Référence multimedia du sénégal
.
Google

EX-SOTRAC : Les travailleurs annoncent la reprise de leur lutte

Article Lu 1455 fois


La devise tient en une seule phrase. « Tant qu’il restera un agent de l’ex-Sotrac, la lutte continuera ». De cette ancienne société de transport public, il ne reste que le nom et des centaines de pères de famille dont les plus motivés gardent toujours espoir. L’espoir de recouvrer un jour « leurs droits légitimes ».

On le sent quand on les voit occuper en masse une salle de réunion dans les locaux de la Csa, le temps d’une conférence de presse. Mbaye Guèye et Mamadou Doumbia, responsables de l’Intersyndicale, expliquent que « les travailleurs ont mis de côté leurs divergences pour exiger l’essentiel, c’est-à-dire, le paiement immédiat des droits et par tous les moyens ».

Et en parlant de « moyens de lutte », ces anciens travailleurs de l’ex-Sotrac avaient même organisé, il y a un mois et demi, une grève de la faim. « Malgré cette action, la situation demeure toujours incertaine », se désole Mamadou Doumbia.

Cette situation est caractérisée d’abord par 81 mois d’arriérés de différentiel de salaires. Les travailleurs expliquent, sur ce point, qu’en 1991, une augmentation généralisée des salaires a été faite sur la base d’un protocole rompu unilatéralement par leur direction générale de l’époque, alors qu’ils en avaient bénéficié depuis 6 mois. Un geste a été fait par l’Etat dans ce sens. Mais il reste une somme de 7 milliards Cfa à payer, selon Mbaye Guèye. « Nous réclamons encore le paiement de l’indemnité spéciale, des 19 mois du service minimum, car à la dissolution de la Sotrac, un tel service a été mis en place pour assurer une transition en attendant la création d’une nouvelle société », ajoute Mamadou Doumbia.

Après avoir rencontré l’Agent judiciaire de l’Etat, le responsable de la cellule de gestion du Portefeuille de l’Etat, le liquidateur de l’ex-Sotrac et le ministre du Budget, ces travailleurs tiennent à préciser leur décision à reprendre la lutte. D’ailleurs, un plan d’action est en train d’être élaboré, mais tenu au secret « pour des questions de stratégie ». En attendant, Mamadou Doumbia, Mbaye Guèye et leurs camarades ne rejettent aucun soutien. « Si les travailleurs de la Sotrac, quels qu’ils soient, étaient réunis pour défendre cette cause, le problème serait réglé depuis longtemps », pense Mamadou Doumbia qui fait un clin d’œil à leurs camarades de Dakar Dem Dikk, nouvelle société de transport public.

Source: Le Soleil

Article Lu 1455 fois

Jeudi 6 Mars 2008


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State