Référence multimedia du sénégal
.
Google

ENTRETIEN AVEC JULES JUNIOR (WALF TV) « Je suis toujours lucide à l’Heure d’Ataya »

Article Lu 15436 fois

Agé de 38 ans, Souleymane Guissé, Jules Junior pour le public, ne fait pas son âge. Issu d'une famille monogame de neuf enfants, ce Foutanké a grandi entre Pikine et la Normandie où il se rendait pendant les grandes vacances. Originaire de la dynastie des Guissé de Pété et Démète dans la région de Matam, le disciple de Cheikh Oumar Foutiyou Tall manie avec aisance sa langue maternelle, le Pulaar. Après avoir décroché son baccalauréat littéraire au lycée Limamou Laye de Guédiawaye, ce fils de médecin décide de se lancer dans l'animation musicale sous l'ombre tutélaire du défunt animateur de radio France international, Gilles Obringer. Et c'est ainsi qu'il effectue plusieurs stages dans de grandes radios comme Rfi en France ou Wcin aux Etats-Unis. Au bout de ce périple professionnel, il débarque à Walf Fm en 1997, suite à une sélection. Et c'est cette radio qui le révèle au grand public avec les émissions interactives comme Black Label, Ataya. Dans cet entretien qui suit, Jules Junior évoque son parcours person­nel, son séjour en Amérique, sa vie privée. Non sans expliquer pourquoi à l'émission Ataya, il pousse ses invités à bout - jusqu'à agacer le téléspec­tateur...



ENTRETIEN AVEC JULES JUNIOR (WALF TV) « Je suis toujours lucide à l’Heure d’Ataya »
Pourquoi ce surnom de Jules Junior par lequel on vous appelle ?

Souleymane GUISSE : Mon père est un intellectuel et il aimait m'appe­ler Jules, le surnom de Souleymane. Pour me distinguer d'avec mon défunt homonyme qui vivait à la maison, il disait Jules Junior. Tout est parti de là.

Comme vous êtes issu d'une famille traditionaliste Hal Pulaar, pratiquez-vous la religion musul­mane ?

Pour être honnête, je ne pratique que de temps en temps. Comme tout disciple de Cheikh Oumar Foutiyou Tall, j'accomplis certaines formalités comme jeûner le mois de Ramadan, sacrifier au rituel de la Tabaski; donner la Zakat - quand je peux – aux nécessi­teux.

Jules a donc reçu une éducation assez moderne ?

C'est vrai que j'ai acquis une petite éducation à l'occidentale. Ce qui ne m'empêche pas de respecter mes ori­gines foutanké. Quand je pars en France, je suis à l'aise. J'ai plein de potes avec qui j'ai fait mon enfance. Je pense que c'est pourquoi certains ne me comprennent pas. Par exemple, mon fils s'appelle Boubacar François Guissé qui a soufflé ses quatre bou­gies. Parce que je lui ai donné les noms de mon frère Boubacar et de mon ami français, François.

­Parlez-nous un peu de vos vacan­ces en Normandie ?

Je me souviens des courses en motos à Bas-Fleur avec un ami d'enfance du nom de Patrick Gouderet. Nous étions tou­jours choyés par sa regrettée grand-mère.

Après votre Bac, qu'avez-vous fait ?

Après le bac, j'ai beaucoup voyagé. J'ai travaillé au sein de grandes radios à travers le monde.

Lesquelles par exemple ?

Des radios comme Génération, Radio France International (Rfi), Wcin... J'ai eu à travailler durant huit mois aux Etats-Unis.

Que faisiez-vous dans ces stations ?de l'animation ?

Oui, de l'animation, juste pendant une courte période. Parce que c'est Gilles Obringer (défunt animateur à la Rfi Ndlr), qui m'avait mis en rapport avec des amis de Radio France venus au Sénégal.

Comment êtes-vous entré dans l'animation ?

