Référence multimedia du sénégal
.
Google

ETATS-UNIS - Primaires : la course à la Maison-Blanche commence aujourd’hui

Article Lu 1514 fois


A la veille des Caucus de l’Iowa, qui lanceront le processus de sélection des candidats Démocrate et Républicain à la Maison-Blanche, la mobilisation et les tractations sont entrées dans une phase décisive.

Des Moines - Les trois favoris Démocrates, la sénatrice de New York Hillary Clinton, le jeune sénateur de l’Illinois Barack Obama et l’ancien sénateur de Caroline du Nord John Edwards tentaient de convaincre les indécis qui, selon les sondages, sont susceptibles de faire la différence.

Du côté Républicain, les deux favoris, l’ancien gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee et l’ancien gouverneur du Massachusetts Mitt Romney se battent à couteaux tirés pour l’emporter.

Un sondage publié hier place M. Obama et Mme Clinton à égalité (28% d’intentions de vote chacun) suivis de près par M. Edwards (26%). M. Huckabee pointe à la première place chez les Républicains talonné par M. Romney (28% contre 26% d’intentions de vote). Le sénateur de l’Arizona John McCain et l’ancien sénateur du Tennessee Fred Thompson se disputent la 3e place. Favori du camp Républicain au niveau national, Rudolph Giuliani n’arrive qu’en cinquième position.

Aucun candidat arrivé au-delà de la place de 3e dans l’Iowa n’a remporté ensuite la nomination de son parti. Pour le sénateur Républicain de l’Iowa Charles Grassley, la décision de M. Giuliani de ne pratiquement pas avoir fait campagne dans l’Iowa a été une "grande erreur". Une éventuelle victoire de M. Huckabee dans l’Iowa (centre) pourrait faire long feu si elle n’est pas confirmée mardi dans le New Hampshire (nord-est), deuxième Etat à organiser sa consultation électorale.

La situation de M. Romney dans le New Hampshire dépend en partie de ses résultats dans l’Iowa. En cas de contre-performance aujourd’hui, le richissime homme d’affaires mormon qui a dépensé des millions de dollars dans l’Iowa verrait sa tâche se compliquer. Favori des sondages dans le New Hampshire, M. McCain pourrait voir ses chances pour la nomination Républicaine s’accroître s’il réalise aujourd’hui une performance honorable...

Des milliers de militants portant des badges à l’effigie de leur candidat à la boutonnière, battaient la campagne hier malgré un froid polaire. Par petits groupes, ces militants font du porte-à-porte, rappellent les règles complexes des Caucus : les électeurs doivent aller voter tous au même moment et non à l’heure qui leur convient. Le scrutin n’est ouvert qu’aux électeurs affiliés au parti Démocrate ou au parti Républicain mais chacun est libre de s’affilier à un parti ou de changer d’affiliation le soir même de la consultation. Et en coulisses, les tractations ont commencé et des alliances, parfois inattendues, se nouent. Ainsi, Dennis Kucinich, à la gauche du parti Démocrate et qui n’a aucune chance dans l’Iowa, a demandé à ses partisans de choisir M. Obama comme "deuxième choix".

EN BREF : NIGERIA - 12 morts dans des attaques dans le Sud

Au moins 12 personnes ont été tuées pendant les festivités du Nouvel An lors de l’attaque de deux commissariats et d’un hôtel par des hommes armés à Port Harcourt, la "capitale" pétrolière du Nigeria, dans le sud du pays. "Jusqu’à présent, nous avons entre 12 et 16 morts au total", a indiqué un officier joint à Port Harcourt. Il a précisé que des civils et des policiers figuraient au nombre des victimes. "En ce qui concerne les assaillants, nous savons que nous en avons tué certains mais nous ne savons pas exactement combien", a poursuivi l’officier. Selon les médiats locaux, le chef d’un groupe armé local dénommé Ateke Tom aurait revendiqué cette attaque qui a suivi la levée dimanche du couvre-feu qui était imposé depuis quatre mois dans cette région. Le Sud du Nigeria, riche en pétrole, est le théâtre de violences récurrentes depuis des mois.

ALGERIE - Quatre policiers tués dans un attentat en Kabylie

Quatre policiers ont été tués hier matin dans un attentat suicide à la voiture piégée visant le commissariat de Naciria, dans la région de Boumerdès, à 50 km à l’est d’Alger...

L’attentat a été perpétré à 07h 00 (06h 00 Gmt) "à proximité" du commissariat de Naciria. "Un kamikaze a foncé sur le commissariat au volant d’une voiture piégée, causant des dégâts importants à l’édifice", a indiqué l’un de ces témoins, précisant que la plupart des victimes étaient des policiers...

L’attaque n’avait pas été revendiquée en fin de matinée... La Kabylie demeure un foyer actif des groupes armés de la Branche d’al-Qaïda au Maghreb (Baqmi, ex-Gspc algérien) qui trouvent refuge dans ses montagnes et ses maquis enchevêtrés... L’attentat de Naciria survient deux semaines après deux attentats suicide à la voiture piégée à Alger qui ont touché le 11 décembre le Conseil constitutionnel et deux sièges d’agences de l’Onu. Ces attentats ont fait 41 morts, dont 17 employés de l’Onu et des dizaines de blessés. Ils ont été revendiqués par al-Qaïda au Maghreb.

PAKISTAN - Les législatives reportées au 18 février

Le Pakistan a repoussé hier au 18 février ses élections législatives initialement prévues le 8 janvie. Le président Pervez Musharraf devait lancer dans la soirée un appel à l’unité nationale du pays, seule puissance nucléaire connue du monde musulman et aujourd’hui menacé de déstabilisation. Parallèlement, le gouvernement s’est dit, pour la première fois, ouvert à l’idée d’une aide étrangère dans l’enquête sur l’attentat suicide qui a coûté la vie à Mme Benazir Bhutto, quelques heures après une proposition dans ce sens de la France et de l’Union européenne. Ces élections sont un enjeu de taille dans un pays au bord du chaos politique, peuplé de 160 millions d’habitants, sur lequel les yeux du monde sont braqués avec inquiétude.

SYRIE - Damas ne veut non plus parler à Paris

La Syrie a répondu à la suspension des contacts diplomatiques décidée par Paris en annonçant hier qu’elle cessait à son tour de coopérer avec la France à une sortie de la crise politique au Liban. Après onze échecs successifs du Parlement libanais à désigner un nouveau chef de l’Etat, le président Nicolas Sarkozy avait annoncé dimanche au Caire que la France cessait ses contacts avec Damas jusqu’à l’élection à Beyrouth d’un président "de large consensus". "La Syrie a décidé de cesser sa coopération avec la France sur la crise libanaise", a rétorqué le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem lors d’une conférence de presse à Damas. Le Liban est privé de président depuis fin novembre en raison d’un conflit entre la majorité soutenue par l’Occident et l’opposition proche de Damas et Téhéran. Le ministre syrien a accusé la France de faire porter à la Syrie et à l’opposition libanaise la responsabilité de l’échec de sa médiation.


AFP

Article Lu 1514 fois

Jeudi 3 Janvier 2008


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State