Référence multimedia du sénégal
.
Google

ENTRETIEN AVEC...Malick Ndiaye sur la dépénalisation de l’homosexualité : «L’Etat s’est livré à un jeu de dupe en signant des conventions pour obtenir de l’aide»

Article Lu 11451 fois

Après la pression de la France demandant au Sénégal de dépénaliser l’homosexualité, les réactions de désapprobation continuent toujours de tomber. Le sociologue Malick Ndiaye qui analyse la situation parle d’une volonté de l’Occident de déconstruire les cultures et les identités dans les pays non européens et en particulier musulmans. Pour lui, il y a un affaiblissement majeur du projet étatique au Sénégal. Et, cela se symbolise par son silence face à cette situation.



ENTRETIEN AVEC...Malick Ndiaye sur la dépénalisation de l’homosexualité : «L’Etat s’est livré à un jeu de dupe en signant des conventions pour obtenir de l’aide»
On parle, actuellement au Sénégal, de la dépénalisation de l’homosexualité. Qu’en pensez-vous ?

La dépénalisation est aujourd’hui agitée par une puissance extérieure, en l’occurrence la France. Sous ce rapport, ce n’est pas le Sénégal qui discute de la dépénalisation, mais la France. Elle est à l’origine d’un débat français sur le Sénégal. Dans notre pays, il est question de manière endogène de la dépénalisation des délits de presse car, nous savons de quoi il s’agit. La dépénalisation de l’homosexualité ne semble pas venir du Sénégal. Ce qui est remarquable aujourd’hui, c’est que la puissance publique française interpelle au plus haut niveau les autorités étatiques du Sénégal sur une décision de justice. C’est très inhabituel qu’un ex-colonisateur interpelle un Etat souverain dans un domaine où cet Etat est exclusivement autonome pour prendre l’une ou l’autre décision. Ensuite, l’Etat français ne se contente pas seulement d’interpeller, mais il mène campagne pour faire avancer le dossier sur la dépénalisation de l’homosexualité. Il y a, de la part de la France, un ensemble d’opérations pour faire fléchir l’autorité légale. A cela, on ajoute la mobilisation de la coopération décentralisée pour faire plier l’Etat du Sénégal. Montesquieu disait que la différence entre les lois et les mœurs, c’est que les lois gouvernent le citoyen dans tous ses actes publics, tandis que les mœurs gouvernent l’homme. Les mœurs des Nations doivent être laissées aux nationaux, aux discussions et aux controverses internes à chaque Nation. Il y a une indélicatesse des autorités françaises de mener campagne sur une question qui est conforme aux mœurs, aux usages et aux coutumes des Sénégalais. Les autorités françaises ont une impudence de défier les lois et les mœurs d’une République souveraine. Nous sommes tous interpellés aujourd’hui.
Le Sénégal avait signé et ratifié les Conventions internationales garantissant le respect des droits humains, y compris ceux des homosexuels. Par la suite, il revient pour condamner l’homosexualité.

N’est-ce pas là un paradoxe ?

L’interpellation du Sénégal par le gouvernement français relève des relations internationales. Le comportement du Sénégal vis-à-vis de la France est connu. C’est ce pays qui a octroyé récemment une rallonge budgétaire au Sénégal et, il y a lieu de se demander, s’il n’y a pas une relation entre ceci et cela. Il y a un problème de nature critique. Le Sénégal, en signant les Conventions internationales a mis l’Etat en porte-à-faux par rapport aux coutumes et aux mœurs. Cette contradiction est mise à nue par les Français qui nous demandent de dépénaliser parce que nous avions signé la convention. Il y a un manque de cohérence de l’Etat du Sénégal et ce phénomène me semble plus apparent que réel, parce qu’en réalité, c’est l’Etat français qui impose au Sénégal une certaine orientation. La France veut prolonger sa domination dans un domaine qui lui échappait jusqu’ici, c’est-à-dire les coutumes, les mœurs et les us.

On reproche aussi au Sénégal de signer des conventions qui vont à l’encontre des us et coutumes, des mœurs de son peuple…

(Il coupe). L’élément nouveau, ce n’est pas que le gouvernement du Sénégal signe des conventions et se mette en contradiction avec son peuple. C’est la première fois que la France qui domine déjà, exige que le domaine réservé jusqu’ici à la société sénégalaise soit reconfiguré conformément à ses conceptions. Le scandale ne réside pas dans le fait qu’un Etat dominé comme celui du Sénégal qui fait de la mendicité internationale, de l’agiotage politique dans les différents organismes, à l’Onu et un peu partout, signe des conventions sans les regarder, mais c’est quand la puissance qui contrôle l’économie et la justice exige qu’il révise sa décision de justice. Ce qui veut dire qu’on assiste à un retour de la question nationale que l’on croyait résolue. Puisque des pays occidentaux qui dominent la scène mondiale sur le plan économique veulent passer aujourd’hui à une phase supérieure dans la déconstruction des cultures et des identités dans les pays non européens et en particulier musulmans. La valeur que je donne à cette pseudo querelle de l’homosexualité au Sénégal, c’est que l’Occident veut maintenant contrôler les mœurs des Sénégalais. Il y a un défi essentiel dans nos pays, à relever. Sarkozy voudrait qu’il y ait au Sénégal un mouvement de gays jouant un rôle public, politique et pourquoi pas électoral sur le modèle du mouvement des gays en Amérique et en France. Notre contexte socioculturel et religieux ne l’accepte pas. Donc, notre situation est celle de devoir faire face à une volonté de laïcisation universelle de la planète. L’Occident veut détruire les foyers de résistance et rejeter la diversité.

