Référence multimedia du sénégal
.
Google

[ENTRETIEN] LES VÉRITÉS DE HENRI KASPERCZAK: ''Certains joueurs ont rarement dormi a l'hotel''

Article Lu 11208 fois

Les masques commencent à tomber ! Le désormais ex-entraîneur des Lions Henri Kasperczak fait de graves révélations. Il mouille la sécurité qui, pour des raisons inavouées, faisait de la rétention d’informations sur les sorties nocturnes des joueurs. «Certains ont rarement dormi à l’hôtel», «Niang invitait sa femme à l’hôtel». Et il y avait «trop de jalousie et de clans entre eux». Kasperczak dit tout. Même Vava en a pris pour son grade.



[ENTRETIEN] LES VÉRITÉS DE HENRI KASPERCZAK: ''Certains joueurs ont rarement dormi a l'hotel''
Avec le recul pouvez-vous nous dire les véritables raisons de votre départ à la tête des Lions? Dans un premier temps, je me suis dit que c’est peut-être moi qui suis fautif par rapport au comportement et à la composition de l’équipe. J’ai pris mes responsabilités par rapport à cette situation. Dans ma tête, on ne devait pas perdre le match contre l’Angola. Une victoire allait mettre l’équipe en confiance et nous permettre d’aller le plus loin possible. Mais, puisque c’est moi qui dérange et par rapport à cette défaite, j’ai pris mes responsabilités. On ne devait pas perdre ce match. J’ai endossé la responsabilité en démissionnant. Je l’avais fait pour mettre les joueurs devant leurs responsabilités. Je pensais qu’avec la pression, les choses allaient changer. En plus, les gens disaient que “ça ne va pas avec Kasperczak”, je me suis dit : « Je me retire. Je ne peux plus continuer avec cette équipe du Sénégal ».

Certains ont assimilé votre démission en pleine compétition à une trahison…

Pourquoi ? Avec tout ce qui s’est passé, mon avenir n’est plus avec le Sénégal. C’est pour cette raison que je suis parti. J’ai laissé une petite chance pour peut-être déclencher quelque chose. Comment peut-on parler de trahison ? (Il éclate de rire). J’ai fait qualifier l’équipe à la Can. J’ai voulu laisser une petite chance. Je me suis dit que ça sera difficile peut-être pour moi et j’ai discuté avec les joueurs pour leur dire de prendre maintenant leurs responsabilités. J’ai laissé les choses à Lamine Ndiaye qui connaît bien l’équipe. Je m’attendais à une réaction des joueurs à mon départ. Je pensais qu’ils allaient gagner et ensuite se qualifier mais ça n’a pas été le cas. Ça s’est confirmé qu’avec cette équipe du Sénégal, on ne pouvait pas aller trop loin. Il y avait trop de problèmes.

Quels sont ces problèmes?

Trop de jalousie et de clans entre les joueurs. La transition entre les anciens et les nouveaux n’a pas marché. Certains joueurs ne mouillent pas trop le maillot national. Pas tous mais certains et cela nous coûtait cher.

Comment expliquez-vous cette jalousie et ces clans au sein de l’équipe?

Il y a des joueurs qui pensent qu’ils sont plus forts que les autres. Revenons par exemple sur l’interview d’Henri Camara. C’est un joueur qui voulait jouer, d’autres aussi étaient dans les mêmes dispositions que lui. Ils n’ont pas voulu respecter les choses qui étaient mises en place. Il n’y avait pas de solidarité entre eux.

N’aviez-vous pas perdu le contrôle du groupe?

Non, je n’ai pas perdu le contrôle du groupe. J’ai travaillé avec le groupe, mais j’ai senti qu’il y avait des problèmes à l’intérieur. Il n’y avait pas de solidarité et de détermination mais beaucoup de jalousie. Il y avait d’autres choses. Mais j’ai tout fait pour contrôler la situation, je n’ai jamais perdu le contrôle du groupe, mais il y a des choses qui m’échappaient.

Par exemple ?

Je n’étais pas au courant qu’il y avait des joueurs qui sortaient. Certains ont rarement dormi à l’hôtel. C’est après que je suis mis au courant de tout ça. Les gens qui travaillaient avec moi n’ont pas passé le message.

