Référence multimedia du sénégal
.
Google

ESCROQUERIE : Ils perdent 300.000 francs dans une affaire de lavage de billets noirs

Article Lu 11735 fois


Cheikh Mbacké Sall et son ami Saliou Dieng ne devront s’en prendre qu’à eux-mêmes pour avoir accepté naïvement de remettre toutes leurs économies à Mamadou Ndao qui leur avait promis la fortune dans une histoire de billets noirs à laver. Après une démonstration avec des billets neufs, le malfaiteur a disparu avec leurs 300.000 francs Cfa

Pour ce cas précis, il ne s’agit pas d’une affaire de multiplication de billets pour la simple raison que les deux victimes n’ont pris aucun bain, encore moins de « safara » (eau bénite) avec lequel s’abreuver, encore moins un rendez-vous fixé nuitamment dans un endroit reculé de la ville pour prendre langue avec un djinn imaginaire. Il s’agit plutôt de billets noirs à laver avec ce fameux liquide appelé mercure. Pour réussir son coup, Mamadou Ndao déclare à son neveu qu’il travaille avec un certain Jules, décrit sous les traits d’un faiseur de miracles et qui est resté jusqu’ici invisible.

Alors qu’il préparait activement la fête de la Korité dans son atelier, Saliou Dieng reçut la visite de son oncle qui lui fit comprendre que c’est le moment ou jamais de s’enrichir. Et cela devait se produire par une opération de lavage de billets. Entre l’oncle et le neveu, règne généralement une complicité. C’est pourquoi Saliou a aussitôt accepté. Il consulta son copain Cheikh Mbacké qui donna son assentiment. Rendez-vous fut donné dans une auberge à Mbour. Avant de prendre congé de son neveu, Mamadou fit une petite démonstration en feignant de noircir une coupure de papier ayant la dimension d’un billet de banque. En quelques fractions de secondes, il présenta aux deux amis un billet de 1.000 francs. Il demanda à Saliou d’aller acheter du thé et du sucre à la boutique du coin. Les choses s’étaient bien passées puisque la mayonnaise avait bien pris.

Rassurés par ce qu’ils avaient vu et aveuglés par l’envie de devenir riches, Saliou et Cheikh remirent à Mamadou Ndao la somme de 150.000 francs chacun. La dernière fois, le trio se retrouva à l’auberge. L’oncle prit la peine de rassurer son neveu qui y est ainsi que son ami Cheikh Mbacké Sall. Il fallait, selon lui, faire une autre démonstration avec son fameux mercure et ses nombreuses coupures de papier superposées soigneusement. Contre toute attente, le flacon exposa au grand dam des deux amis. Mais, Mamadou Ndao promit de régler le problème. Il exigea de son neveu la somme de 45.000 francs pour acheter le fameux liquide par le biais de Jules qui se trouverait à Dakar. Les deux amis comprirent vite qu’ils avaient en face d’eux un escroc en puissance. Plainte fut déposée à la police par ces derniers qui réclamèrent leur argent. Seulement, Mamadou Ndao fut déféré au parquet en compagnie des deux amis qui tombent sous le coup de la complicité de contrefaçon. Quant à Jules, il ne serait qu’une personne fictive qu’aurait utilisée l’auteur principal.

Dans son intervention, le ministère public indique qu’il y a bel et bien une tentative de contrefaçon et de complicité du même délit. Pour la répression, le parquet a requis une peine de six mois ferme. D’emblée, Me Ayi tire à boulets rouges sur l’oncle de Saliou Dieng. Selon lui, ce dernier est à la base de tous les déboires qu’a connus son jeune client, marié, père d’un enfant et qui gagnait honnêtement sa vie. L’avocat a demandé une action bienveillante au tribunal. Lui embouchant la trompette, Me Fadel explique de fond en comble tout le modus operandi lié au lavage de billets noirs. Pour lui, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une escroquerie dans laquelle les victimes s’en sortent difficilement. D’ailleurs, il dira que le flacon du soi-disant mercure fait toujours son apparition au dernier moment et que, le plus souvent, c’est l’explosion qui s’ensuit. Il faut alors mettre la main à la poche. Entre-temps, l’escroc disparaît avec tout ce qu’il a déjà encaissé. Me Fadel indique que s’il y a quelqu’un qui doit retourner en prison, c’est bien Mamadou Ndao qui a été en aval comme en amont de cette affaire de coupures de papier. Par conséquent, dit-il, Saliou et Cheikh Mbacké doivent bénéficier de la liberté. En statuant sur le cas des trois prévenus, le tribunal a condamné Mamadou Ndao à six mois ferme de prison. Il doit rembourser les sommes qu’il a eu à récupérer auprès de ses deux victimes. Quant à ces derniers, le tribunal leur a donné un avertissement. Et pour la sanction, on leur a infligé une peine de six mois assortis de sursis.


ABDOURAHMANE SARR GONZALES
Source: Le Soleil

Article Lu 11735 fois

Jeudi 18 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State