Référence multimedia du sénégal
.
Google

EX TRAVAILLEURS DE AMA SÉNÉGAL:

Article Lu 1639 fois

L’annonce par le ministre du budget lors du vote de la loi rectificative de finances du paiement de leurs droits à tous les ex-travailleurs de la société de gestion des ordures ménagères Ama Sénégal dés le lundi, les avaient confortés dans leur espoir de voir le bout du tunnel.



EX TRAVAILLEURS DE AMA SÉNÉGAL:
A l’arrivée, seul les 320 travailleurs du « Groupement du garage de l’ex-Ama Sénégal », qui vont recevoir incessamment leurs lettres de licenciement des mains du liquidateur, seront indemnisés et 712 millions sont prévus pour cela. Plus d’un millier qui espérait faire partie du lot des indemnisés a déchanté et les plus récalcitrants ont été ramenés à la raison par la police de Dieuppeul.

La proposition de rupture du contrat de gestion des ordures ménagères de la région de Dakar avait en son temps créé de nombreuses perturbations à l’intérieur du système de nettoiement, de collecte et de transport des déchets solides. La première rupture en 2005 du contrat qui liait l’Etat du Sénégal à la société italienne Ama-Sénégal a vu une phase de transition pénible. Celle-ci était ponctuée par l’espoir d’une signature de l’avenant en négociation ; ce qui, devant l’incertitude du maintien du projet, avait alors entraîné une gestion difficile marquée par un défaut d’accompagnement des partenaires techniques et financiers. La rupture définitive à l’amiable du contrat avait ainsi fait monter l’inquiétude des travailleurs, très soucieux de leur sort malgré les promesses faites par les pouvoirs publics, notamment leur recrutement prioritaire par le futur repreneur. Entre la cacophonie de la phase transitoire et les limites de Véolia

Les manquements notés durant la phase transitoire par le ministère de l’Environnement dirigé alors par Thierno Lô renforçaient la précarité, les incertitudes et les tensions des travailleurs qui ne savaient plus à quel interlocuteur se fier. En effet, les retards de salaires, l’absence de protection sociale, les conditions de travail difficiles avec l’absence de matériels de protection (masques, gants, bottes, tenues, toile) constituaient autant de préoccupation des techniciens de surface pris dans l’étau du ministère et de l’entente Cadak-Car. Les séries de grève de la faim du Groupement des 320 travailleurs du garage de Ama Sénégal, dont 25 se sont privés des délices de la vie dans des containeurs où ils s’étaient enfermés pour l’observance de leur diète, illustrent parfaitement leur désarroi. Le président Wade, devant la saleté qui débordait de partout, et face à l’impuissance de M. Lô de débarrasser la ville des ordures qui s’amoncelaient à chaque coin de rue, mis à contribution son ministre de l’Agriculture de l’époque, en l’occurrence Farba Senghor, pour lustrer l’image hideuse de Dakar, « une ville sur les ordures »

L’arrivée de « Véolia Propreté », qui a signé avec l’Etat et ses démembrements un contrat provisoire test de trois mois pour la gestion des ordures ménagères de Dakar-plateau et la Médina, ne fit qu’accroître la suspicion et la conviction des anciens travailleurs de Ama Sénégal qui se considèrent comme les dindons d’une farce qui n’avait que trop duré. La reconduction tacite du contrat-test de Véolia, arrivé à terme depuis le mois d’avril dernier, a vu les employés de Ama, qui étaient pourtant promis par les pouvoirs publics comme prioritaires par l’Etat dans le recrutement, laissés sur le carreau au profit d’autres. La redevance que perçoit Véolia Propreté, les pratiques barbares d’un autre âge que subit les techniciens de surface et les conditions inhumaines de travail faisant fi au code du travail et à la dignité humaine sont autant de griefs que soulèvent de façon récurrente les ex-agents de Ama Sénégal. Avec le départ de Thierno Lô du ministère de l’environnement, l’entente Cadak-Car qui gérait la gestion des ordures, une compétence transférée aux collectivités locales, l’imbroglio persistait avec des salaires qui étaient payés publiquement comme de l’aumône, après un tapage médiatique sans précédent. C’est dans ce contexte de flou ordurier que Ibrahima Sarr, le nouveau ministre délégué chargé du budget qui s’est chargé du dossier pour le paiement des indemnités aux ayant-droits de Ama-Sénégal. Lors du vote de la loi rectificative de finances du vendredi 28 septembre qu’il a annoncé que « tous les travailleurs de Ama Sénégal seront payés Lundi 1er octobre 2007 ». il venait d’ouvrir la boîte de pandores.