Donc, il y a eu des rétentions d’informations?

C’est maintenant que je suis au courant de beaucoup de choses. Les joueurs étaient à l’hôtel avec des voitures et ils sortaient sans que je ne sois informé. Même la sécurité qu’on avait mise en place ne disait rien. Chaque matin, quand je demande si tout le monde était là, la sécurité dit oui. Personne ne voulait prendre la responsabilité de m’informer.

Quels sont ces joueurs qui ne dormaient pas à l’hôtel?

Je ne sais rien. Je ne vais pas citer de noms, mais il y a des joueurs qui sont sortis. Et ils sont nombreux.

C’était à Tamalé ou bien ?

Partout ! Mais je n’ai jamais été informé. Je pense que cela ne devait pas se passer ainsi. Je devais être informé pour la gestion du groupe. Mais ce n’était pas le cas. Je pense que l’environnement de l’équipe est à revoir.

Certains de vos joueurs, notamment Abdoulaye Diagne Faye, ont expliqué la déroute par un problème de communication entre vous et le groupe…

Peut-être, il n’arrive pas à comprendre certaines choses, mais avant la Can si je disais qu’Abdoulaye Diagne Faye et Diawara allaient être titulaires à la Can, on allait dire que Kasperczak est fou. Le problème de communication dont il parle est faux. Je pense que s’il y a un joueur qui doit être satisfait et qui a donné satisfaction à la Can c’est Abdoulaye Diagne Faye. Je savais que je pouvais compter sur lui. C’est un garçon qui avait toujours un état d’esprit pour jouer en équipe nationale.

L’élimination prématurée du Sénégal, l’expliquez-vous par le comportement des joueurs, le choix des hommes ou la valeur des adversaires?

Dans une équipe, on gagne ensemble et on perd ensemble. On était dans une période de transition entre les anciens et les jeunes. Je voulais rassembler les deux générations, mais malheureusement, ça s’est très mal passé à la Can. Je n’ai pas senti une équipe homogène, solidaire et déterminée. On n’avait pas l’état d’esprit de vaincre. Et c’est pendant les moments difficiles qu’on se rend compte de la force d’une équipe, mais ça je ne l’ai pas ressenti. On a craqué pendant les moments difficiles. Au lieu de réagir, on a baissé les bras et cela prouve que l’équipe n’était pas solidaire, elle n’était pas homogène et je pense que cette équipe n’avait rien à faire dans une compétition comme ça. Si le mental n’est pas fort, s’il n’y a pas l’envie de vaincre, s’il n’y a pas de détermination ni de solidarité… même si vous faites les meilleurs systèmes de jeu avec la meilleure organisation ça ne servira à rien.

Mais vos choix ont fait l’objet de beaucoup de critiques…

Les choix ont été critiqués. Regardez Niang ce qu’il fait à Marseille et ce qu’il fait en équipe nationale. Je crois qu’actuellement il n’a pas le mental pour jouer en équipe nationale. Il l’a prouvé en décidant de ne pas venir avec nous en Tanzanie et au Mozambique. Même quand il était avec nous, il invitait sa femme. Non, il y a quelque chose qui s’est passé avec Mamadou Niang. Mais comment peut-on ne pas compter sur lui ? Il est titulaire avec son club et il joue un rôle déterminant avec Marseille.

La fédération sénégalaise de football a-t-elle une part de responsabilité dans la déroute des Lions?

Par rapport à la fédération, on ne peut pas dire que tout s’est bien passé. On n’a pas joué les matches amicaux par exemple dans les meilleures conditions. On a même loupé des dates Fifa. Mais le problème c’est plus au niveau des joueurs et de l’encadrement. J’étais responsable de l’équipe et j’assume. Mais quelque part la responsabilité est partagée. Le président de la Fsf ne joue pas, mais il y a eu parfois des problèmes de primes. Précédemment, on a eu au ministère des Sports Daouda Faye qui ne nous a pas beaucoup aidés. On a eu des problèmes pour le paiement des primes et l’organisation des matches, etc. Issa Mbaye Samb en quelques jours a tout réglé. Il a parlé aux joueurs et tout était clair et net. En Afrique, c’est comme ça : on attend un événement important pour régler tous les problèmes. Lors du match contre le Burkina à Dakar, il y avait des soucis financiers, mais on a tout réglé. Il y avait des problèmes à résoudre, mais on ne pouvait pas dire qu’il avait des relations difficiles entre Kasperczak et la fédération sénégalaise de football.

