Référence multimedia du sénégal
.
Google

École Franco Arabe des parcelles assainies L'enseignant viole son élève

Article Lu 14470 fois

Encore un enseignant qui abuse de son élève. Eh oui ! Profitant des cours de rattrapage qu'il dispensait le soir chez lui à certains de ses élèves, il retenait de temps en temps la petite R. B pour satisfaire son envie libidinale. Monsieur risque de rester un long bail loin de son école.



Samedi 7 juillet. Il est presque 22 heures. La petite R B, âgée de 17 ans et élève en classe de Cm2 dans une école Franco Arabe sise aux Parcelles assainies et son cousin A D plus âgé qu'elle, sont sagement assis dans le salon de leur maison en train de tailler bavette. Soudain, le téléphone de leur grand- mère se met à sonner. Le cousin s'en saisit pour répondre et celui qui est au bout du fil d'émettre le souhait de parler à la fillette. « De la part de qui » s'enquit A D et la voix de laisser entendre « de son maître, Monsieur Kébé ». Le cousin tend l'appareil à R B et la surveille attentivement. Il remarque que sa cousine est quelque peu troublée et répond simplement par des « oui, oui ». Intrigué par son attitude mais aussi l'appel à pareille heure, il décide d’en savoir plus. Ainsi, dès que sa cousine a déposé le portable, il la soumet à un petit interrogatoire et la petite de lâcher le morceau : « Monsieur Kébé m'avait une fois embrassée dans la classe pendant la récréation et par la suite, il m'avait fait l'amour à trois reprises chez lui » indique t-elle. La révélation fait l'effet d'une bombe et la famille d'aviser sa mère absente de la maison. Et Coudi Ly de rappliquer dare-dare pour conduire R B chez un gynécologue pour une consultation. Le viol est constaté par le docteur Alseyni Dansokho qui leur délivre un certificat médical attestant d'une déchirure non récente de l'hymen sans entraîner d'hémorragie. Ledit document est joint à une plainte et le tout déposé par la mère au commissariat de police de Guédiawaye. Auditionnée en présence de sa génitrice, R B explique dans les moindres détails les faits. À l'en croire, Thierno Kébé, qui est leur maître, leur dispensait à elle et à d'autres des cours de rattrapage chez lui le soir. Seulement, il la retenait de temps en temps pour forniquer avec elle, ceci après qu'il l'a embrassée une fois en classe. Il m'avait menacée en me disant de ne rien dévoiler à personne et elle lui avait promis de ne pas le faire. Tout en faisant la description de la chambre de celui-ci et le slip noir qu'il portait à chaque fois, elle affirme que ce dernier est le premier homme à s'envoyer en l'air avec elle : « Je ne souviens pas de la date exacte de notre premier acte ni de celle du deuxième mais le troisième a eu lieu le 30 juin passé. Je n'ai jamais été consentante et une fois il m'avait même blessée J'ai essayé de crier, mais il m'en avait empêché en posant sa main contre ma bouche » soutient-elle. Et d'ajouter qu'elle ne sait pas vraiment ce qui l'a poussée à ne pas le dénoncer.

Le mis en cause parle de machination contre lui

Pour Thierno Kébé, il n y a rien de véridique aux accusations portées contre lui. D'ailleurs, il n'arrive pas à s'expliquer pourquoi son élève l'accuse ainsi. Selon lui, c'est parce que celle-ci lui avait confié, avant son voyage à Keur Madibel, qu'elle avait besoin de lui et avait insisté pour qu'il l'appelle à son retour qu'il a osé lui téléphoner sur le numéro qu'elle lui avait donné pour l'informer qu'il est revenu. « Cette histoire est montée de toutes pièces, c'est une cabale ourdie contre moi. Si je l'avais violée comme elle le prétend, à coup sûr elle m'aurait dénoncé dans l'immédiat. C'est à cause de l'appel téléphonique que ses parents m'en veulent et s'acharnent sur moi, obligeant leur enfant à m'accuser de viol. À la question de savoir pourquoi R B seule ne payait pas les cours tandis les autres élèves lui versaient 1500 ou 2000 francs, il a répondu que c'était à la demande de cette dernière qu'il avait consenti à lui accorder cette faveur. Pendant la confrontation, aussi bien l'élève que son enseignant ont maintenu leurs propos. Au terme de l'enquête, Thierno Kébé, qui a soufflé ses 39 bougies, marié et père de 4 gosses, a été déféré au parquet hier vendredi pour viol sur une mineure de dix-sept ans.

Bounama Hann
Source: L'observateur

Article Lu 14470 fois

Dimanche 15 Juillet 2007





1.Posté par faye le 22/04/2009 16:16
je souhaite inscrire mon fils à une école internat franco arabe au senegal en internant et voudrais avoir les coordonnées des internats

bonne réception

dans cette attente,

cordialement

cordialement

2.Posté par faye le 24/04/2009 15:38
je souhaite inscrire mon fils à une école internat franco arabe au senegal en internant et voudrais avoir les coordonnées des internats , notamment celui des parcelles assainies


bonne réception

dans cette attente,

cordialement

cordialement

3.Posté par nom le 13/05/2009 16:17
je veux inscrire mon fils à l'école franco arabe des parcelles et voudrais avoir tous les renseignements en insternat.

bonne réception
Dans cette attente,

cordialement

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State