L’annonce du ministre du budget a-t-il mis de l’huile sur le feu ?

Le cabinet Mamour Fall et Associés, liquidateur de la société Ama Sénégal, saisi par Madany Sy, secrétaire général du syndicat national des travailleurs du nettoiement (Sntn), s’est dit surpris de cette nouvelle, car n’ayant vu aucun virement effectué dans ses comptes. L’agent judiciaire de l’Etat, qui pilotait le dossier, saisi à son tour, rassura M. Sy sur la bonne foi du gouvernement et sur l’effectivité de la mesure entre lundi et mardi, le temps d‘effectuer le virement dans les comptes du liquidateur. Ce qui fut fait mais non sans problèmes. Les quelques 1800 employés de Ama, espéraient tous être indemnisés après avoir entendu le ministre du budget. Leur méconnaissance du droit du travail, notamment de la procédure de liquidation avec les droits légaux et les droits, acquis les auraient perdus. A en croire Madany Sy, « mon téléphone ne cesse sonner depuis l’annonce de la nouvelle le vendredi.

C’est le lieu de remercier l’Etat et la Cadak-Car pour la diligence apportée au dossier de la liquidation de Ama Sénégal. Les indemnisations concernent effectivement les travailleurs du garage de Ama qui sont restés un an ferme sans percevoir leurs salaires. Et ce sont eux qui ont droit aux indemnisations car tous les autres agents de Ama, à commencer par moi-même, qui ont été pris en charge par l’Etat depuis la rupture du contrat, ont régulièrement perçu leurs salaires. Les autres qui sont recrutés par Véolia sont aussi payés par cette société ». Pour faire comprendre cela à ces collègues, il convoquera une assemblée générale d’informations hier au rond-point du jet d’eau qui se transformera en une pétaudière. Pour estomper la tension et pour éviter tout débordement, le commissariat de police de Dieuppeul est entré dans la danse. L’intervention des forces de l’ordre s’est soldé par l’interpellation de 15 personnes dont 9 femmes et 6 hommes, tous d’anciens travailleurs de Ama Sénégal. Joint au téléphone hier, M. Sy a confirmé ces arrestations tout en s’empressant de dire que « toutes les personnes interpellées ont été libérées par la suite vers les coups de 21 heures ». Revenant sur les personnes qui sont concernées par la mesure d’indemnisation, il a estimé que « ce sont les 320 employés du garage qui vont rentrer dans leurs droits légaux. Ils vont recevoir du liquidateur leurs lettres de licenciement et vont de ce fait percevoir 10 mois d’arriérés de salaires, un mois d’indemnité de préavis de licenciement, un mois d’indemnités de licenciement ; ce qui fera un total de 12 mois, le tout est évalué à 712 millions F Cfa ». Non sans préciser toutefois qu’ « ils ne vont pas percevoir d’indemnités compensatrices de congé ni d’indemnité spéciale de motif de licenciement qui correspond à un mois de salaire brut non imposable encore moins de bonus pour le préjudice subi du fait de la rupture du contrat ».

En ce qui concerne les travailleurs de Ama Sénégal reversés à l’Etat conformément au contrat de rupture, leur situation est des plus précaires. En atteste leur manque de statut, l’inexistence de contrat et de bulletins de salaire (ils sont payés par billetterie), les deux années d’arriérés de cotisations sociales que l’Etat doit aux institutions sociales (Ipres et caisse de sécurité sociale), la non-prise en charge médicale des travailleurs. Autant de griefs qui font que les travailleurs en appellent à l’arbitrage et à la clémence du Président de la République pour un mieux être de ces soutiens de famille « qui ont opté de travailler dans les ordures mais qui ne sont pas des ordures ».

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1639 fois

Jeudi 4 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State