Par le biais de Jules Obringer qui m'aimait beaucoup. Il me disait tou­jours que j'étais un mignon garçon. À douze ans déjà, il m'a amené au Burkina Faso. Comme mon père est quelqu'un d'assez libéral, il m'a auto­risé à voyager avec lui au Gabon, au Mali lors d'une tournée avec Rfi. En 1997, l'ancien directeur de Nostalgie, Paul Saviote m’a demandé de faire un casting. Après mon audition à Dakar, la radio ne m'a pas rappelé.

Quelques jours après, un ami ivoi­rien qui travaillait à Dunyaa Fm est venu me voir pour me faire part de son différend avec le président directeur général du groupe, Ben Bass Diagne. Comme il me connaissait, il m'a pro­posé de le remplacer à son poste. Ainsi, nous sommes allés voir son patron. Comme il en voulait à son employé, Ben Bass m'a insulté et chassé de son bureau. Je n'ai pas réagi parce que j'avais vraiment besoin d'un boulot.

Vous étiez dans le besoin ?

Je ne venais pas de la basse classe, mais j'étais animé par la passion du métier de l'animation. J'en voulais tel­lement.

Pourquoi après le baccalauréat, n'avez-vous pas suivi une forma­tion professionnelle ?

Je ne suis pas parti à l'université parce que je voulais juste chômer. Prendre du thé avec mes amis, aller danser, soutirer de l'argent à mon papa... Sous l'influence de mes copains qui n'étudiaient que pour des raisons financières.

Comment avez-vous fait pour rejoindre Walf Fm ?

Il y’avait une grande soirée à la Cafétéria Plus de Hann ou je travaillais comme Dj. L’on me payait 1500 francs par soirée. Et lors d’une soirée du fils d’Alpha Blondy, mon ami coco Jean de Nostalgie m’a demandé d'assurer le micro. Après le spectacle, l’an­cien directeur de Walf Fm, Mame Less Camara est venu me dire que je faisais un bon travail. Comme, je n’avais pas de téléphone porta­ble, je lui ai donné le numéro de la boîte. Une semaine après, Mame Less a appelé plusieurs fois pour m'avoir. C'était pour me deman­der de venir me présenter à une sélection de sa radio.

Ce qui m'a marqué à mon arrivée est que j'ai été auditionné par Mame Less Camara, Abdoulaye Lam et Reine Marie Faye. Le bâtiment n’était pas le même et il y avait vraiment de grands messieurs. C'était en 1997. On était une trentaine de candidats. Je priais chaque jour pour le remporter. Et l'on nous a retenu Boub's et moi.

Vous avez fait de l’animation dans les baptêmes et mariages ?

Non du tout. Je n'ai fait qu'une seule boîte de nuit et de grands concerts.

Quelle a été votre première émis­sion à Walf Fm ?

Ce que les gens ne savent pas, c'est que toutes les grandes émissions de Walf, c'est moi qui ai fait le concept. Je parle sous le contrôle de beaucoup de témoins. Par exemple, Sape deu­guine..., j'ai demandé à Boub's de le faire le matin. Pour pouvoir enchaîner l'après-midi avec Black label. Comme nous sommes des frères, on passait la nuit ensemble. La première produc­tion musicale qui a eu un nom à Walf, c'est la mienne. C'est après que les autres animateurs comme Dj You ont suivi l'exemple. Et après viendra Ataya.

En 1997, Black Label avait un suc­cès éclatant ? N'êtes-vous pas nostal­gique de cette époque ?

C'est une innovation. Le logo qui est matérialisé par un bébé qui porte cinq touffes de cheveux séduit tout mélomane. Cela symbolise l'africa­nité. Je pense que cette émission ne mourra jamais. En fait, il fait partie du patrimoine culturel sénégalais. C'est mon premier bébé que je respecte beaucoup. J'ai le potentiel, si Dieu me donne longue vie, de l'amener là où je veux. Je l'ai animée pendant sept années avec ascension.

