Référence multimedia du sénégal
.
Google

ESCROQUERIE ET USAGE DE FAUX : Ousseynou vendait des terrains non attribués grâce à des documents volés

Article Lu 1611 fois


Profitant de sa proximité avec la commission d’attribution de terrains de Bargny, Ousseynou Gaye subtilisait des actes administratifs vierges pour procéder à la vente de plusieurs terrains à différentes personnes. Interpellé, il indique avoir agi pour le compte du géomètre Moustapha Ndaw. Une accusation réfutée en bloc par ce dernier.

Il faut avoir l’audace du sieur Ousseynou Gaye pour vendre à plusieurs personnes des parcelles appartenant autrui ou ne figurant même pas sur le lot de terrains cédés par la marie de Bargny, dans le cadre de l’extension de ladite localité. Le bonhomme a pourtant usé de faux documents pour tromper plusieurs personnes à la fois. Certaines de ses victimes, Mandela Fall, Ibrahima Diouf, Khardiata Diagne et Makhfouss Ndiaye sont signataires d’une plainte à son encontre au commissariat de Rufisque pour escroquerie, faux et usage de faux. En somme, plusieurs personnes le désignent comme celui qui leur a vendu des terrains ne faisant guère partie du nouveau lotissement de « Médina Toul Mou Nawara » attribué par la commune de Bargny. Le modus operandi utilisé par Ousseynou Gaye et relaté par ses victimes est presque le même.

Quand il eut vent de la vente de parcelles sur le site de Bargny, Makhfouss Ndiaye avait vite fait de rencontrer le mis en cause qui lui fera croire qu’il avait des terrains à vendre dans ladite localité. Il lui vendit alors une première parcelle à 300.000 francs Cfa avant qu’il n’en achetât neuf autres pour ses frères vivant à l’étranger à des prix variant entre 100.000 et 300.000 francs Cfa. Sur la base des d’actes administratifs brandis par Ousseynou Gaye, Makhfouss se rendit au service des Domaines pour payer les taxes d’enregistrement. Mais grande fut sa surprise quand, à la mairie de Bargny, on l’informa que les terrains qu’il venait d’acquérir ne figuraient pas sur la liste des parcelles attribuées par la commission de distribution chargée du lotissement. Il n’était pourtant pas le seul à passer ainsi à la trappe de Ousseynou Gaye. Car ce dernier avait réussi à vendre au sieur Mandela Fall 14 terrains aux mêmes montants. A la mairie aussi, on lui répondit que les actes qu’il avait par dévers lui n’étaient guère authentiques et ne figuraient pas dans le plan d’urbanisme autorisé par la commission.

Moustapha Guèye, lui aussi victime, avait acheté six parcelles pour les revendre à 400.000 francs Cfa chacune. Seules deux d’entre elles figuraient dans le lot autorisé par la commission. Une plainte est alors déposée contre lui par ses acquéreurs. Ousseynou Gaye usa ainsi du même procédé pour vendre ces terrains litigieux à de nombreuses personnes. Mais, à la Police, il refuse d’être le propriétaire de ces parcelles, déclarant avoir agi au nom et pour le compte de Moustapha Ndaw, le géomètre chargé en 2000 de précéder au lotissement du site.

Selon lui, si la vente de ces parcelles est rendue possible, c’est parce que le géomètre lui a remis des actes administratifs vierges qu’il a dûment signés. Pour authentifier sa déclaration, il accuse le géomètre d’avoir scanné des actes administratifs de ces terrains parce que la mairie avait confisqué des parcelles qui lui appartenaient.

Des documents scannés

Moustapha Ndaw déclare n’avoir jamais remis d’actes administratifs à Ousseynou Gaye pour vendre des terrains à son nom. Et précise avoir été contacté en 2000 par la commune de Bargny pour effectuer le lotissement du site. Sur cette base, un protocole d’accord fut signé entre lui et l’ancien maire pour qu’au terme des travaux, le douzième des parcelles lui reviennent pour le compte de son cabinet, en plus d’une somme de 10.065.000 francs Cfa. C’est ainsi qu’au terme des travaux, 460 parcelles lui furent attribuées. Lui-même indique avoir vendu certaines de ces parcelles à des personnes qui ont pu entrer en possession de leurs biens, sans aucun problème.

Mais le géomètre confie aux enquêteurs que Ousseynou Gaye, étant un proche de la commission domaniale, pourrait obtenir des actes et vendre des terrains en usant de son nom. Cette piste sera exploitée par les limiers, car un libraire établi dans la ville de Rufisque leur révèle que Ousseynou Gaye avait l’habitude de venir scanner des documents dans sa boutique. Une révélation qui n’a guère l’avantage de tourner en faveur du mis en cause. Ousseynou Gaye a été déféré à l’issue de la durée de sa garde à vue.

Source: Le Soleil

Article Lu 1611 fois

Lundi 5 Novembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State