Référence multimedia du sénégal
.
Google

ENTRETIEN AVEC UNE TRAVAILLEUSE DE SEXE «Des clients nous battent après les rapports sexuels pour récupérer l’argent qu’ils nous ont donné »

Article Lu 1730 fois


Les forces de sécurité, les travailleuses du sexe et l’Ong Enda Santé étaient en conclave pour discuter sur les dispositions légales et juridiques visant à sécuriser les prostituées au Sénégal. Il s’agissait aussi d’aider les forces de l’ordre à élaborer un plan de sensibilisation, d’information, de prévention et de prise en charge des personnes vivant avec le VIH Sida. Lors de cette rencontre, une travailleuse du sexe nous a livré ses impressions et les difficultés qu’elles rencontrent dans le métier. KH. D. elle s’appelle.
-Quand est-ce que vous avez commencé à exercer ce métier ?

Je me suis lancé dans la prostitution, il y a quatre ans.

-Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce métier ?

Je suis entrée dans ce métier après mon divorce. J’ai commencé d’abord comme domestique. Un jour, j’ai rencontré une copine qui m’a dit qu’il y a un moyen très rapide pour se faire beaucoup d’argent. Elle m’a dit que je pouvais gagner en une seule nuit ce que je gagne en un mois. Depuis lors, nous sommes sorties ensemble et j’ai commencé à gagner beaucoup d’argent. Argent qui me permet de subvenir aux besoins de ma famille et de mes enfants.

- Combien aviez-vous gagné la première fois ?

Je ne me rappelle pas. Mais c’était beaucoup d’argent. Dès le lendemain, j’ai dépensé tout l’argent me disant que je pourrais en gagner encore le soir même.

-Quels sont les lieux que vous fréquentez ?

Je fréquente Pikine. Mais je ne dirais pas l’endroit exact. Je sais que c’est un bar et une boîte de nuit.

-Avez-vous souvent des problèmes avec vos clients ?

Nous rencontrons souvent des clients qui nous battent après le rapport sexuel pour récupérer leur argent. Quelquefois nous rencontrons des clients qui ont bu de l’alcool et qui n’arrivent même pas à jouir. Souvent, l’affaire atterrit à la police. C’est un travail dangereux

-Utilisez-vous des préservatifs ?

Bien sûr. Il est hors de question d’entretenir des relations sexuelles avec un client sans précautions.

-Avez-vous un carnet de santé ?

Nous avons un carnet de santé et c’est Enda Santé qui nous prend en charge pour les visites, les médicaments et le dépistage du Vih Sida.

Comptez-vous arrêter ce métier un jour ?

Enda nous exhorte à abandonner le métier pour nous lancer dans d’autres activités. Des financements sont même disponibles pour que nous fassions du commerce.

Et maintenant ?

Nous comptons laisser tomber la prostitution, mais nous n’abandonnerons pas subitement. Nous diminuons d’abord nos sorties du fait de notre nouvelle activité.Si les choses marchent bien, nous mettons de côté ce métier lucratif mais dangereux qu’est la prostitution.

Quel message donnez-vous aux jeunes qui veulent exercer ce travail ?

Je leur demande de ne pas faire ce métier. Il ne mène à rien. La preuve : les anciennes prostituées sont devenues vieilles et n’ont plus aucune ressource. Et puis, c’est un travail très dangereux.

Source: L'observateur

Article Lu 1730 fois

Mardi 14 Août 2007





1.Posté par kha le 15/08/2007 14:25
INN LLAHI WA INNA ILAYHI RAJIHOUNA.Que dieu nous protege de ce mal du monde.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State