Malgré tout cela, vous avez décidé un moment de vous expatrier aux Etats-Unis ?

En fait, j'étais parti aux Usa pour développer mon anglais et travailler dans une radio dénommés Wcin. Je dois justement y retourner après la Tabaski pour couvrir le festival Globalfest, qui se tient à New York. Il m'arrivait de mettre des titres de musi­ciens anglais comme Phill Collins et ne rien comprendre des messages qu'ils véhiculaient. C'est pourquoi, je m'y suis rendu. J'en ai profité pour monnayer mes talents à la radio tenue par des Africains et des Jamaïcains dans l'Etat d'Ohio. J'ai vécu deux ans là-bas.

Il paraît que vous faisiez du modou-modou pour survivre ?

Je n’ai jamais fait du modou-modou. Quand j’étais à Floride, Miami à côté du Cap Canaveral, il y’avait une piscine dans la maison qu’on m’avait louée.

D'où tiriez-vous les moyens de ce luxe si l'on sait que la vie n'est pas facile aux Usa?

Dans le domaine des Français, ce n'était pas cher. On payait des choses comme 800 mille. Dans ces zones, la location est abordable. Ma femme est une Sénégalaise de nationalité améri­caine, c'est elle qui travaillait. Nous nous sommes mariés là-bas. Mais, on s'est connus ici.

Donc vous étiez entretenu par votre épouse, pourquoi n'êtes-vous pas resté ?

C'est la chaleur du pays qui me manquait. En Amérique, c'est un peu gris, stressant. Je ne travaillais pas. Je restais à regarder la télé à la maison. Je m'ennuyais vraiment. Et comme ma femme s'en était rendue compte, elle m'a suggéré de rentrer pour me décontracter. Il y a aussi que j'avais envie de revenir me battre pour Sidy Lamine Niasse.

Durant tout le temps que vous étiez à l'étranger, vous pensiez à Walf ?

Evidemment, je pensais souvent à Sidy avec les départs de nos meilleurs éléments. J'avais envie de venir relever le défi, de restituer ce qu'on avait bâti. Je sais que je le peux. Ce qui me moti­vait énormément.

Après deux ans d'absence, est-ce que les gens n'ont pas profité de votre départ pour prendre votre place?

Je ne pense pas. Boubacar est mon frère. Je ne sais pas, mais le problème de Black label est que les gens â qui l'on avait confié l'émission n'ont pas été à la hauteur. Ils ne se reconnais­saient pas dans l'organisation avec le contenu et le feeling. Il faut en être le créateur pour pouvoir y apporter du jus. Si je n’étais pas parti, elle serait toujours «in». Vous verrez quand je la reprendrai en main, y aura l'ascension d'antan.

C'est pour quand ? Qu'attendez-­vous ?

Pour l'instant, je suis revenu à l'animation du matin avec Sape deguine.

Revenons à Ataya. C'est quoi le concept de cette production ?

Quand j'en ai parlé à Boub's, il m'a dit «Non ! Jean, on se repose». II est Jean, je suis Paul.

Pourquoi Jean et Paul ?

C'était pour passer inaperçu dans certaines assemblées. Le premier numéro, nous l'avons animé ensem­ble. Pour revenir à Ataya, comme beaucoup de gens aiment le thé, je me suis dit que j'aurai une production qui s'appellera ainsi. Et au deuxième numéro, j'ai laissé Boub's dans le stu­dio et je suis parti faire un reportage dans la rue avec un chauffeur. Comme Sidy ne comprenait pas ce que j'envi­sageais de faire, il nous a rappelé en cours de route pour qu'on ramène le véhicule.

À la prochaine émission, c'est un grand journaliste qui se nomme Souleymane Niang qui avait compris mon concept- qui m’a dit de partir avec une voiture. Il en assumerait les responsabilités. Tout a démarré ainsi. J'ai imaginé des slogans comme sama kaas... Maintenant, c'est juste qu'on l'a transporté de l’audio au visuel. C'est pourquoi, je remercie l'équipe avec laquelle je travaille.