Jusqu’à présent, on n’a pas encore noté la réaction de l’Etat du Sénégal face à l’interpellation de la France. Selon vous, qu’est-ce qui explique ce mutisme des autorités sénégalaises ?

L’Etat du Sénégal est fragilisé parce qu’il est obligé de quémander sur le plan international, de l’argent pour meubler des déficits en tout genre. L’Etat consomme beaucoup trop et il est endetté sur le plan interne. Il y a une situation par laquelle l’Etat est fragilisé par la conjoncture mais aussi par le déficit budgétaire. L’Etat du Sénégal se tait parce qu’il n’a pas aujourd’hui assez de coffres ni suffisamment de ressorts pour renvoyer à Monsieur Sarkozy son arrogance. Il est globalement diminué face à des bailleurs qui semblent l’avoir pincer. D’ordinaire, notre Etat aurait rugi comme un lion parce que c’est une décision de justice. Chaque Etat a une autonomie du point de vue judiciaire. Mais, pourquoi ce silence ? C’est un silence d’un pays qui, face à son maître, baisse la tête en signe d’acceptation. L’Etat français domine celui du Sénégal et peut le trancher, le houspiller sans trop de dommage, puisque notre Etat manque d’orientation stratégique. Il y a aujourd’hui un affaiblissement majeur du projet étatique national au moment où le parti au pouvoir doute de lui-même. Cette interpellation est plus grave que celle portant sur les mandats d’arrêts internationaux lancés contre Mame Madior Boye et Cie. Nous avons vu que l’Etat avait bondi pour faire toute une cabale et mobiliser tout le monde sur cette question. Mais, quand c’est encore plus grave comme aujourd’hui, l’Etat se tait et là, c’est le silence de la dépendance et non pas celui d’une réflexion stratégique. Il y a un malaise dans l’Etat. Il y a aussi un divorce entre la société et l’Etat. L’Etat s’est livré à un jeu de dupe qui consiste à signer des conventions pour obtenir de l’aide. C’est un jeu d’Etat sans épaisseur. Nous avons affaire à une démission de l’Etat. C’est comme si le Sénégal est un département français. Sarkozy nous demande de réviser nos lois, ce qui est inacceptable.

Puisque vous dites que l’Etat est fragilisé, est-ce qu’on peut s’attendre à ce qu’il cède devant la pression venant de la France ?

A ce stade, l’Etat ne peut pas décevoir son opinion plus qu’il ne l’a déjà fait. Parce qu’il a cassé son jeu en ne défendant pas la société face à des Conventions internationales qui sont des fruits des civilisations occidentales qui veulent homogénéiser la planète. L’Etat a fait une faute en ne réagissant pas. Il avoue la faute en restant silencieux. Dans quelle mesure cet Etat va réparer cette faute ? On se pose la question. Le silence est un aveu de culpabilité ou d’impuissance. Cette question dépasse un Etat sans envergure qui n’a pas de projet étatique. La question nationale risque d’échapper à l’ébauche du souverainisme que l’on a vu chez Wade. Il faut que les Sénégalais prennent en charge un nouveau point de ralliement qui va devoir pallier l’impuissance stratégique de l’Etat. Il faut une revitalisation des principes d’un Etat dans un pays où 99 % des citoyens ne se reconnaissent ni dans l’homosexualité, ni dans les lois sur l’homosexualité, ni dans les conventions signées par l’Etat avec l’aval honteux du Parlement sénégalais. L’Etat à renoncer à défendre les intérêts vitaux du Sénégal. L’intelligentsia doit réagir. Certaines intelligentsia ne parlent aujourd’hui que du Fesman (Ndlr : Festival mondial des arts nègres) parce que simplement c’est un bonbon qui a été donné à un certain nombre d’écrivains qui font leur beurre et qui n’ont pas le temps, alors que la société est agressée. La classe politique aussi est hypocrite parce qu’elle est partisane d’une certaine idée de la laïcité qui est occidentale et honteuse. Elle n’ose pas affronter les sentiments collectifs des masses. Nous devons élaborer des réponses pour réagir face à cette volonté de l’impérialisme français. Le silence coupable de l’Etat équivaut à une acceptation tacite et à une auto culpabilisation. Il faut que les intellectuels réagissent car, ce combat est le leur.

Source: le Quotidien

Article Lu 11451 fois

Jeudi 22 Janvier 2009





1.Posté par migthy le 22/01/2009 16:29
que sarkozy et son gouvernement de pédé et de franc-maçons aillent se faire F.O.U.T.R.E.

