Référence multimedia du sénégal
.
Google

ENTRETIEN EXCLUSIF AVEC... BOUBACAR KAMBEL DIENG: «Je n’exclus pas l’idée de commanditaires»

Article Lu 11045 fois

Sur son lit d’hôpital, Boubacar Kambel Dieng se dit de tout cœur avec les confrères qui marchent demain dans les rues de Dakar, pour dénoncer l’agression dont lui et Kara Thioune ont été victimes. Il souhaite par la même occasion une grande mobilisation pour la marche de ce samedi. Se remettant peu à peu des ses blessures physiques et morales, le reporter sportif n’écarte pas l’idée d’un cerveau qui a armé la main lourde des éléments de la Brigade d’intervention polyvalente qui s’étaient acharnés sur lui samedi dernier.



ENTRETIEN EXCLUSIF AVEC... BOUBACAR KAMBEL DIENG: «Je n’exclus pas l’idée de commanditaires»
Bientôt une semaine depuis votre agression. Quel est l’état de votre santé ? Je rends d’abord grâce à Dieu, mon état de santé est stationnaire. Depuis lors, je suis interné à la clinique et les gens s’occupent bien de moi. Les médecins disent que les séquelles des agressions apparaissent quarante-huit heures après, ce que j’ai pu d’ailleurs vérifier parce que trois jours après, j’ai ressenti des douleurs aux poignets. J’ai été menotté et torturé et les menottes se resserraient un peu plus à chaque mouvement. Ce qui explique que j’ai encore deux bandages aux poignets avec des pansements alcoolisés. Mais globalement, je vais de mieux en mieux.

Toute la corporation s’est mobilisée pour dénoncer l’acte dont Kara Thioune et vous avaient été victimes et pour défendre les journalistes dans l’exercice de leur profession…

Vraiment, coup de chapeau aux confrères. Si je tiens jusqu’à présent, c’est parce j’ai senti mes confrères et tout le peuple sénégalais derrière moi. Je reçois des visites de gens que je ne connais même pas. Je l’ai dit et je le redis, il y a énormément de Kambel Dieng et de Kara Thioune au Sénégal. C’est le moment ou jamais de sonner le déclic pour exiger des forces de l’ordre, le respect à l’endroit des populations sénégalaises.

Le premier déclic viendrait peut-être de la plainte que vous avez déposée contre les éléments de la Police. Avez-vous espoir que ce recours à la justice va aboutir ?

Je l’espère. J’ai reçu des visites de personnes proches du pouvoir qui ont été touchées par la bande sonore (de l’agression qui passe en boucle sur les ondes des radios) et je pense que cette fois-ci, la justice ira jusqu’au bout et que ce problème sera définitivement réglé. Il le faut et j’ai bon espoir car des jalons ont étés posés. Je reste optimiste quant à l’aboutissement de cette affaire. Ce que j’attends, c’est que justice soit rendue et les coupables sanctionnés, mais aussi que les commanditaires soient également punis, car il peut y avoir des commanditaires.

Vous parlez de commanditaires. Soupçonnez-vous une suite de la virée nocturne des Lions au Vienna City dont vous avez été témoin et que vous avez relatée à la radio lors de la Can 2008 au Ghana, comme le laisse penser la rumeur ?

Des gens ont effectivement fait le lien et le disent. Je pense que ce qui est arrivé est fortuit, n’empêche, il peut quand même y avoir des commanditaires. Je ne sais pas trop. Tout est arrivé de manière instantanée mais il peut y avoir des commanditaires. Lors de la réunion d’harmonisation entre la presse et les joueurs, il y a quelques jours, il y a eu de petits problèmes avec un acteur de la virée de Vienna City et les agents de la Bip présents m’ont demandé de quitter les lieux. S’en est suivi un échange de propos entre le joueur en question et moi. Je ne peux pas entrer dans les détails, l’enquête suit son cours et j’estime qu’il faut punir les coupables que je peux d’ailleurs, reconnaître. Si on mettait une centaine d’agents de la Bip devant moi, je pourrais formellement reconnaître deux à trois de mes agresseurs. Mais, il ne faut écarter pas l’autre piste de possibles commanditaires.

C’est en recueillant les propos de Pape Malickou Diakhaté que les premières provocations auraient débutées.

Certainement. Les confrères sont les principaux témoins parce qu’en interviewant Pape Malickou Diakhaté, on était à côté de l’entrée des vestiaires que le joueur a regagnés après. Naturellement, nous avons fait le pied de grue pour avoir le maximum de réactions. C’est là que l’agent de la Bip est venir me dire d’un ton insolent de dégager ou d’entrer dans la salle. Le seul tort de Kara Thioune, d’après ce qu’on m’en a dit, a été de s’interposer entre l’agent et moi. Et encore une fois, nous laissons tout entre les mains de la justice et que cela serve d’exemple pour que ça soit la fin du règne de l’impunité au Sénégal.

Vous avez des nouvelles de Kara Thioune, votre compagnon de galère ?

Oui, il est venu me rendre visite et cela m’est allé droit au cœur. J’étais d’ailleurs étonné qu’il se soit déplacé jusqu’ici, parce qu’on m’avait dit qu’il crachait et pissait du sang. Lui-même m’a dit le lundi que tout est rentré dans l’ordre et qu’il était sous surveillance médicale. J’ai lu dans la presse que mercredi, il a participé à la réunion du comité de crise tenue dans les locaux du groupe Futurs médias. Je prie pour qu’il se remette surtout des séquelles morales subies.