Certains vous reprochent d'agres­ser vos invités ? Est-ce profession­nel ?

Non. Je n'agresse personne. Je pense que je leur donne la chance d'apporter leur version sur une his­toire qui les concerne. C'est pour qu'ils se défendent sans hypocrisie. Ce qui me pousse à leur poser des ques­tions assez pointues, pour ne pas dire directes. Je pose des questions à partir des rumeurs qui sont véhiculées. Bref, Jules pose sur la table ce que l'on chu­chote.

Etes-vous conscient qu'on vous en veut pour cela ?

(Sérieux) Qui m'en veut ?

Des téléspectateurs qui n'appré­cient pas le fait que vous fouillez dans la vie privée de vos invités.

Pourtant chaque vendredi, tous les Sénégalais sont devant leur télévi­seur. C'est un défaut de la part des Sénégalais qui refusent d'avancer. C'est pourquoi Sidy Lamine est ma référence. II a l'habitude de dire : « le train qui arrive à l'heure ne nous inté­resse pas. Mais c'est celui qui est en retard.»

C'est pour démontrer que nous sommes en train de développer des concepts. Ce que font les autres ani­mateurs des télévisions, n’est pas de la télé. Walf Tv fait mieux que cela. Nous faisons de belles choses.

On vous taxe pourtant de faire de la radio filmée ?

Quelle radio filmée ? Nous fai­sons mieux que la Rtsl, 2stv, Canal Info...toutes les autres chaînes. C'est sérieux.

On vous reproche également de ne pas suivre l'actualité parce que vous posez parfois des questions déphasées ?

C'est quoi l'actualité ?

Je vous pose la question ?.

Au Sénégal, je ne la suis pas parce que ce n'est que Macky Sall/Karim Wade. Cela ne m'inté­resse pas. Je ne suis vraiment pas la politique. Même s'il m'arrive d'invi­ter des politiciens. Cependant, si vous m'interpellez en culture, je sau­rai quoi vous répondre, notamment en musique. Dans ce domaine, je suis polyvalent. Il n'y a pas match avec les autres.

Dans votre avant-dernier numéro, vous aviez invité Omar Ndiaye Xosluman. Et ça a failli dérapé avec Salam Diallo à cause d'une de vos questions ?

Ce n'est pas mon problème. Omar Ndiaye a attaqué Salam Diallo qui a téléphoné pour riposter. C'est la vie. Il faut que les gens règlent leurs comptes.

D'aucuns vous accusent de leur avoir mis en mal ?

Est-ce que je peux pousser une personne à faire ce qu'elle ne veut pas ? Ils sont majeurs et vaccinés. Encore une fois, Ataya est un format. Les invités, je ne leur parle même pas. Pour éviter des complicités, j'entre deux minutes avant l'enregistrement. Si la personne n'a rien à se reprocher qu'elle réponde aux questions.

D'autres disent que vous agressez vos invités parce que vous n'êtes pas lucide ?

(Surpris) Lucide comment ?

Que vous prenez de l'alcool avant d'entrer en studio ?

Le Sénégalais cherche toujours un raccourci pour détruire quelque chose. J'ai ma vie privée. J'en fais ce que je veux à 100 %. Le reste est que si je n'étais pas lucide, je ne serais pas capable de pousser mon invité à répondre à la question qui m'inté­resse. C'est parce que je suis très lucide que je les pousse à dire ce que je veux. Tout cela, pour le plaisir de mes auditeurs et téléspectateurs. .C'est l'audience qui m’intéresse.

Votre question m'a beaucoup marqué dans la mesure où j'ai beau­coup de respect pour Sidy Lamine qui me le rend bien. Seulement, même si j'ai ma vie privée, je connais mes res­ponsabilités dans ce que je fais. Je veille à mon challenge. Il ne m est pas permis de me comporter mal.