2.Posté par Faala le 22/01/2009 17:09
Parfait accord avec M. NDIAYE.
Le vrai combat est de nous faire, sans complexe, notre place dans cette mondialisation orchestrée et coachée par l'occident où la "deshumanisation" de l'Homme atteint des paliers d'avilissement incroyable chez le sénégalais de culture.
En avant pour ce combat simplement humain

3.Posté par SOWPIIRR le 22/01/2009 17:37
C'EST TOUJOURS LA COLONISATION DES DIRIGENTS AFRICAINS.

LES,COROMPUES. TOUS

4.Posté par baay goo le 22/01/2009 17:44
KARIM MEÍSSA WADE EST LE 1er GOOR JIGGEEN DE CE PAYS

5.Posté par SEYE IBRAHIMA abidjan le 22/01/2009 18:02
Il faut que la France sache leurs moeurs et les notres sont différents;meme s'il aide le SENEGAL c'est pas à elle de nous dictée notre justice.Un des ministre français parle pour dire qu'on se mèle de la justice sénégalaise, donc pourquoi il met sa bouche dans notre culture.Ces homosexuels ont échappé ,on devait les bruler vives,ils n'ont qu'à partir en France pour le faire mais pas chez

6.Posté par soum le 22/01/2009 18:54
ECOUTEZ, IL FAUT PAS BLAMER LA FRANCE MAIS L'ETAT SENEGALAIS. C'EST NOTRE ETAT QUI A SIGNE CES PAPIERS. DONC C'EST NORMALE QUE LA FRANCE SI MELE.
NOUS N'AVONS PAS QU'A NBLAMER NOTRE ETAT QUE NE SONT QUE DES FAUX TYPES. C'EST COMME SI ON EST ENCORE COLONISE PAR LA FRANCE. MAIS FRANCHEMENT LE PEUPLE SENEGALAIS MERITE D'ETRE COLONISE PARCE QU'IL FONT QUE PARLER AU LIEU DE DESCENDRE DANS LES RUES ET DEFENDRE NOS PROPRES INTERETS PUISQUE CE QUE TROP C'EST TROP.


7.Posté par DIOPPP le 22/01/2009 19:09
Je n'ai pas lu le texte de ce "sociologue" à cause de l'ostracisme de son titre. Il est vrai que la pauvreté (intellectuelle et matérielle) et la cupidité de nos "responsables" en font des potences de rêve pour toute politique soit universaliste. Ceci étant, notre sociologue ne va pas nous dire qu'il n y a pas d'homosexuel chez nous. Qu'il y ait des loi encadrant toutes moeurs déviantes dans une société pauvre et fragile, nous n'en disconvenons pas. Mais de là à aseptiser la société sénégalaise sous prétexte qu'elle est croyante (entendez musulmane), c'est méconnaître tout simplement l'homme dans son imperfection. C'est une lapalissade de dire que le sénégal est comme tout autre pays, c'est à dire fait d'hommes de qualité, d'hommes intègres (qui ont d'ailleurs préparé le terrain à un diminué de la taille de Abdoulaye Wade), d'hommes et de femmes dont la Foi ne souffre d'aucune imperfection etc... . Mais la société sénégalaise est aussi une société à dimension humaine, c'est à dire avec des composantes homo sexuels, des pédophiles, des violeurs, des voleurs, des détourneurs de l'argent publique, des assassins de journalistes condamnés et restés impunis, des juristes corrompus.... et j'en passe. Dire que notre société ne doit pas tolérer l'existence d'homo sexuels (je ne dis pas que ce sont les propos de ce sociologue... je n'ai pas lu le texte à cause de son titre), c'est tourner le dos à l'intelligence et à l'humanité. Vous pouvez ne pas partager mon point de vue, celà n'enlèvera pas mon éducation, ma culture, mon amour et ma nature de sénégalais. Vous aussi pouvez avoir d'autres avis sur la question, mais nous ne serons un Grand Pays que si nous acceptons de vivre ensemble avec nos différences sans imposer nos idées (j'allais dire nos conneries) aux autres.

8.Posté par malik le 22/01/2009 19:29
en tous cas si tu es pd et ke on te vois on va te faire la misere

9.Posté par wer le 23/01/2009 01:51
ET POURTANT SARKOZI IL N OSE MEME PAS DEMANDER AUX AMERIVCAINS DE SUPPRIMER LA PEINE DE MORT DANR CERTAINS ETATS DONC QU ILS VIENNENT PAS NOUS AMERDER .;C PARCEQUE C LE SENEGAL QU IL SE PERMET QUOI. A NOS DIRIGEANT DE MONTRER PATTES BLANCHES LE SENEGAL EST UN PAYS AUTONOME IL N APPARTIENT PAS AU FRANCAIS NI A LEUR CHEF D ETAT DE MERDE DE NOUS DIRE C QUE NOUS DEVONS FAIRE . GOORGIGUEEN BOUFI TAKHAWALOU NIOU DEUG DEYAM

10.Posté par Deug le 23/01/2009 13:01
Une bonne analyse d´un sociologue. Bravo

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State