Référence multimedia du sénégal
.
Google

Des rappeurs militent pour que la détention préventive soit réduite

Article Lu 1738 fois

A l'occasion de concerts en prison, des rappeurs sénégalais militent chaque année pour que la durée de la détention préventive soit réduite. «Les jeunes restent plus de dix ans en maison d'arrêt sans être jugés, ce n'est pas normal !», fulmine le musicien Malal Tall.



Des rappeurs militent pour que la détention préventive soit réduite
Dans la cour ensablée de la prison Camp pénal (800 détenus), au coeur d'un quartier populaire de Dakar, une scène a été aménagée entre deux bâtiments blancs aux fenêtres percées en meurtrières. Le long des murs, des barricades gardées par des policiers armés encerclent quelque deux cents détenus, vêtus pour la plupart d'un tee-shirt et d'un jean, sans menottes aux poignets, l'air crispé.

Sur le podium, cette après-midi d'août, la crème des rappeurs sénégalais - tels Doug E. Tee et Didier Awadi - vient dénoncer les méfaits des «longues détentions préventives». «Il y a des gens qui ont été emprisonnés à l'âge de 18 ans et qui ont grandi ici», constate Malal Tall, «fou malade» de son nom d'artiste, dont l'un des morceaux s'intitule «Jugez ceux que vous avez oubliés».

«Au début, nous voulions surtout animer la prison avec un concert. Aujourd'hui, nous l'accompagnons d'un combat: la limitation de la longue détention préventive», explique ce rappeur, initiateur du projet lancé en 2004. Chaque année, le temps d'une journée, les musiciens animent des ateliers d'écriture avec les détenus ou font quelques démonstrations de break dance.

Parmi les plus acclamés, deux rappeurs de la banlieue dakaroise : Gora Diouf, 29 ans et Waly Faye, 34 ans, qui forment les «2m²». Un nom choisi par ironie, en référence à la maison d'arrêt dakaroise de Rebeuss, surnommée «100m²», qui renferme 1.500 détenus. Ces deux musiciens ont passé là cinq ans de leur vie, sous le régime de la détention préventive, avant d'être finalement relaxés...

«Nous étions environ 140 à 180 personnes dans une grande cellule.

A midi, on nous servait deux seaux de riz au poisson (le plat national) sans goût», décrit Waly Faye, d'une voix toujours vibrante d'indignation. «Nous dormions à même le sol sur des nattes, poursuit-il. Et nous n'avions qu'une seule douche pour toute cette cellule». «En préventive», les prévenus ont l'impression que «personne ne s'occupe de leur dossier», témoigne aussi Waly Faye, qui avait entamé une grève de la faim «au bout de deux ans» de détention afin d'attirer l'attention sur son dossier.

Source Sunu-tv.com

Article Lu 1738 fois

Lundi 24 Août 2009





1.Posté par SPAIN le 24/08/2009 10:39
sincerement li diar neu wakh car comme tout le monde sait au senegal , si tu viens d´une famille pauvre même si tu es inocent tu peux rester tanquilement en prison preventive pour des années.
mais par compte s´ils sont coupables qu´ils le payent sans discriminations.
car aussi il faut dire qu´ils ya toujours beaucoup d´agresseurs , sans compter les detourneurs de fonds de l´etat , et certain marabout qui font ce qu´ils veulent, ces gens ausi meritent la prison.

bonne jorunée et bon ramadan a tout le monde

2.Posté par wa mbède bi le 25/08/2009 14:32
Merci MALAL lui au moins il se bat pr une cause noble.
BENEN SENEGAL LAGNOU WAX

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State