Demain, toute la presse et les Sénégalais épris de paix et de justice vont marcher dans les rues de Dakar. Vous avez un message pour les confrères.

J’ai demandé que mes deux fillettes participent à la marche, soit au point de départ, soit au point d’arrivée. Ce n’est plus le combat du groupe Futurs médias, ce n’est plus celui des journalistes. C’est le combat de toute la population sénégalaise parce qu’il y a eu des précédents avec des opposants torturés, malmenés. Récemment, il y a eu le cas des consuméristes et jusqu’à présent, aucune suite. C’est donc le combat de tous les Sénégalais. Pour la marche, il faut une grande mobilisation avec la participation de toutes les composantes de la société. Si je pouvais, j’allais être de la partie, mais je suis de tout cœur avec les marcheurs.

Dans quelles conditions avez-vous fait l’enregistrement qui passe sur les ondes des radios et qui témoigne de la violence de votre agression ?

Je ne sais même pas. J’ai été informé quatre heures après les faits par le chauffeur de la radio. J’étais en ce moment à l’hôpital Principal. Avant le match, on m’avait remis un nouvel appareil. J’ai pu enregistrer sur deux pistes, le bruitage qui a suivi un but des Lions et celui de la fin de fin du match. A la piste trois, j’avais Pape Malickou Diakhaté et j’étais sûr d’avoir arrêté l’enregistrement à cette troisième piste. Quand les choses ont commencé à dégénérer, j’ai mis l’appareil dans la poche du pantalon jeans que je portais. Je ne sais comment l’enregistrement s’est déclenché. A un moment d’ailleurs, un agent de la Bip me l’a pris avec mon portable sous prétexte que nous journalistes, nous sommes dangereux. Je ne savais même pas l’appareil que j’avais entre les mains, fonctionnait.

Vous avez écouté l’enregistrement. Avec le recul, qu’est-ce que cela vous fait ?

Quarante-huit heures après les faits, il m’arrivait de craquer. C’était difficile parce j’étais menotté, torturé, roué de coups. Il y avait six ou sept personnes qui se sont acharnées sur moi. L’enregistrement, il faut le mettre sur le compte de la volonté divine parce que je ne savais vraiment pas que l’appareil tournait. C’est peut-être une preuve que les autorités doivent prendre leurs responsabilités et sanctionner les fautifs.

Source: Le Quotidien

Article Lu 11045 fois

Vendredi 27 Juin 2008





1.Posté par savant le 27/06/2008 14:34
Pour sortir le sénégal de cette crise il faut nommer:

farba senghor ministre des affaires étrangères
karim wade ministre de l'économie et des finances
pape samba mboup ministre de l'intérieur
mamadou massaly ministre de la communication porte-parole du gouvernement

2.Posté par karité wade le 27/06/2008 15:21
euwleuw!!! yaw mom do savant!! tu es niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilllllllllllllllllllle!

3.Posté par tapalapa le 27/06/2008 15:39
Cambelle ne pense pas comme ça sinon ce n'est pas bon. tu risques d'inoxenter ces brigants qui vous ont frappé
tu sais qu'un autre de walf a été frappé aussi
donc attention
nous te soutenons et nous souffront avec toi tous les coups que tu as recu y compris pr kara.

bonne guérison
je vous aime tous les trois (cambelle, karamokho et l'autre de walf (je viens juste d'avoir l'info)

4.Posté par tapalapa le 27/06/2008 15:41
non il faut nommer un gendarme comme ministre de l'intérieur ainsi il va faire tuer notre progénituere et le Sénégal va s'effacer sur la carte

5.Posté par misss le 27/06/2008 16:36
k justice soi faite

6.Posté par Dïeugg le 27/06/2008 19:30
APPEL à Souleymane Jules Diop: Pouvez-vous faire apparaître vos articles sur AGORAVOX? Il faut une diffusion internationale des bêtises du régime de Wade.

7.Posté par DABO LANSANA le 28/06/2008 02:04

DU COURAGE MON CONFRERE, SI LOIN SI PROCHE, NOUS SOMMES À TES COTÉS. ON A TOUT COMPRIS. L´ETAT SENEGALAIS EST RESPONSABLE DE TOUTES CES BETISES. IL FAUT QU´ON SE DISE LES 4 VERITÉS. JE DIS ET J´INSISTE, IL FAUT LES JOURNALISTES DU SENEGAL SE REUNISSENT ET S´UNISSENT POUR COMBATTRE LES IMBECILES DU PAYS. CAR LES IMBECILES QUI VONT L´AGRESSION CONTRE LES FORMATEURS DE L´OPINION. IL FAUT LA POPULATIOPN EXIGE CE QUI EST DE DROIT. COURAGE DJAMBAR!!!!!

Lansana DABO
Journalist / International Correspondent
for AFRENEWS, Atlanta - GA, USA
Branch Latin and Central America

8.Posté par MARIE le 28/06/2008 07:14
bon courage a toi.J ai trop honte.
Violence gratuite...c est moche.
courage a tout nos amis de la presse.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State