Référence multimedia du sénégal
.
Google

ENTRAVE A LA LIBERTE DU TRAVAIL : Le vigile de la Sagam sauvé par le doute

Article Lu 1806 fois


Habib Mendy faisait-il partie du groupe de vigiles qui avaient fait passer aux patrons de la Sagam une nuit cauchemardesque lorsque quelques employés en tenue, sous le prétexte de manifester leur ire, délogèrent leurs collègues en garde à des sites sensibles de Dakar ? Cette fameuse nuit, on se rappelle que des vigiles de la Sagam avaient obligé leurs camarades en faction de quitter leurs postes aux ambassades américaine hyper-gardée, française, au siège de la Bceao, à l’hôtel Novotel. La police était intervenue sur demande de la Sagam et des vigiles avaient été interpellés et traduits en justice, il y a plus d’une semaine. Après la manifestation nocturne, le vigile Habib Mendy, qui ne faisait pas partie du lot des interpellés, était resté deux jours sans aller au travail.

Selon Pape Djiby Touré, venu représenter la Sagam à la barre, le bonhomme faisait bien partie des manifestants. Ce dernier explique que Habib, conscient qu’il a été vu en flagrant délit, l’avait supplié de lui expliquer les tenants et les aboutissants de cette marche pour se faire pardonner. C’est ainsi qu’il aurait avoué la façon dont il avait été contacté par les manifestants et comment il aurait quitté son poste pour se rendre à une réunion nocturne au garage Lat Dior. Mais, à la barre, le prévenu a nié être passé aux aveux pour sauver sa peau. Habib Mendy a bien reconnu avoir quitté son poste au Point E pour aller à Lat Dior. Après la réunion, il avait comme mission d’attendre les autres vigiles pour leur indiquer le lieu de ralliement pour la manifestation, dit-il. Après avoir rejoint le groupe, lorsqu’il s’était rendu compte de la tournure des choses, il aurait quitté les lieux. Cette version n’a pas convaincu l’avocat de la Sagam qui rappelle que lors d’une ronde, un superviseur l’avait bien reconnu parmi les manifestants. Maître Pape Mor Niang a sollicité le franc symbolique pour réparer le préjudice subi par la Sagam. Tandis que le procureur de la République a requis une application de la loi.

Pour maître Alboury Ndiaye de la défense, au lieu de rapporter la preuve de la participation du prévenu à la marche, la partie civile se contente des déclarations des responsables de la Sagam incriminant son client. Même si son client a fauté vis-à-vis de son employeur en abandonnant son poste, on ne peut en déduire qu’il a entravé la liberté d’exercice du travail. Raison pour laquelle l’avocat a demandé sa relaxe pure et simple ou au bénéfice du doute. Le tribunal a préféré relaxer Habib Mendy au bénéfice du doute et a débouté la partie civile de sa demande.

Source: Le Soleil

Article Lu 1806 fois

Vendredi 1 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State