Référence multimedia du sénégal
.
Google

ENGROSSEE PAR UN MARCHAND AMBULANT: L’épouse de l’émigré accouche en pleine brousse et y abandonne le bébé jusqu’à sa mort

Article Lu 11775 fois

Mariée à un émigré parti depuis cinq ans, la dame Maïmouna Bâ tomba enceinte des œuvres d’un marchand ambulant. Arrivée à terme, elle accoucha d’un bébé en pleine brousse et l’y abandonna jusqu’à sa mort. Agée de 30 ans et mère de trois enfants, Maïmouna Bâ a été déclarée coupable de délaissement d’un nouveau-né ayant entraîné la mort et condamnée à cinq ans de travaux forcés.



KAOLACK - Lasse d’attendre un mari émigré parti depuis cinq ans, la dame Maïmouna Bâ finit par succomber aux charmes d’un homme. Elle avait rencontré Mamadou Diallo, marchand ambulant, au village de Bala (département de Bakel) lors d’un baptême, selon ses déclarations. Cette relation adultérine finit par une grossesse. Lorsqu’il s’était agi de mettre au monde l’enfant, Maïmouna préféra la brousse à la maternité. Elle mit au monde son enfant, mais préféra le délaisser dans la brousse. L’innocent nouveau-né finit par mourir. Accusée d’infanticide, Maïmouna Bâ est revenu sur ses relations avec son amant. « Mamadou, qui était mon ex-amant, m’avait offert un verre de thé dans lequel il avait introduit de la drogue. Je bus le thé et je perdis connaissance. C’est alors que Mamadou Diallo a abusé de moi. C’est suite à ces relations sexuelles que je suis tombé enceinte ». « Huit mois après, sentant la délivrance venir je me suis rendu en brousse à deux kilomètres du village, loin des regards indiscrets pour accoucher d’un enfant que j’ai abandonné sur les lieux », poursuit l’accusée. Le corps du nouveau né en état de putréfaction avancée fut retrouvé par une bande d’enfants du village de Sinthiou Demba (département de Bakel) revenant de la brousse. Informés par les gamins, les notables du village de Sinthiou se rendirent sur les lieux. L’un d’eux, Adama Diallo, recouvrit le cadavre de branches et de feuilles d’arbre. A leur retour au village, les notables interrogèrent toutes les femmes enceintes. C’est ainsi que la dame Maïmouna Bâ aurait reconnu être coupable des faits relatés. Aussitôt, le chef du village de Sinthiou porta l’information auprès de la gendarmerie de Goudiry. Après interrogatoire, la mise en cause avoua son crime non seulement devant les gendarmes, mais aussi devant le juge d’instruction. Pour sa défense, elle ne manqua pas de souligner que son acte avait été dicté par la peur, car son mari est un émigré et elle ne voulait pas le décevoir. Mais elle soutient que l’enfant était mort-né. La thèse selon laquelle l’accusé a accouché d’un mort-né n’a pas prospéré près du juge d’instruction et de la cour d’assises de Kaolack. L’idée de se débarrasser de l’enfant à naître, le fait de cacher la grossesse, de choisir d’accoucher en brousse, à deux kilomètres du village, sont autant d’éléments laissant apparaître que l’accusée Maïmouna Bâ avait l’intention d’éliminer son enfant.

C’est la raison pour laquelle l’avocat général, Me Cissokho, a écarté la honte et le déshonneur comme éléments justificatifs du délaissement d’un nouveau-né. Pour la répression, il a requis une peine de cinq ans de travaux forcés pour Maïmouna Bâ. Maîtres Diène Ndiaye et Youssouf Camara de la défense ont demandé à la cour de s’appuyer sur des preuves convaincantes avant de condamner leur cliente. A leur avis, « l’intime conviction n’est pas une certitude morale pour condamner quelqu’un ». Et Me Camara d’ajouter : « avec l’absence d’un médecin légiste, on ne peut pas légitimer les résultats du certificat de genre de mort établi, d’autant que le médecin généraliste a employé le conditionnel en établissant le certificat de genre de mort ». Autant de raisons qui ont poussé les avocats de la défense à solliciter l’acquittement de l’accusée. Malgré leurs plaidoiries corsées, les conseils de la défense n’ont pas obtenu gain de cause. La cour a déclaré Maïmouna Bâ coupable pour délaissement d’un nouveau-né ayant entraîné la mort et l’a condamnée à cinq ans de travaux forcés.

Source: Le Soleil

Article Lu 11775 fois

Mardi 29 Juillet 2008





1.Posté par tamay nar le 29/07/2008 23:03
Etrange histoire hein...? Elle s'est auto assister à accoucher? je pense que ce juge doit revoire sa copie s'il s'est laisser enrouler de cette façon. walla soleil aussi est atteint de la maladie des autres confreres "jour na less"? ils inventent n'importe quoi..

2.Posté par bintou le 29/07/2008 23:50
tieuy yalla mane dé warouna

3.Posté par khadija le 30/07/2008 12:10
vraiment une femme agée de 30 ans et a 3 enfants ne peut pas s'abstenire 5 ans . c'est à cause des MODOU MODOU QUI laissent leur femmes ici, à la rechercher de l'argent . je ne souhaite pas avoir un mari MODOU MODOU meme si je meurs de faim, ,je préfere etre pres de lui

4.Posté par choana le 30/07/2008 13:49
on doit les tuer ces femmes la c est tout.

5.Posté par thiof le 30/07/2008 15:42
KHADJA
Attends d'en avoir un pour choisir.Et puis cela arrive avec les femmes de ceux qui sont au senegal.J'ai le sentiment que tu es de moeurs legere.

6.Posté par zoom le 30/07/2008 19:27
Maïmouna est fautive car,une femme mariée doit s'abstenir. Au cas où elle prétend ne pas être disposée à subir l'absence de son mari,sa réligion lui permet de demander le divorce afin pour poursuivre sa vie sexuelle. Cependant, l'absence des Modou modou ( 5 à 10 ans) mérite un procès.



7.Posté par khadija le 30/07/2008 19:38
THIOF . ARRETE DE ME CRITIQUEE , TU NE SAIS RIEN DE MOI DONC LAISSE MOI TRANQUILLE OK

8.Posté par TEUSS le 30/07/2008 19:59
--zoom -- toi tu réve quant tu dis "l'absence des Modou modou ( 5 à 10 ans) mérite un procès." ah no kelkun qui voyage est libre de faire autant d'anné kil veu mais le probleme est que les jeunes filles qui se marien avec ces gens et qui à la fin ne peuvent plus supporter le faite de rester des années sans faire l'adultere et je pense aussi el se marien par interet tout court tout en trompant leur mari et franchement avoir un mari et faire 2 ans sans le voir vraiment ne pas avoir est mieux

9.Posté par yace le 25/08/2008 22:31
il ne fodrait pas dire du mal des modou modou ils sont parti a la recherche de profit et kan il ont ils recviennent si la femme sé kel n peu pas s'abstenir pour attendre son mari el na ka demandé le divorce pour etre libre cé la meilleur facon d'etre kite avec sa conscience.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State