Vous n'avez jamais eu de problème au sortit d'une émission ?

Ce que les gens ne comprennent pas, c'est que ce format de tiraillement existe depuis plusieurs années.

Quelles sont vos relations avec les filles ?

Ce n’est pas mon fort. Même si j'avoue que je ne suis pas monogame. Je ne drague pas, car c'est stressant. Les filles vous mettent de la pression. J'aime ma femme, car elle me com­prend. Elle me donne un peu de liberté pour vivre.

Est-ce que c'est facile de vivre un mariage à distance ?

En fait, je fais la navette entre les deux pays. Elle vient quand elle a le temps.

Il paraît que vous êtes très maladif ?

Je suis quelqu'un de très fragile: Mais je me sens bien. J'irai d'ailleurs en France en décembre pour revoir mon état.

Réalisé par Ndeye Awa Lô

Source: Walf Gran Place

Article Lu 15436 fois

Dimanche 2 Décembre 2007





1.Posté par abdou ndao le 02/12/2007 10:23
Salut Man,

Tiens bonc mon pot car au sènègal c'est difficile d'etre un professionnel, ils ont plus besoin de passionnè que de pro...

Nous avons tous commencè en 97 moi dans un autre secteur de la musique avec des pots et toi d'a'autres dans le secteur de l'animation....

Je te souhaite beaucoup de courage Man tè un pro!!!!

2.Posté par koubakh le 02/12/2007 13:20
salut tout le monde. je n'ai rien contre Jule,mais je trouve qu'il cherche toujours à énerver ses invités. L'émission est très intéressante. je suis à l'extérieur et je regarde toutes les semaines ATAYA. pour sa vie privée, ça n'engage que lui, donc no coment. donc Jule essaye de mettre un peu de sucre dans l'émission, car elle est suivie par beaucoup de téléspectateurs. du courage.

3.Posté par satellite le 02/12/2007 13:40
comment faire pour avoir walfTV en clair sur les satellite. je la capte seulement quelques minutes et puis elle disparait. je vis en europe si vous avez des solutions please aidez moi.

4.Posté par toutou le 02/12/2007 14:44
Ce n'est pas mon problème. Omar Ndiaye a attaqué Salam Diallo qui a téléphoné pour riposter. C'est la vie. Il faut que les gens règlent leurs comptes.
TU N'A PAS HONTE DE DIRE CA
TU AS UN VIE PRIVEE LES AUTRES AUSSI
TU POSE MAL TES QUESTIONS
RESPECTE TES INVITE

5.Posté par BOUBS le 02/12/2007 15:40
PAUL SAVIOTE DE NOSTALGIE, OMG JULES SI C CES MESSIEURS Q TU FREQUENAIS J ENVIE DE VOMIR. FYI TOUS DES PD DE A a Z. J'ESPERE QUE,,,,LOL

6.Posté par l'observateur le 02/12/2007 16:22
bravo jules je t'encourage bien sur ce que tu fais et prie au bon DIEU de t'assister a toutes tes entreprises tout en te rppellant que la vie n'est pas facile. y'auras toujours des critiques et c'est ce qui nous aide a progresser.je suis ton supporter numero 1.comme tu me disais au court des nevetanes de pikine:grand je suis ton supporter N°1.Boy toute la jeunesse pikinoise te suit tu fais un bon exemple alors du courage.

7.Posté par Ndoye 44 le 02/12/2007 16:32
Jules est l'animateur le plus nul dans l'histoire de la musique senegalaise. Je le suis depuis 1997. Et ce qui m'enervait c'est le fait qu'il voulait animait des emissions RAP sans connaitre shit du rap. Cela me faisait tres mal car tous les real rappers connaissaient ses failles. En plus c'est un complexe de 1er degre. Dey forcer pour bokk! Ici aux etats unis il ne faisait rien du tout. Ensuite Jules , il faut arreter de parler de ton "experience" dans les radios americaines dont tu viens de mentionner: comment etre animateur dans une radio americaine sans pour autant maitriser la langue anglaise. Tu ne veux que gonfler ton cv mais on sait que tu n'etais rien la bas.

