Référence multimedia du sénégal
.
Google

EN CROISADE CONTRE LES LONGUES DÉTENTIONS PRÉVENTIVES: Fou Malade apporte du soleil à Rebeuss

Article Lu 11356 fois

La Maison d’arrêt de Rebeuss est sortie de sa pénombre ce Jeudi. En croisade contre les longues détentions préventives, le rappeur Fou Malade a offert aux détenus un concert auquel ont pris part d’autres artistes comme Maxy Crazy, Gaston, Matador, Bataillon Blin D. Mais, le clou du spectacle a été la brillante prestation d’un groupe de détenus, les «Nakodal»...



EN CROISADE CONTRE LES LONGUES DÉTENTIONS PRÉVENTIVES: Fou Malade apporte du soleil à Rebeuss
Les mains en l’air, le sourire aux lèvres, scandant les refrains des chansons, sautillant comme des gamins en extase, les détenus de Rebeuss ont eu leur moment de joie, hier. Le temps d’un concert, aussi court soit-il, juste trois heures, grâce au rappeur Malal Talla alias Fou Malade, ils ont pu s’échapper de leur train-train quotidien.

Ni les barrières qui les séparaient de la scène, ni les grilles de leurs cellules et encore moins les gardes pénitentiaires n’ont pu retenir leur frénésie. À chaque passage des artistes, le délire augmentait. Maxy Crazy, Gaston, Matador, Rap’Attack, 5ème Underground, Res-K-P, venus rallier la cause de Fou Malade, à savoir la lutte contre les longues détentions préventives, se sont succédé sur la scène. A la fin de leurs prestations, ils ne manquaient pas de laisser des messages de soutien aux détenus et ne cessaient de leur dire de tout faire pour ne plus remettre les pieds en prison, à leur sortie.

À leur tour, les prisonniers, par la voix de leur représentant, Ibrahima Diagne, un administrateur de société en détention préventive depuis 5 ans, leur ont supplié d’être leurs porte-parole, afin qu’ils ne soient plus incarcérés plus de 3 ans avant d’être jugés. Djadji Ndiaye, le régisseur, a plaidé en faveur de la réinsertion sociale des détenus. Selon lui, les détenus sont capables de trouver leurs marques après la détention carcérale. Il a cité en exemple deux jeunes, Pape Tine, le lutteur, et Requin, le rappeur, qui ont tous réussi à briller chacun dans son domaine après leur élargissement de prison. Le premier nommé a récemment gagné un combat qu’il a dédié à ses anciens co-détenus, le second a sorti un single intitulé «Au revoir le milieu» en référence à l’espace carcéral. D’ailleurs, les détenus semblent bien le maîtriser, ils entonnaient le refrain en chœur.

La fête a été plus belle, lorsque les «Nakodal», un groupe de rap issu de la prison, est monté sur le podium. Les artistes du groupe ont donné le meilleur d’eux-mêmes et rivalisé de talent avec les rappeurs en liberté, même s’ils ne vivent pas dans les mêmes conditions. Ils n’ont pas encore de maquette et n’ont répété qu’avec des instruments de fortune. L’un d’eux, Madiouf Niasse, agent des Parcs nationaux, et non moins frère d’un célèbre rappeur de la place du groupe Mollah Morgun de Keur Gui de Kaolack, en est tout de même fier. «Nous avons travaillé en 15 jours. J’ai écrit et dégagé le concept. Il ne faut pas sous-estimer les détenus, ils ont des capacités comme tout être humain.»

Vers 18 heures, l’initiateur du spectacle a fait son entrée en scène en compagnie d’un autre groupe de Rap, les «Bataillon Blin D», avec lequel il a fait une tournée dans les régions. À l’exécution du titre «Folie polititik», l’adrénaline est montée d’un cran, les cris se sont faits plus perçants et les sourires plus larges. Quelques instants plus tard, comme si on sifflait la fin de la récréation, les ardeurs se sont apaisées, les détenus allaient devoir regagner l’obscurité et la morosité de leurs cellules...



«100 m2», un monde à part

L'ambiance en prison, c’est assez émouvant. C’est un monde à part, on a l’impression que le temps s’arrête. Le visiteur y passe un moment pesant et que dire du prisonnier obligé de supporter ses compagnons d’infortune, ou de l’innocent obligé de prendre son mal en patience dans cette presque jungle humaine.

La grande question c’est : comment font-ils pour supporter assez longtemps ces 100 m2 (c’est la superficie de la prison de Rebeuss) ? En franchissant le portique de Rebeuss, au moindre cliquetis, on vous retient et vous débarrasse de tout ce qui est portable, enregistreur, bagage à main... En face, les parloirs témoignent de l’obsession hyper sécuritaire. Puis, place aux cellules éparpillées dans plusieurs secteurs. Les détenus y sont entassés, comme des sardines, derrière une lourde porte en fer, des grilles et de grosses serrures. Heureux d’apercevoir des silhouettes autres que celles de leurs geôliers, ils jacassent et sifflent. Leurs visages balafrés et meurtris, l’odeur capiteuse de la pisse, les barbelés disposés en haut des murs, vous plongent droit dans les images dignes des fictions du genre «Prison Break», «Alcatraz»... Pendant ce temps, les gardiens, postés un peu partout et même sur le toit, veillent au grain.



Le plaidoyer de Fou Malade

«Le Hip-hop, c’est de la réinsertion sociale. C’est pourquoi, nous envisageons de faire une tournée prénommée ‘’Prison Tour’’, accompagnée d’activités qui tournent autour du Hip-hop. Nous sommes aussi en train de repérer les détenus qui sont proches de la libération, pour les accompagner dans la période post-carcérale, car les détenus, une fois libres, sont confrontés au regard de la société qui est souvent négatif, alors que, après la prison, ils ont payé ce qu’ils devaient à la société. Tout le monde peut se retrouver, demain, en prison. Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Touba, Nelson Mandela, Abdoulaye Wade ont fait de la prison. Les prisonniers ont besoin de nous, il ne faut pas avoir peur d’eux. Ils ont le droit de danser, d’écouter de la musique et de faire bien d’autres choses. Il ne faut pas aussi perdre de vue le fait que les prisons regorgent d’innocents. Aussi, il est inadmissible de retenir des détenus plus de 10 ans sans les juger.»

MARIA DOMINICA T. DIÉDHIOU
Source L'Observateur

Article Lu 11356 fois

Samedi 25 Avril 2009





1.Posté par O poguess le 25/04/2009 10:39
POZITIV MAN

2.Posté par idy le 25/04/2009 12:18
nda roots under

3.Posté par Diëugg le 25/04/2009 12:46
MERCI, un peuple avancé se reconnaît par le traitement fait à ses prisonniers. Qui disait que notre jeunesse est pourrie?

4.Posté par diarama le 25/04/2009 12:51
big up nda mais mais pour les meurtriers mieux vaut kon leur trouve des tombes labas .

5.Posté par malik le 25/04/2009 15:21
du courage et je tencourage

6.Posté par wakh le 25/04/2009 21:48
tu as un bon coeur man, tu defends les opprimés (malades mentaux, detenus....). That good

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State