Référence multimedia du sénégal
.
Google

EMIGRATION CLANDESTINE OU FOLIE: L’assaut des téméraires

Article Lu 1519 fois

L’assaut vers le large a repris ses droits sur les voies maritimes depuis quelques jours. Avec un grand nombre de migrants dont les corps gisent aujourd’hui sur les berges aux larges des îles espagnoles. Qui arrêtera le massacre ?



EMIGRATION CLANDESTINE OU FOLIE: L’assaut des téméraires
Comme un piège sans fin, les voies de l’Europe attirent encore nombre de jeunes africains, qui ont décidé de ne pas fuir l’agitation des eaux au péril de leur vie. En seulement une semaine, l’Agence panafricaine d’information (Pana) nous informe qu’une deuxième embarcation avec près de 100 immigrants clandestins à bord provenant de l’Afrique de l’Ouest a été aperçue, vendredi, aux environs de l’île cap-verdienne de Sao Vicente par l’équipage d’un bateau de la Marine marchande qui a avisé les autorités maritimes.

Samedi dernier, signale la même source, une pirogue avec 137 émigrants clandestins s’était accostée sur la baie de Mosteiros, dans l’île cap-verdienne de Fogo, après avoir été remorquée par une unité de la Garde côtière cap-verdienne, jusqu’à Porto Grande, à Sao Vicente. Au moment où certains corps d’une autre embarcation en perdition dans la mer du côté de l’Espagne étaient entrain d’émerger, les autorités cap-verdiennes procédaient elles, à l’identification des personnes à bord de cette dernière embarcation, en vue de leur rapatriement vers leurs pays d’origine.

Le gouvernement du Cap-Vert qui était également en train de faire les démarches nécessaires pour rapatrier quelque 137 émigrants clandestins qui ont débarqué sur l’île de Fogo la semaine dernière. Le cycle ne s’arrête pas. Et, au début de juin dernier, un autre bateau avec 41 émigrants clandestins à bord a été trouvé en dérive aux environs de l’île Brava et transporté à Praia, la capitale, d’où ces personnes ont été rapatriées vers leurs pays d’origine.

Vous avez dit cycle. Voilà donc la troisième vague de migrants pour l’essentiel venus d’Afrique de l’ouest qui ont décidé contre vents et marées de prendre la voie de la mer, pour se rendre partout en ne regardant pas derrière eux. Alors, on pourrait ainsi comprendre qu’en se perdant dans les vagues, tous ces groupes de jeunes aventuriers qu’on cherche aujourd’hui à faire revenir dans leur pays, n’ont plus rien à y faire à leurs yeux. Ils préfèrent partir. Ils divaguent et donc échouent partout. Ce qui explique encore la situation désespérée vécue avant-hier jeudi, par une cinquantaine d’Africains disparus au large des Canaries. Des personnes dont l’embarcation secouée par les vents et les mauvaises conditions de navigation a pris l’eau, les plongeant dans le désastre.

Comme une vague, ils échouent au gré des vents. Et partout maintenant. En Espagne. A Malte, mais aussi Cap-Vert. Tout compte fait, comme ce sont les îles Canaries et l’Espagne qu’on vise, le Cap-Vert n’en est pas bien loin et après tout, ce sont aussi des îles.

Mame Aly KONTE
Source: Sud Quotidien

Article Lu 1519 fois

Samedi 21 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State