du vote est ainsi le moment extraordinaire d’égalité entre le citoyen lambda et le chef de l’état qui durant un mandat a tenu les destinées de la nation. C’est un moment de sanction positive ou négative de toute une action.

Avant 2000, certaines situations confuses faisaient que beaucoup électeurs étaient sous influence de pouvoirs religieux, traditionnels ou, simplement sociaux. Pour ces électeurs, il fallait attendre et entendre ce que pensent ces leaders locaux pour orienter le choix. Depuis 2000, et de plus en plus, les citoyens font le tri entre le spirituel et le temporel et résistent en silence aux orientations politiques des « grand électeurs » qui aux aussi hésitent à donner des consignes de vote pour ne pas perdre la face en cas d’échec de leur candidat. Aujourd’hui, le champ d’impact des consignes de vote se rétrécit au rythme de la conjoncture économique. L’électeur qui vit la crise et qui la subit dans sa chaire sait dire non une fois dans l’isoloir à son marabout, à son mentor local. Il le fait mois par défiance que par réalisme. Il vote pour l’avenir. Le moment du scrutin est un instant privilégié pour ne pas se mentir à soi-même, pour regarder le miroir de sa conscience et faire le choix déterminant. Ce choix tiendra compte de l’environnement social, économique, culturel, cultuel, psychologique. Ce choix est d’abord sanction ou récompense des gestionnaires sortant de la chose publique.

Les sénégalais majoritairement en sont la, indécis même si, dans leur table de valeurs certains candidats s’auto-excluent eux-mêmes. Ils ne voteront plus pour les mains sales. Ils ne voteront plus pour l’arrogance. Ils ne voteront plus pour l’incompétence. Ils ne voteront plus pour l’indécence. Ils ne voteront plus pour la ruse.

Pour qui voteront-ils ?

Le candidat à élire en 2012 devra plus incarné une transition qu’une vision. La personnalité du candidat sera plus déterminante que son programme ou son appareil. Il devra donner des assurances claires par son parcours et sa sagesse que la république sera restaurée, que les citoyens seront d’égal dignité, que le mérite sera valorisée, que la solidarité ira aux nécessiteux, que l’état sera protecteur et non répressif, que le cœur du président sera imbibé d’amour pour chaque individu. Les électeurs ne voudront plus d’un homme distant dans une tour d’ivoire encore moins d’un populiste jouant avec leur sensibilités. Ils attendront les candidats sur les thème du courage, de la persévérance, de la nécessité enfin de faire le bilan (non la chasse au sorcière) des cinquante deux ans d’indépendance.

Qui sera élu chef de l’état du Sénégal en 2012 ? Qui est actuellement en pool position ? Qui a plus de chance que les autres ? Répondre objectivement à ces questions relève sincèrement en l’état actuel du casse-tête chinois.

Les candidats potentiels qui viendraient du Sopi actuel seront un peu trop « grillés » par le lourd fardeau d’explication qu’ils doivent à un peuple qui n’acceptera pas l’omerta sur certains faits pour ne dire fautes de gestion évoqués sur la place publique. Il est quasi illusoire qu’un candidat qui accepterait de défendre, au-delà du béton, le passif du Sopi puisse emporter le suffrage des électeurs en 2012. Le Sopi n’a pas rempli le contrat moral qui le liait aux électeurs massivement civils et apolitique de 2000. Le Sopi, en dépit du béton de Dakar et Thiès laisse et laissera un pays révulsé par des pratiques difficilement défendables parce que sortant des limites tolérées par le bon sens. « On ne trompe pas plus de deux fois une….. » disait l’autre Dame ou Ex du Sopi.

Quid de Bennoo Siggil Senegaal ?