8.Posté par moisa le 02/12/2007 16:53
et toi cher ndoye? je crois que ce n'est que pour gonfler ton cv de destructeur que tu donnes des informations pareilles.Essai plutot de donner plus de courage a tous ces jeunes qui tentent de s'ammeliorer en imitant les anciens.Comme c'est toi le parfait fait de ton possible pour aider ces jeunes senegalais qui preferent rester et travailler au pays plutot que de rester la ou tu vis a balancer des propos pareils pour nuir.merci monsieur Ndoye.

9.Posté par talibe Cheikh le 02/12/2007 20:52
merci,moisa tu as tout dis.god bless u

10.Posté par pa diombos le 02/12/2007 21:11
je crois que ce jule junior est trop nul il ma descu beaucoup même car nous sommes de la même generation du temps de black lbel avec boobs et tout . quand il a quitté ça a cree un vide c'etait dur mais son come back c'et nul a chier jules toutes tes questions ce sont des attaques de personnes nous nous avons etudié actuellement les anciens chomeurs sont devenu des cadres mais je px plus te suivre car tu é trop con essai de changé la je fé une atak sur ta personne respect tes invités.
ciao

11.Posté par Ndoye 44 le 02/12/2007 21:14
Moisa tu n'as rien compris. J'ai le droit quand meme de critiquer Jules sur le plan professionnel pour surtout ramaner ces gens qui nous tympanisent matin et soir par des "j'etais aux usa" ou des "g fait des stages par si" alors k lolou dou touss. Vrai professionel dou bakkou.
Quant a moi Moisa you don't know my bad yet coz u don't know who I am. So shut the *** up!

12.Posté par tocard le 02/12/2007 23:04
Bravo Jules pour le travail que tu fais mais "nak" ton pere n'est pas medecin.Il est infirmier.Un ami Pikinois qui te connait bien.

13.Posté par touré le 03/12/2007 00:27
ce nullard de jules junior a voulu faire avaler à Salam Diallo qu'il fait de l'acoustic.


14.Posté par MAT4157 le 03/12/2007 04:37
REGARDEZ SA TOF..... IL A DES YEUX DE SOULARD....EN PLUS C UN IGNORANT QUI SE PREND POUR UN CONNAISSEUR (CE QUI EST TRES GRAVE)....ET SI SALAM DIALLO EST UN CHANTEUR D'ACOUSTIC ALORS LIL WAYNE FAIT DU NDOMBOLO ET SIZZLA FAIT DU COUPE DECALE CHINOIS......PEACE OUT

15.Posté par Ndeude le 03/12/2007 12:03
Jules tu n'accepte pas qu'on parle de ta vie privée,donc évite de parler de la vie privée d'autrui, " KOU NEKOUL THIE BOU GOUD BY" YA NGUI THIE BOU GATE BY" ,Bonne continuation a toi et a DJ Boups ;;;

16.Posté par vidad le 03/12/2007 13:18
avec des amis comme "dém si yalla" Jille Obringer, paule saviote... heureusement que tu es polygamme sinon j'aurai cru que... LOL

17.Posté par vidad le 03/12/2007 13:24
au fait, Jules donne un "verre" à Dj bouba pour qu'il soit un peu plus dans le tympo de l'émission.