Pour rebondir, on parle de rajeunissement qu’en pensez-vous ?

Celui qui peut faire ça, celui qui est le mieux indiqué par rapport à la situation, c’est Lamine Ndiaye. Il connaît bien la situation, il connaît bien les joueurs, il peut tout corriger. Il faut que cette équipe retrouve son niveau parce qu’il y a les éliminatoires de la coupe du monde et de la Can 2010. Je pense que si l’on doit faire confiance à quelqu’un, c’est bien Lamine Ndiaye. Il est l’homme de la situation.

Comment était votre collaboration avec Lamine Ndiaye ?

(Rires) Je suis au courant qu’il y a quelqu’un qui a écrit qu’il n’y avait pas de collaboration entre nous et que nous nous disputions. C’est absolument faux. Au contraire, il y avait une collaboration exemplaire. Lamine Ndiaye est un homme entier, il est compétent. Mentalement il est fort. Il a toujours son mot à dire quand il n’est pas d’accord. La collaboration était très bonne. Je pense que chacun doit rester dans son domaine. Le Directeur Technique National doit rester à sa place et l’entraîneur à la sienne. Tout le monde doit prendre ses responsabilités. J’écoute les débats, mais les gens racontent n’importe quoi.

Quel est votre avenir maintenant?

Actuellement, Saint Etienne cherche un directeur technique, on a discuté et je suis en train de voir. Mais il n’y a pas d’urgence. Les gens ont dit que je suis parti parce qu’il y avait des propositions de Saint Etienne mais j’ai eu beaucoup de propositions. Mais le problème n’est pas là. J’ai été responsable de l’équipe nationale du Sénégal et je me suis donné à fond. Actuellement j’ai des propositions même en Afrique, mais je vais réfléchir. Je ne peux pas en dire plus.

Source: l'observateur

Article Lu 11208 fois

Jeudi 21 Février 2008





1.Posté par Abdou le 21/02/2008 16:28
Toi tu fermes ta gueule t'as rien a dire t'es qu'un traître
espece de sale blanc

2.Posté par aladiga le 21/02/2008 16:55
yaw la rek

3.Posté par chacha le 21/02/2008 16:58
kel kilo il a se gas la. toi malgres tout se que tu nous a fait subir tose te prononcer maintenant si tavais du respect envers nous tallais attendre de revenir a dakar pour demissioner mais té parti en plein compétition foumou mété
sal blanc va te faire foutre

4.Posté par babs le 21/02/2008 18:34
C est un peu malin de sa part en demissionnant pour responsabiliser les soi disants joueurs.Pour moi en se basant sur ces vérités révélées par M KASPERCZAK les responsables n ont qu à prendre des mesures sincères et necessaires pour la bonne marche de notre football sans oublier de mettre les hommes qu il faut à la place qu il faut. En ce qui concerne le futur coach je mise aussi sur M LAMINE NDIAYE qui ne tente rien n a rien.

5.Posté par ndiog le 21/02/2008 19:43
faut arrêter de tout mettre sur le dos de l'entraineur.on ne peut pas aller loin avec une équipe aussi indicipliné.ce qui me fait le plus mal c'est qu'ils oseront jamais faire ces sorties nocturnes dans leur clubs.le football c'est avant tout la dicipline

6.Posté par adja le 21/02/2008 21:01
entrainer doul way, dokhal sa douk. See ya

7.Posté par keyti le 21/02/2008 22:20
mo niape déyme yakh equip bu amoul lou mouy wax

8.Posté par mbokku talibé le 21/02/2008 23:38
Ce gars n’a rien à dire il ns a abandonné au moment où on avait besoin de lui. J’espère qu’on va tirer les leçons de cette dernière can et ne plus confier notre equipe nationale à des entraîneurs etrangers. c’est le paradoxe africain on réclame notre autonomie et en meme tps on continue à croire au mythe du "sorcier blanc". Je crois qu’il est temps d’ouvrir les yeux mes frères. Wassalaam

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State