Du coté de Bennoo, les « septuagénaires et presque » voudront sans doute faire leur baroud d’honneur en tentant leur dernière chance pour 2012. Il leur sera difficile de faire avaler la pilule de leur désunion même stratégique. Parmi les jeunes loups de Bennoo, certains seront tentés de se mettre en orbite dès 2012 pour marquer une certaine constance payante vers les joutes de 2017 et 2022. Leur pari sera risqué même s’ils peuvent faire prévaloir une certaine virginité pour non implication dans les affaires des cinquante années d’indépendance. Leur âge et leur manque d’expérience seront des handicaps majeurs pour rallier les suffrages. Bennoo a intérêt à désigner le candidat unique au moins six mois avant les élections pour permettre la campagne d’explication nécessaire à une adhésion populaire.

Auront-ils ces leaders de Bennoo, la hauteur nécessaire à un renoncement historique au nom de la république ? That is the question. Une pluralité de candidatures issues de Bennoo entrainera inéluctablement un fort taux d’abstention d’électeurs qui feront le choix du non choix pour sanctionner tout le monde.

Le Sénégal de 2012 a plus besoin de transition vers de vraies valeurs que d’effritement électoraliste.

Qui alors en 2012 pour organiser la transition ?

En vérité, Le Président que les sénégalais devront élire en 2012 ne sera pas perçu comme un messie. L’expérience du Sopi aura au moins le mérite de démystifier la personne au profit d’institutions fortes. Mais ce sont les hommes qui font les institutions et, la personnalité du futur Président restera déterminante. Le Sénégal de 2012 sera vraiment démocratique ou ne le sera pas pour longtemps encore.

Tout dépendra du rapport que le futur Président aura avec les trois A :
Argent, Administration, Affaires.

Le Président élu en 2012, n’aura pas un pays à construire mais bien des valeurs à restaurer d’abord.

Qui en 2012 ?

La question n’est pas posée trop tôt. Elle est d’actualité et elle n’est pas taboue dans la tête de l’électeur dont la rationalité n’est pas sincèrement prise en compte par les hommes politique.

L’électeur sénégalais est largement en avance sur les hommes politiques qui pensent encore avoir affaire à des prospects qu’il faut convaincre par des artifices.

Dans le calendrier républicain, 2012 c’est dans un peu plus de deux ans.

Dans la tête des électeurs, 2012 c’est maintenant et c’est vital pour la démocratie et le développement réel de l’ensemble du Sénégal. Ensemble voulant dire au-delà de Dakar et ses inondations anachroniques face au béton que, pourtant l’on nous chantait en grande pompe hier.

Mamadou NDIONE
Mandione15@gmail.com
Source Siweul.com

Article Lu 11741 fois

Vendredi 28 Août 2009





1.Posté par diop le 28/08/2009 08:14
Ils sont tous pareils les politiciens : wade, tanor, niasse, bathiely etc... Ce sont pas ces gens qui vont sortir le senegal dans le gouffrre.
Vraiment je ne vois pas l'homme qui merite d'etre president en 2012.

2.Posté par gaye le 28/08/2009 08:37
sont tous des cretins des malhonnetes : le senegal est maudit! il faut un cadre qui n est pas politicien comme l' a fait le benin....
TOUS DEHORS!

3.Posté par gaye le 28/08/2009 08:40
Ce qui me deplait le plus chez tous chez tous ces gens leur esprit de larbin,leur soumission à des marabouts fous et ignorants.......et leur manque de sinceritè tous sont des vaniteux.....ceux ne sont pas ces gens qui peuvent dirriger un pays ...aucune personalitè!!!!!!!!

4.Posté par Jules Diop le 28/08/2009 10:40


Enlever la photo de Wade
Écoutez ceci
http://www.dakaronline.net/Diskuur-Wolofal_a500.html

5.Posté par MOLACK le 28/08/2009 11:38
2012 , une année qui sera déterminante pour la survie de notre Nation, le Sénégal. Le peuple doit être souverain, chaque sénégalais devra faire un bon choix, un choix réflèchi, un choix pour un développement durable. Certaine personnes doivent cesser de voter pour une enveloppe de 25 000 frs ou un sac de riz ou même pour une visite de proximité.Ces politiciens sont loin d'être les hommes de la situation.Le prochain président de la République du Sénégal ne devra être membre d'aucune confrérie, ne doit pas être un "Ibadou Rahman" à la sénégalaise c'est à dire renier sa tradition en faveur de celle des Arabes.Il doit être musulmans non redevable à aucune famille maraboutique lolou dalle moma doy wala

6.Posté par mia le 28/08/2009 11:40
Le senegal est dans une situation ou seul un president digne peut le gouverner.

