Référence multimedia du sénégal
.
Google

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN ALGÉRIE : Bouteflika pour un troisième mandat

Article Lu 1700 fois

Quelque vingt millions d’Algériens étaient aux urnes hier pour élire celui qui va diriger leur pays ces cinq prochaines années. Le scrutin s’est déroulé dans le calme malgré quelques incidents notés dans certains bureaux de vote.



ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN ALGÉRIE : Bouteflika pour un troisième mandat
Alger, (Algérie) - Hier matin, la capitale Alger était calme, très calme même. C’est à peine si l’on devine que ce jeudi, 9 avril 2009, avait lieu une élection présidentielle. Vers 8 heures, les habitants de la capitale commençaient à se rendre au niveau des centaines de bureaux de vote éparpillés à travers la capitale. Six candidats étaient en lice : le président sortant Abdelaziz Bouteflika et ses cinq rivaux que sont Moussa Touati (Front national algérien), Ali Fawzi Rebaïne (parti AHD, nationaliste), Mohamed Saïd (Parti liberté et justice), Mohamed Djahid (islamiste) et Louisa Hanoune, la seule femme candidate qui dirige le Parti des travailleurs.

Les bureaux de vote devaient normalement fermer à 19h, mais le scrutin a du être prolongé d’une heure à Alger et dans une trentaine de wilayas (provinces) afin de permettre aux retardataires d’accomplir leur devoir de citoyen.

Pour bon nombre d’observateurs et d’analystes politiques, il n’y aura pas de surprise car le président Bouteflika est presque sûr d’être réélu pour un troisième mandat de cinq ans après ses victoires en 1999 avec 50,34% des votes et le raz-de-marée de 2004 avec 84,99%. L’enjeu se situe donc au niveau du taux de participation car les principaux partis d’opposition comme le Rassemblement pour la culture et la démocratie (Rcd) ont appelé au boycott de l’élection présidentielle.

Selon le ministre de l’Intérieur, qui rencontrait la presse hier après-midi, le taux de participation dépasse de loin celui de 2004 car à 18 heures « il se situait à 62,18% ». Ce chiffre est contesté par certains opposants car, selon eux, ce taux n’était que d’environ 30% en milieu de journée et il est curieux qu’il ait doublé en quelques heures.

« Les bureaux de vote n’ont pas attiré grand monde et notre appel au boycott a bien été entendu par les citoyens », s’exclamait d’ailleurs un militant d’un parti d’opposition sur les ondes d’une radio algéroise. Pour la présidentielle de ce jeudi 9 avril 2009, le président sortant veut non seulement obtenir un score honorable, mais veut être « bien élu » avec un taux de participation record.

« Je ne veux pas être le trois quart d’un président », avait-il l’habitude de marteler en faisant référence à ses 50,34% des suffrages obtenus en 1999 lorsqu’il avait obtenu la majorité de justesse.

Les premières tendances qui se dessinent au niveau des bureaux de vote, lors des dépouillements qui ont commencé jeudi, un peu après 20 heures, le donnent favori pour un troisième mandat de cinq ans à la tête de l’Algérie.

Ce pays, comme la plupart des pays d’Afrique, est frappé par la crise financière internationale avec comme conséquences l’augmentation des prix des denrées de première nécessité qui touche les classes sociales les plus défavorisées. La politique économique menée par les autorités algériennes est décriée par les leaders de l’opposition.

Ainsi, Louisa Hanoune, candidate du Parti des travailleurs, s’insurge contre la fermeture des usines, la privatisation, la désertification industrielle, le bradage des biens de la collectivité nationale, le nomadisme politique et l’achat des consciences par le Front de libération national, Fln, qui fait partie des formations qui soutiennent Bouteflika, qui se présente dans la course à la présidentielle sous des habits de... candidat indépendant. « Le socialisme est la seule alternative car le capitalisme est en faillite. Je suis prête à gouverner et à diriger le pays avec la mobilisation populaire », soutient Mme Hanoune, 56 ans, qui a longtemps combattu pour le droit des femmes algériennes. Son message a été peut-être partiellement entendu car les premières tendances la placent juste derrière le président sortant, mais loin derrière.

Cette élection présidentielle, qui sera sans doute largement remportée par Abdelaziz Bouteflika, est bien suivie par un millier de journalistes algériens et étrangers officiellement accrédités, mais aussi par deux cents observateurs de l’Union africaine, de l’OcI et de l’Onu. Jeudi soir vers 21 heures locales (20 heures Gmt), les partisans de Bouteflika commençaient déjà à fêter leur victoire à coups de klaxons et de youyous, dans les rues et les avenues de la capitale. La nuit a été longue...

De notre envoyé spécial Modou Mamoune FAYE
Source Le Soleil

Article Lu 1700 fois

Vendredi 10 Avril 2009





1.Posté par biba le 10/04/2009 15:18
on n'en a rien à foutre des nar .

2.Posté par senegalaise le 10/04/2009 19:38
A BIBA RACISTE IL NE S'AGIT PAS DE NAR MAIS D'AFRICAINS COMME VOUS - ET VOUS VOULEZ QUE L'AFRIQUE ÉVOLUE ESPRIT TORDU - LES ALGÉRIENS SONA FRICAINES ET FIÉRE DE L'ÊTRE 'ALGÉRIE EST LA PORTE DE L'AFRIQUE APPREND BIEN LA GEOGRAPHIE ET LES ALGÉRIENS AVANT D'ETRE ARABES EUX MÊMES LE DISENT SONT AFRICAINS - APPREND A LES CONNAÎTRE ET APRÉS VIENT POSTER TON COMMENTAIRE DE RACISTE

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 00:40 Syrie: assaut surprise de l'EI à Palmyre

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State