Référence multimedia du sénégal
.
Google

ETATS-UNIS : Obama fait le grand chelem

Article Lu 1644 fois


Le sénateur Barack Obama, à la lutte avec Hillary Clinton, a réussi le grand chelem en remportant les trois consultations organisées samedi pour départager les rivaux démocrates.

Seattle - Selon le site indépendant RealClearPolitics, Mme Clinton ne possède plus qu’un très léger avantage sur M. Obama en nombre de délégués : 1.112 contre 1.096. Il faut rassembler au moins 2.025 délégués pour obtenir la nomination Démocrate, en vue de l’élection présidentielle de novembre.

"Aujourd’hui les électeurs de la côte Ouest au Golfe du Mexique en passant par le cœur de l’Amérique se sont dressés pour dire : Oui, nous pouvons", a dit Barack Obama à des milliers de partisans réunis à Richmond (Virginie, nord-est), près de la capitale Washington. Le jeune sénateur, visiblement galvanisé par ses succès dans l’Etat de Washington (nord-ouest), du Nebraska (centre) et de Louisiane (sud), s’est présenté comme l’adversaire possible de John McCain à l’élection présidentielle, répétant à plusieurs reprises "quand je serai président"...

Selon des chaînes de télévision américaines, M. Obama a obtenu plus des deux tiers des voix dans l’Etat de Washington et dans le Nebraska où étaient organisés deux Caucus (assemblées d’électeurs). Il a également remporté les primaires de Louisiane avec 54% des suffrages contre 38% pour sa rivale Hillary Clinton.

78 délégués étaient en jeu dans l’Etat de Washington, 56 en Louisiane et 24 dans le Nebraska. Ces délégués doivent être répartis à la proportionnelle...

Après le match nul du "Super mardi", Hillary Clinton et Barack Obama sont engagés dans une lutte indécise pour remporter le plus grand nombre de délégués. Mardi, M. Obama avait remporté treize Etats contre huit (dont la Californie et New York) à Mme Clinton. Une vingtaine d’Etats doivent encore se prononcer dans les jours et les semaines à venir pour départager les candidats.

Des primaires devaient se dérouler hier côté Démocrate dans le petit Etat du Maine (nord-est) pour 24 délégués.

Demain, des primaires se dérouleront autour de la capitale fédérale, en Virginie (83 délégués), dans le Maryland (70), et dans la ville de Washington (15).

Le gouverneur Démocrate de Virginie, Tim Kaine, a apporté son soutien à Barack Obama.

en bref

KENYA - Les pourparlers entrent dans une phase décisive. Nairobi, (Afp) - Après plus d’un mois de crise politique et de violences, les pourparlers entre les camps rivaux du président kenyan Mwai Kibaki et de l’opposant Raila Odinga entrent cette semaine dans une phase décisive qui pourrait déboucher sur un accord. Les discussions, qui reprennent aujourd’hui au Kenya, porteront sur "les détails" d’une solution politique que les deux parties jugent désormais "nécessaire", a indiqué vendredi M. Annan lors d’un point de presse qui a relancé l’espoir dans le pays.

Le partage du pouvoir entre les camps rivaux est la solution promue par le médiateur de l’Union africaine Kofi Annan pour sortir de l’impasse politique provoquée par la réélection de Mwai Kibaki le 27 décembre.

Raila Odinga, ancien allié de M. Kibaki dont il a été plusieurs fois ministre, accuse ce dernier d’avoir fraudé pour lui voler la victoire lors du scrutin, entaché d’irrégularités selon de nombreux observateurs.

Cette crise politique a entraîné des violences qui ont fait plus de 1.000 morts et jusqu’à 300.000 déplacés et mis l’économie kenyane à genoux. Un arrangement pourrait intervenir en début de semaine, avait précisé vendredi M. Annan qui, le lendemain, rappelait à l’ordre les deux camps, leur demandant de ne plus organiser de fuites dans les médiats sur les modalités d’un accord éventuel.

"Un accord n’est pas un accord tant que rien n’est signé", a-t-il averti dans un communiqué, ajoutant : "les fuites sélectives au milieu de négociations ne bénéficient à personne".

MAURITANIE - Comment "immuniser" le pays contre le terrorisme. Le Premier ministre mauritanien, Zeine Ould Zeidane, a levé le voile sur un ambitieux plan de lutte contre le terrorisme, censé "immuniser" ce pays ébranlé par trois attaques de la mouvance d’al-Qaïda depuis fin décembre. "Il y a quatre volets.

Un volet prévention, un volet protection des citoyens et des résidents mauritaniens, un volet désorganisation de tous les réseaux extrémistes et un volet capacité de réaction", a expliqué le chef du gouvernement. Ce plan, jamais dévoilé auparavant, doit répondre aux critiques visant le pouvoir, accusé par ses adversaires d’inaction face à cette vague sans précédent d’attentats qui a fait sept morts (quatre touristes français et trois militaires mauritaniens) et provoqué l’annulation du rallye Dakar 2008.

"Nous voulons en particulier insister sur le volet préventif, donner de nouveaux espoirs aux populations jeunes, agir avec toutes les forces politiques, tous les imams, tous les oulémas de façon à mettre toute la population mauritanienne en bloc contre le terrorisme", a insisté Zeine Ould Zeidane, avant d’ajouter que "ce volet préventif est très important pour que tous les Mauritaniens soient immunisés contre toute forme de recrutement par les groupes extrémistes".

ISRAËL - Tel-Aviv menace les chefs politiques du Hamas. Les responsables israéliens ont multiplié hier les menaces de liquidation contre les dirigeants du Hamas dans la Bande de Gaza en représailles à des tirs de roquettes dont les derniers ont provoqué l’amputation d’une jambe d’un enfant israélien.

En revanche, le Premier ministre Ehud Olmert, malgré des pressions croissantes de plusieurs membres du gouvernement et de l’opposition de Droite, a rejeté le lancement d’une opération militaire terrestre de grande envergure dans le territoire palestinien passé en juin 2007 sous le contrôle des islamistes du Hamas. Un proche d’Ehud Olmert, le ministre de l’Habitat Zeev Boïm, a évoqué la possibilité de l’élimination d’Ismaïl Haniyeh, Premier ministre du gouvernement islamiste.

"A la guerre comme à la guerre, à Gaza il faut parler un langage plus guerrier pour se faire comprendre, tous les membres de la direction politique et militaires du Hamas sont impliqués dans le terrorisme", a affirmé M. Boïm. Il faut, selon lui, s’attaquer à la "tête du serpent, en partant d’Haniyeh et tous ceux qui sont en dessous de lui"...


AFP

Article Lu 1644 fois

Lundi 11 Février 2008


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 18:11 Trump se risque à un bras-de-fer contre la Chine

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State