Référence multimedia du sénégal
.
Google

ESCROQUERIE SUR FOND D’ENVOUTEMENT : Le charlatan paiera 10 millions de francs à son pigeon pharmacien

Article Lu 11420 fois


Le docteur d’Etat en pharmacie Souleymane Soumaré devra se contenter de dix millions de francs. Lui qui dit avoir perdu une quarantaine de millions dans une histoire d’escroquerie. Le charlatan à l’origine de ses malheurs a été condamné à un an ferme et à lui payer 10 millions de francs Cfa.

Souleymane Soumaré, docteur d’Etat en pharmacie, avait atteint le fond du désarroi lorsqu’il cherchait la solution auprès du pseudo-marabout Issa Sow. De retour d’un voyage à l’extérieur, le pharmacien reçoit des courriers mails et Sms alliant menaces et mysticismes. Devant la fréquence des menaces, Souleymane Soumaré finit par sombrer dans une sorte de traumatisme psychologique lorsqu’un événement, qu’il qualifie lui-même de « mystique » survint dans sa vie déjà perturbée. Son ordinateur portable et son calepin contenant de précieux objets venaient de disparaître « mystiquement ». Alors que les auteurs des messages lui auraient déclaré ouvertement qu’il allait entrer chez lui de manière aussi mystique. Face à toutes ces bizarreries, Souleymane Soumaré décida de confier son sort à Issa Sow, un soi-disant marabout dont lui avait parlé son frère. Cependant, ce dernier n’avait pas manqué d’émettre des réserves par rapport à Issa qui lui avait toujours demandé de venir le voir chez lui au Djolof pour des prières.

Un canari sur la tête

Malgré ces mises en garde, Souleymane, désemparé, entra en contact avec le bonhomme. Et ce fut le début de sa descente aux enfers sur un long chemin pavée de fréquentes remises d’importantes sommes d’argent. Ce chemin pris le 27 juin dernier a été fatal à sa tirelire. Après avoir bu du lait donné par le charlatan, ce fut ensuite une séance nocturne dans la brousse de Sendou (un village côtier du département de Rufisque) où le pharmacien devait recevoir un bain, sous un baobab. Une séance suivie de rencontres à Rufisque, la Patte d’Oie, Yoff. A Sendou, le charlatan lui remit un boubou portant des inscriptions coraniques à porter. Mieux, il lui promit une fortune de cinq milliards de nos francs au bout du compte. Souleymane Soumaré, qui dit avoir décliné cette proposition de richesse, déclare avoir été plutôt envoûté par Issa Sow lors de la séance sous le baobab. Alors que, ajoute-t-il, le bonhomme s’était engagé à le débarrasser de la hantise des messages et gratuitement. « Je n’étais plus moi-même », dit-il hier à la barre du tribunal des flagrants délits. En tout cas, à Sendou, il s’est livré à une séance des plus bizarres. Le pharmacien qui avait certainement perdu la raison comme il le dit, porta sur la tête un canari, fit le tour du grand baobab, au milieu d’ossements d’animaux et de gris-gris.

Comme dans ce genre de scénario, le charlatan réclama des sacrifices d’animaux dont certains sortent à la limite des fables. Il fallait acheter des chameaux, des canards rouges, un âne, un bœuf sans... œil, un mouton, etc. Et même un tissu « Ganila ». L’argent coula encore à flot lorsqu’il fallait rencontrer, au cimetière de Yoff, un certain Djibril qu’il ne vit jamais d’ailleurs. Issa Sow expliqua à son pigeon que son indispensable acolyte avait été arrêté par les gardiens de la prison. Et pour le libérer, il fallait encore débourser la bagatelle d’un million de francs Cfa. Le pharmacien s’exécuta. Souleymane Soumaré, interrogé sur cette propension à donner de l’argent, soutient : « je n’étais plus moi-même. J’étais malade, il m’avait déshydraté par une diarrhée après m’avoir donné à boire quelque chose. Je faisais tout ce qu’il me demandait. Je lui donnais sa dépense quotidienne souvent, et je lui ai même acheté un téléphone portable ». A force d’obéir, on lui soutira, selon ses déclarations, un total de 40 millions de francs Cfa. Pour arriver à ce montant, « je me suis endetté », ajoute le plaignant qui dit avoir sorti de son compte bancaire 20 millions de francs et emprunté le reste. Souleymane Soumaré prit son courage à deux mains et finit par contacter la gendarmerie à qui il confia son désarroi. Issa Sow, arrêté de manière « très musclée qui ferait parler un âne s’il avait subi ce traitement », comme il l’a dit à la barre, avait avoué en partie dans les locaux de la gendarmerie, explique le procureur de la République. A la barre, il a nié en bloc les faits d’escroquerie qui lui sont reprochés. Rappelant sans cesse qu’il tire ses revenus de ses activités agricoles, Issa Sow avait du mal à convaincre. Mais, son train de vie ne milite pas en faveur de ses déclarations, lui qui roule dans une voiture Land Rover 4x4 et qui a un chauffeur payé à 40.000 francs Cfa le mois. A propos de sa voiture, il déclare l’avoir acheté, il y a presque une semaine. Une réponse qui n’a pas échappé au président. Son chauffeur Matar Dieng, cité à titre de témoin, a été très loquace, mais n’a pas apporté du nouveau dans cette histoire. Sauf que son patron le faisait attendre souvent à Rufisque, à Yoff ou à l’arrêt Sips, sans lui donner la moindre explication jusqu’à son retour. Et qu’il était son chauffeur depuis huit mois.

Convaincus de la culpabilité du prévenu, Me Gomis de la défense a réclamé la somme de 100 millions de francs Cfa pour réparer l’ensemble du préjudice subi par son client pharmacien. A sa suite, le procureur de la République a rappelé les aveux du prévenu après son arrestation. Pour la répression, il a requis trois ans ferme de prison. Une réquisition remise en cause par les trois avocats de la défense qui exigent du pharmacien les preuves des différentes remises d’argent. Raison pour laquelle Me Ciré Clédor Ly et ses confrères du même camp ont sollicité la relaxe de leur client. Mais, le tribunal, après avoir déclaré Issa Sow coupable du délit d’escroquerie, l’a condamné à un an ferme de prison et à payer à Souleymane Soumaré la somme de 10 millions de francs Cfa.

Source: le Soleil

Article Lu 11420 fois

Mardi 1 Avril 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State