Référence multimedia du sénégal
.
Google

EXECUTION DU PLAN DES REFORMES BUDGETAIRES ET FINANCIERES: 23 milliards à chercher pour combler un «retard»

Article Lu 1837 fois

Alors que le gouvernement pense aux besoins de financement complémentaire du Plan global des réformes budgétaires et financières (Prbf), les bailleurs de fonds lui rappellent la nécessité de «redynamisation» de la mise en œuvre des actions de bonne gouvernance. Surtout à la suite des écarts de conduite notés ces dernières années (dépenses extrabudgétaires, accumulation des arriérés de paiement, trop grandes modifications dans l’exécution du budget).



EXECUTION DU PLAN DES REFORMES BUDGETAIRES ET FINANCIERES: 23 milliards à chercher pour combler un «retard»
Le Sénégal est à la recherche d’environ 23 milliards FCfa pour compléter les besoins de financement du Plan global des réformes budgétaires et financières (Prbf). C’est ce qu’a noté le document de référence présenté, hier, à l’atelier de validation du plan des réformes. Les coûts préliminaires des mesures prioritaires (dont la déconcentration de l’ordonnancement et le renforcement des dispositifs de contrôle externe) des réformes, étalées sur la période 2009-2012, sont évalués à environ 44 milliards FCfa. Mais, quelque 21 milliards FCfa sont disponibles, d’après la même source. Les besoins de financement du plan sont «énormes», a dit le ministre du Budget, indiquant que «les efforts budgétaires seront consolidés pour remédier à l’absence ou à l’insuffisance de dotations». Pourtant, le gap de financement du programme des réformes semble être moins un souci pour la délégation de la Commission européenne au Sénégal. «Malgré les ressources financières mises à la disposition du ministère de l’Economie et des Finances, les logiciels Sigfip (pour la gestion budgétaire) et Aster (pour la gestion comptable) ne sont pas suffisamment développés», a déploré le chef de la délégation de la Commission européenne, Gilles Hervio. Il a même relevé que comparé à d’autres pays de la sous-région (Bénin, Côte d’Ivoire) où ces logiciels sont implantés, «le Sénégal, souvent un exemple en matière de progrès, doit, là, rapidement rattraper son retard». Aussi, selon M. Hervio, les bailleurs de fonds qui soutiennent le plan s’attendent, à la suite de l’atelier, à «une redynamisation» de la mise en œuvre des réformes. En réalité, rappelle Gilles Hervio, les problèmes rencontrés ces derniers temps (dépenses extrabudgétaires, accumulation des arriérés de paiement, trop grandes modifications dans l’exécution du budget) ont «mis en exergue la nécessité de poursuivre et d’amplifier les réformes». Le Sénégal a donné son accord sur ce programme de réforme pour recentrer sa stratégie de mise en œuvre de pratiques budgétaires suivant les standards internationaux en matière de gestion des finances publiques. Il vise les objectifs de discipline budgétaire, d’allocation stratégique des ressources et la prestation efficace des services. L’enjeu principal est de «préparer de façon définitive les institutions, les systèmes et les processus à un basculement de l’aide projet vers l’appui budgétaire».

FATOU BINTOU K. NDIAYE,
Source L'Observateur

Article Lu 1837 fois

Jeudi 8 Octobre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State