Référence multimedia du sénégal
.
Google

ÉMIGRATION CLANDESTINE: Encore un mort et du matériel disparu dans l’Atlantique

Article Lu 1585 fois

Un mort et du matériel disparu, c’est le bilan de la catastrophe vécue récemment par l’équipage d’une pirogue en partance pour l’Archipel des Canaries. Le triste événement s’est déroulé aux larges de Kayar dans la nuit de jeudi à vendredi 23 novembre dernier. Malgré le triste bilan des nombreux décès enregistrés, les jeunes partent toujours.



ÉMIGRATION CLANDESTINE: Encore un mort et du matériel disparu dans l’Atlantique
Les entrailles de l’Atlantique continuent de s’alimenter des corps des jeunes candidats au voyage vers l’Espagne. En effet, une pirogue partie des îles du Saloum dans le courant de la semaine dernière, a vu son parcours vers l’Eldorado se terminer par un cauchemar. Un jeune garçon à la fleur de l’âge est décédé au courant du malheureux voyage après trois jours de navigation. « Nous avons conservé le corps du défunt pendant trois jours, à cause de l’effet de la fraîcheur, mais nous étions obligés de lui faire une prière et de le lancer en mer », a révélé un témoin.

Après ce décès, l’embarcation sera vaincue par la terreur des vagues. « Nous avons tout simplement été sauvés par Dieu. La pirogue était cassée. Elle prenait beaucoup d’eau et risquait de chavirer à n’importe quel coup de vague. Nous avons alors manœuvré vers la terre ferme, et nous sommes tombés par chance sur Kayar, vers 3 h du matin, dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 novembre dernier », a révélé un candidat qui a préféré garder l’anonymat. À l’en croire, le matériel de navigation de l’embarcation s’est même perdu à l’occasion.

Au moment où les autorités font état d’environ 1000 enfants sénégalais vivant dans les centres d’accueil à Ténérife, d’autres départs s’organisent encore. Comme dans un cercle vicieux infernal, les jeunes croient fermement que partir est leur seule voie du salut. D’après les témoignages recueillis auprès de quelques clandestins rapatriés ou rescapés des océans, l’état des choses les oblige à partir quoiqu’il puisse advenir. « Nous sommes obligés de partir, la vie est dure par là, il nous faut réussir, nous ne pouvons que partir tout en risquant de mourir. C’est notre destin », a déclaré l’un de nos témoins.

Il est vrai que le Sénégal traverse une des phases les plus difficiles de son histoire. Avec les difficultés de la filière de l’agriculture, accentuant ainsi le chômage des jeunes, et occasionnant un exode massif des populations de l’intérieur vers la capitale, la vie est devenue plus chère. Mais au moment où l’État s’apprête à signer un protocole d’accord avec le Gouvernement espagnol pour faire rentrer d’autres jeunes à Dakar, il est urgent de procéder à un diagnostic beaucoup plus approfondi de ce phénomène de l’émigration clandestine, et trouver des alternatives idoines. Car les jeunes semblent toujours déterminés à partir.

Article Lu 1585 fois

Lundi 26 Novembre 2007





1.Posté par aslcii le 26/11/2007 17:25
l'association sénégalaise de lutte contre l'immigration illégale (ASLCII) a pour vocation de conscientiser et de sensibiliser la jeunesse sur les conséquences sous toutes ses formes de l’immigration clandestine en lui proposant des ébauches de solutions qui s‘inspirent, entres autres, des thèmes de(.............) pour y adhérez ou avoir de plus amples informations écrivez à aslcii2007@yahoo.fr



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State