18.Posté par lunedor le 03/12/2007 13:33
Jule est bien humainement il est cool j'ai eu à l'approchr à Just 4U , mais je trouve qu'il n'est pas assez sérieux, il est un peu con koi, il boie de l'alcool comme pas possible, je pense qu'il devait prendre l'exemple de DJ BOU'S qui est son ami et frére qui est entreprenant responsable et sérieux, il est le meilleur DJ de la place, il fait bien son boulot et prend de l'ascension,
Jule doit savoir qu'au sénégal le public est exigent, c'est vrai que nous somme un pays sous développé mais les citoyens ne sont pas dups surtout ceux de dakar qui sont trés branchés et qui savent pleines de choses sans pour autant faire la grande gueule.
Donc Jule arrete de faire le con et soit sérieux, t'a de belles idées mais tu n'est pas réaliste, va voir Boub's il va te montrer comment s'y prendre.
Bonne chanse pour la suite

19.Posté par NAFI le 03/12/2007 13:50
Mane dale Jules Junior il m'énerve, dans Ataya il ne laisse pas son invité répondre tranquillement aux questions, c'est quelqu'un de très Eupeul.
Té Warna Guéné Sa Diokou Si Ataya, khamoul dara.

20.Posté par betty le 03/12/2007 14:34
C'est vrai que tu poses très mal tes questions, surtout lorsque tu avais invité Thione SECK tu as voulu vraiment semer la zizanie entre lui et Youssou NDOUR. Mais heureusement que Thione a bien répondu. Donc essaies de revoir des question.

21.Posté par A Man le 03/12/2007 14:37
definitely he is not good enough ... on ne comprend pas son comportement durant l'émission ataya il agace ses invités .. on a l'impression qu'il veut les décrédibiliser et il leurs manque de respect
you better change

22.Posté par fall le 03/12/2007 16:01
jules est ce que tu bois?? tu as la gueule d'un soulard et tes questions sont idiotes comme toi..."ataya " est nul..change ton comportement...stp

23.Posté par fall le 03/12/2007 16:04
Vous dites que: je cite " que vous avez votre vie privée......" dans votre interwiew..alors pourkoi vous fouinez dans la vie privée de vos invités? tu es contracditoire.

24.Posté par mbaye le 03/12/2007 16:12
domage que que tu n'écoutes pas les critiques de tes soi disant télespectateurs...personne ne cautionne tes idioties..affichez le numéro de téléphone sur l'écran..les gens veuillent t'appeller..sa diogou est un comédien on le comprends ,mais toi tu veux devenir un star...tu n'arrives meme pas a la cheville de maty 3 pommes ..imitateur nul tu es

25.Posté par bakh yaye le 03/12/2007 18:32
je vois que tout le monde a fait le meme constat que moi a savoir que l'emission est nulle et jules pose mal ses questions
sa ndiouguoup astafourla sa ndioguou on peut le comprendre meme s'il voulait etre serieux il ne le pourait point
dj bouba mome comme il se nomme kéne khamoul lou mouye nourol
jules on te laisse avec fou malade kokou mo bakh si yaw

26.Posté par llllllllllllllllllllaaaaaaaaaaaaaaaaaaa le 03/12/2007 21:05
toutou khaw ma gor gua khaw ma djiguene gua mais tè nul on dit pas un vie c est une vie on dit bete waaaaaaaaaaaaaa

27.Posté par llllllllllllllllllllaaaaaaaaaaaaaaaaaaa le 03/12/2007 21:09
vous vous presipitè a rpondr et vous conè rien lèssè le faire son trav trankil c un gtlmennnnnnnnnnnnnnnnnnnne

28.Posté par kiné le 02/01/2008 15:06
hé les gars,chacun a sa vie et en fait ce kil veut,ça regarde personne s'il boit.Vous pouvez critiquer son travail mais pas sa façon de vivre.Petit sidy fo nék?Défend ton oncle way;

29.Posté par nene le 03/01/2008 12:09
Boub's est tout simplement nul,il n'a pas sa place à Walf, il devrait plutôt être dans une clinique psychiatrique.

30.Posté par talibé le 14/07/2008 14:43
jule bonne continuation

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State