Référence multimedia du sénégal
.
Google

EL HADJI MALICK SY Vérités sur les circonstances de son départ de Ndiarndé pour Tivaouane

Article Lu 12190 fois

De Gaya à Dakar où il a créé une Zaawiya en 1914 en passant par Saint-Louis, Fouta Toro, Mauritanie, Ndiambour, Walo, Ndiarndé et Tivaouane, le parcours de El Hadji Malick Sy a été rythmé d’événements marquants. Malgré les sept fructueuses années passées à Ndiarndé, il quitta ce lieu pour s’établir à Tivaouane où il finira par se fixer à partir de 1902. Cette étape de son parcours a suscité beaucoup de questions. A-t-il quitté Ndiarndé de son propre gré pour s’installer à Tivaouane? Est-ce pour des raisons économiques, sociales ou culturelles ? Etait-il contraint par les colons? Plusieurs versions ont été données. Se fondant sur des écrits d’universitaires, nous revenons sur les circonstances du départ d’El Hadji Malick Sy pour Tivaouane.



EL HADJI MALICK SY Vérités sur les circonstances de son départ de Ndiarndé pour Tivaouane
C’est en 1902 qu’El Hadji Malick Sy a quitté Ndiarndé où il avait déjà effectué sept années pour s’établir définitivement à Tivaouane. Son séjour à Ndiarndé a été marqué par d’innombrables succès tant sur le plan spirituel que temporel. Cependant, le guide décida de quitter Ndiarndé pour Tivaouane. Etait-il contrait ? A-t’il quitter Ndiarndé de son propre gré pour des raisons économiques, social et culturel ? En tout cas, plusieurs versions sont données sur le départ de El Hadji Malick Sy de Ndiarndé pour Tivaouane. Dans son mémoire de maîtrise intitulé «El Hadji Malick Sy de 1902 à 1922» Cheikh Tidiane Fall, affirme que «la décision de quitter ce lieu (Ndlr Ndiarndé) ne ressort pas d’une initiative personnelle.». Pour M. Fall, deux versions sont avancées sur le véritable motif de l’installation d’El Hadji Malick Sy à Tivaouane. Selon la première c’est-à-dire celle soutenue par Oustaz Moustapha Guèye (Ndlr actuel commissaire général du Sénégal au pèlerinage à la Mecque) lors d’une conférence, rapporte M. Fall, «El Hadji Malick aurait été invité par un de ses disciples nommé Mama Dior alors que le marabout était de passage à Rufisque pour qu’il vienne faire bénéficier de ces talents de traducteur du Coran à deux de ses amis commerçants résidant dans la ville sainte de Tivaouane. Emerveillés par les qualités du Cheikh, ils achetèrent la maison d’un marabout nommé Serigne Birane Cissé déménagé à Pire, la reconstruisirent et la cédèrent à Maodo». La seconde version semble être plus crédible car se fondant sur des faits vérifiables. Selon M. Fall, «ce déplacement (Ndlr de El Hadji Malick Sy) se situe dans une période où la politique coloniale envers l’Islam consistait à interdire tout regroupement massif de fidèles autour d’une personnalité religieuse influente. Sur ce, huit marabouts dont celui de Ndiarndé furent convoqués par le Gouverneur général de Saint-Louis. Averti de leur arrestation par un de ses amis français Gaspard PECARRER, qui servait au bureau politique, Massamba Diéry Dieng envoya un émissaire à son ami et gendre qui ne tarda pas à rejoindre la capitale du Sénégal d’alors. Après un long moment d’interrogatoire, le Saint de Tivaouane fut relâché. Mais son beau père fit cette confidence-conseil. ‘‘Les Français n’aiment pas un marabout qui a beaucoup de talibé ou qui échappe à leurs regards. Retire-toi de Ndiarndé et choisis une autre résidence entre Dakar et Saint-Louis pourvu qu’elle soit à proximité de la voie ferrée’’.» C’est ainsi que fort de ce conseil, ajoute M. Fall, «El Hadj Malick Sy prit la dernière fois son bâton de pèlerin pour aller s’installer définitivement à Tivaouane.»

Cette dernière hypothèse semble être la plus crédible car étant également avancée par M. El Hadji Ravane Mbaye dans sa thèse de doctorat de 3e cycle dont le titre est : «L’Islam au Sénégal». Rapportant des propos d’El Hadji Mamoune Ndiaye lors d’un entretien qu’il a réalisé à Saint-Louis les 1er et 2 avril 1974, M. Ravane Mbaye confirme cette même hypothèse. C’est pourquoi ce dernier avance ceci : «…El hadji Malick, auquel l’expérience de Ndiarndé donnait pourtant beaucoup de satisfaction, dut se résoudre à aller à Tivaouane pour ne pas vivre en mauvaise intelligence avec les autorités coloniales».

Namory Barry
Source: L'observateur

Article Lu 12190 fois

Vendredi 29 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State