7.Posté par dess le 28/08/2009 11:45
Rassurez vous notre futur president risque de venir de la gambie

8.Posté par rear le 28/08/2009 12:29
Seul un Karim wade peut faire l'affaire, il va mater tous ces petits maraboutons et soit disant journalistes

9.Posté par pays le 28/08/2009 12:44
"Le Président élu en 2012, n’aura pas un pays à construire mais bien des valeurs à restaurer d’abord. "

Bien dit

10.Posté par torodo le 28/08/2009 12:45
cheikh bamba dièye

11.Posté par idi le 28/08/2009 12:58
Idrissa peut s'entendre avec tout le monde

12.Posté par leuk le 28/08/2009 13:15
mon ga s'il élection en 2012 la prochaine sera en 2019 car noublie pas que wade et ses députés godillos ont modifié l'qrticle 27 de la constitution. et en 2019 C MOI qui sera président je suis le leader des masses révolutions. sur sununews. com g vu une contribution de ALI haidar soutenant que bennoo doit de se trouver un leader qu'en pense vraiment les internautes ca va completer cettel'article

13.Posté par domouréwmi le 28/08/2009 14:03

l'heure de vérité approche à grand pas et on a assez des responsables irresponsables et injustes

Sénégal notre pays, notre patrie, notre nation, notre Terre Mère, je vous salue.
Sénégal de nos pieux ancêtres dignes d’éloges, de foi, de dignité et pleines de valeurs humaines qui ont montré au monde qu'’être noir ne signifie pas être inferieur.
Sénégal ! Vous êtes certes petit de par votre superficie, mais grand de par vos illustres fils qui ont su hissé votre nom aux quatre coins du globe.
Cependant Sénégal notre Terre Mère à souffert, souffre et continue de souffrir de l’entêtement de ses fils qui ont dévié du droit chemin, celui du travail pour le développement.
L’alternance de 2000, que dis-je ? L’alter noce n’a fait qu’empirer votre souffrance. Oh ma Mère ! Que le bon dieu assèche tes larmes à jamais.
Tout apogée connaitra un déclin et seul le pouvoir de Dieu est éternel. Le peuple sénégalais n’acceptera jamais qu'’on lui impose un président. Pour accéder à la magistrature suprême il faut solliciter le suffrage universel dans l’honnêteté, la transparence, la démocratie et la justice. Accéder au pouvoir par d’autres moyens serait suicidaire pour quiconque le tenterait. Notre pays ne sera jamais une propriété privée à la solde d’un clan dirigé par un monarque. On ne peut pas comprendre l’arrogance avec lequel ces chefs d’état africains dirigent leur pays. Ils ont tous signé la mort de l’Etat de droit, leur seul souci est de s’éterniser au pouvoir par tous les moyens.
Au 21e siècle, la dictature n’a plus droit de citer sur cette terre car les hommes sont devenus matures. Nous préférons mourir dans la dignité plutôt que de vivre dans l’oppression. Toute chose a son temps. L’heure du vrai changement a sonné Grand père Wade, nous vous avons tout donné en 2000. On a attendu 9 ans, 9 années de galère, de manipulations machiavéliques, de sabotage des institutions, de corruption, de scandales financiers à coup de milliards, bref, que d’errements, ça suffit. Grand père Wade, saisissez vous et rectifier le tir pendant qu’il est encore temps. Le peuple vous a lancé un signal fort aux locales. On ne veut plus de vous. Pour l’amour de Dieu et pour l’intérêt supérieur de la nation, passez le témoin à la jeunesse, cette jeunesse qui a tant souffert de votre régime.
Nous allons prouver au monde que nous sommes capables de gouverner et de bien gérer les affaires du pays. Avec l’appui des sages hommes politiques qui ont concouru à votre avènement, nous relèverons ce défi. Je remercie l’opposition significative pour sa lutte contre l’oppression.



