Référence multimedia du sénégal
.
Google

Didier Awadi après son concert à l’institut Senghor: « Ce sont les jeunes aux feux rouges qui sont la vraie Génération du Concret »

Article Lu 1501 fois

Après sa brillantissime prestation à l’institut culturel français Léopold Sédar Senghor en compagnie du groupe suisse les Fat4, Didier Awadi ne s’est pas fait prier pour se défouler sur la « Génération du concret ». Pour le rappeur des Sicap, « ce sont les jeunes aux feux rouges qui représentent la vraie Génération du concret ».



Didier Awadi après son concert à l’institut Senghor: « Ce sont les jeunes aux feux rouges qui sont la vraie Génération du Concret »
La fête a été belle à l’ex-Ccf. Resté pendant près de trois ans sans se produire en live, dans son pays, pour des raisons de calendrier très chargé, Didier Awadi a effectué un retour en fanfare dans les podiums dakarois. En véritable bête de scène, le leader du Pbs-Radikal a prouvé, encore une fois, que rien n’a été altéré de sa prestance et de sa présence scénique au théâtre de verdure Gilles Obranger. Outre la prestation d’Awadi qui a revisité l’essentiel de son répertoire, le groupe suisse, Fat4 aussi était de la partie en gratifiant le public venu en masse de belles envolées. Mais au détour de cette brillante prestation, Didier Awadi a fait aussi un autre show verbal en se prononçant sur l’actualité politique nationale. Et c’était pour cracher son venin sur la complicité de la presse à vouloir coûte que coûte entretenir le débat sur « la Génération du concret ». « La presse nous pompe l’air avec des histoires à n’en plus finir avec la Génération du concret. On dirait que c’est le seul sujet qui vaille aujourd’hui dans notre pays », regrette le rappeur qui croit dur comme fer qu’il n’y a rien d’extraordinaire à faire une corniche avec des milliards de notre pays. « N’importe qui peut faire ce qu’ils (les animateurs de la Génération du Concret) sont en train de réaliser », peste-t-il, non sans souligner que les priorités du Sénégal sont loin d’être l’embellissement de 10 km d’une corniche qui est loin d’être la belle de l’Afrique de l’Ouest, encore moins de la construction d’un nouvel aéroport. Pour Didier Awadi, la préoccupation des Sénégalais reste liée à la cherté des denrées de premières nécessité à savoir le lait, l’huile, le sucre, le pain, etc. « On a l’impression que nous sommes pris en otage par ces gens-là », regrette-t-il. Un autre regret qui bouillonne dans l’esprit de l’auteur d’« un autre monde est possible » semble être « tout ce bruit qui tourne autour de la Génération du Concret ». Et Didier, dans sa sentence ne cherchera pas loin en soutenant que « la vraie Génération du Concret est représentée par ces centaines de jeunes qui sont aux feux rouges et sur les trottoirs de la capitale entrain de laver des voitures ou vendre des cartes de crédits afin de gagner dignement leur vie ». « Ce sont ces jeunes qui sont, pour moi, la vraie Génération du Concret. Maintenant, libre à chacun de se qualifier comme il veut », insiste-t-il, avant de prévenir que les Sénégalais ne sauraient accepter l’avènement d’une monarchie de quelque nature que ce soit. « Le forcing ne passera pas », s’exclamera-t-il, en conclusion.

Hamidou SOKOMO
Source: l'atuel

Article Lu 1501 fois

Mardi 17 Juillet 2007





1.Posté par xyz le 17/07/2007 12:29
Voilà un artiste engagé et intelligent.
Thanks.

2.Posté par bass le 17/07/2007 13:10
tu grandis dans mon estime de jour en jour...........

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State