Chez nous les jeunes, l’accès au pouvoir ne saurait signifier l’accès aux richesses, mais plutôt le début d’un sacerdoce au combien noble : travailler pour son pays, par amour et par devoir.
Mes chers compatriotes, l’heure est grave et si nous laissons ce régime d’oppression faire, nous risquons de tomber tous dans le gouffre. Il est tant d’assainir le paysage politique du Sénégal. Notre pays regorge de richesse et notamment en ressources humaines. L’avenir de ce pays est entre les mains des jeunes. Deux qualités sont indispensables à un dirigeant : la Justice et l’équité. Plaçons notre confiance sur un homme aux mains propres, un homme digne de foi, d’amour de sa patrie. Un homme sûr, jeune, intègre mais surtout véridique et bien intentionné .Mes chers compatriotes, ouvrez grand les yeux et dites moi sans complaisance ni parti pris qui dans l’arène politique incarne autant de valeurs si ce n est cet homme qui représente si dignement le peuple à l’Assemblée Nationale. Un homme au langage courtois et aux idées claires. Mes chers compatriotes, je veux parler de ce fils de Saint Louis qui, par le travail et la persévérance est devenu député du peuple puis maire. Sénégalaises et sénégalais, prenons notre destin en main car nous pouvons belle et bien renverser la tendance.
Aucun Etat ne peut subsister sans un sérieux pouvoir de commandement et des lois justes qui contraignent l’appétit des désirs et des passions sans fin.
On ne peut s’empêcher de constater que l’histoire est un éternel recommencement et que les actions vont et viennent, ils ne font que changer d’acteurs. Mais le vrai changement, je veux parler du changement positif qu’attend le peuple trahi jusqu’ici et déçu de la politique du pouvoir absolu de Wade ,est bien possible avec des hommes vertueux, respectueux et respectables. Des hommes qui savent joindre l’acte à la parole, des politiques qui savent choisir les hommes qu'’il faut à la place qu'’il faut et au bon moment.
Le Sénégal a besoin de nouveaux genres de politiques : des hommes de valeurs dignes et compétant. Des hommes de morale et d’éthique prêt à servir le Sénégal et non se servir du Sénégal. Mes chers compatriotes, soutenons sans ménage Cheikh Bamba Diéye pour l’intérêt supérieur de la nation à nous sortir du gouffre car c’est le moment ou jamais de déguerpir cette dictature wadiste et de restaurer la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays.
Le vent du vrai changement a soufflé et ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Mes chers compatriotes tenez vous prêt car demain se prépare dés aujourd’hui. Nous sommes dans une obscurité totale causée par la mal gouvernance de ces dirigeants égoïstes et irresponsables. Mais demain il fera jour et la vérité jaillira, le Sénégal renaitra, à bon entendeur.




14.Posté par diaw le 28/08/2009 14:40
"MOLAK" ta contribution etait super au debut mais cette phrase "Il doit être musulmans " dans un pays laïc fait froid au dos. Merci à tous ces commentaires, au moins vous savez que les politiciens en afrique sont tous des requins à dents aiguisées. je vois personne parmi ces grandes gueules qui peut diriger le sénégal.

15.Posté par lily le 28/08/2009 14:44
j suis pr cheikh bamba dièye

16.Posté par lamzo le 28/08/2009 15:21
TOUS DERIERE CHEIKH BAMBA DIEYE

17.Posté par A le 28/08/2009 15:22
Tout sauf Idrissa Seck. Au nom du mois béni, que Dieu protège le Senegal contre Idrissa Seck et ses manigances sataniques. Amiin!

18.Posté par pointini le 28/08/2009 15:28
tous les memes, da ngnu taneytey rek. bonnet blanc, blanc bonnet

19.Posté par le passant le 28/08/2009 16:05
bonjour a tous ,mè pourkoi ne pas choisir 1 president jeune ki a lè pieds sur terre pour le futur du senegal car vrèment on veut 1 senegal meilleur ,moi dèè je vise sur bamba dièye ,kan penser vs ?

20.Posté par Senegalais le 28/08/2009 16:13
Ya k cheikh bamba dieye qui a le profil du 4e president ... Lilahi wa rassouli boulenn ko khepp boulene ko soffantal .... le Senegal est en danger.

21.Posté par citoyen galsen le 28/08/2009 16:17
C pa par hasard k la photo de Cheikh Bamba Dieye se situe au dessus de Wade ... il est 1er sur la liste ... missal la.
Le temps du changement a sonne... Obama du senegal c BAMBA DIEYE

Yes we can!!!!!!

22.Posté par M.KANDJI le 28/08/2009 17:17
Au cas ou ce ne serait pas Cheikh Bamba DIEYE,parmi les autres visages affichés,il y'en a pas un qui n'est pas comparable à SANEKH,KARA,ou encore BETHIO LA BETE

23.Posté par kallissa le 28/08/2009 17:30
moi je voteré cheikhe bamba dieye incha allahou

24.Posté par SIMPETING le 28/08/2009 18:23
Il est jeune;crédible;intelligent; capable de diriger ce pays
Cheikh Bamba est l'espoir de tous les jeunes ;femmes ;adultes bref de tous les senegalais
Le ps a fait 40 au pouvoir dafadoy;il ont montré tous ce qu'il pouvait faire
Le pds fera 10 ans de pouvoir en 2012 et chaque senegalais a vu ce qu'il ont pu effectuer
2012 le pays aura un jeune Leader personne n'y peut rien;ce qu'il faudra faire c'est consientiser tout le peuple ç s'unir pour donner nos voix à Cheikh bamba dieye
C'est le candidat du Bénno sinon cete coalition ne survivra pas
Du courage cheikh Bamba

25.Posté par Nobody le 28/08/2009 18:42
Je continue de croire que Mamadou Lamine Diallo est la reponse.

26.Posté par papelaye le 28/08/2009 18:55
cheikh bamba dièye l homme de la situation

27.Posté par papelaye le 28/08/2009 18:56
seule lui fera l affaire il croit en kelk chose se cas je vs le jur

28.Posté par Doff Bii le 28/08/2009 19:50
ABDOU DIOUF, gnibbissile...

29.Posté par abdou diouf le 28/08/2009 20:14
tu ne connais rien toi l'auteur de cet article comment tu peux oublier MACKY SALL le plus en vue de tous ceux que tu as cite ici.

30.Posté par LE DEVELOPPEMENT? UN ESPRIT, UNE VOLONTE, DANS L'INTEGRITE le 28/08/2009 21:54
DIGNITE / RESPONSABILITE / MAINS PROPRES
AVEC CHEIKH BAMBA DIEYE L'ESPOIR EST PERMISE
Pour acheter des cartes d'adhésion au FSD/BJ et soutenir Cheikh Bamba DIEYE, appeler au 33 864 13 12 ou joindre le mail fsdbennojubel@hotmail.com


31.Posté par MC le 28/08/2009 23:59
Pourquoi pas GADIO ???????

32.Posté par azerty le 29/08/2009 01:14
CHEIKH BAMAB DIEYE OU GADIO!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
tout le reste 6=9

33.Posté par diego le 29/08/2009 01:41
bizar, pas de Niasse, ni Macky, encore moins Karim. Doit-on comprendre qu'ils sont de fait éliminéspar l'auteur de l'article, ou vraiment ils ne pèsent pas grand chose.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State