Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Des musiciens cap verdiens et sénégalais rendent hommage a Césaria Evora : Même disparue, la diva affiche complet



Des musiciens cap verdiens et sénégalais rendent hommage a Césaria Evora : Même disparue, la diva affiche complet
Comme à son habitude lorsqu’elle ambiançait le théâtre de verdure de l’Institut français de Dakar, Césaria Evora a attiré les foules samedi dernier. Le concert d’hommage à la chanteuse capverdienne, disparue le 17 décembre dernier, a affiché complet avant même l’ouverture des portes au public.

L’esprit de la ‘diva aux pieds nus’ était au rendez-vous samedi dernier à Dakar. Et le public aussi, puisque dès 20 h 20 (alors que le concert était prévu à 21h) le guichet était fermé et plus de tickets. Avec près de vingt albums vendus et environ six millions de disques écoulés à travers le monde, Césaria Evora a connu au cours de sa carrière d’artiste international un succès qui s’est une fois encore révélé lors de cette soirée qui lui était dédiée. Chanteurs cap verdiens et sénégalais se sont, en effet, réunis pour lui rendre hommage : vidéos de la diva projetées, souvenirs et anecdotes partagés, répertoire musical de la chanteuse revisité... ont assuré une ambiance chaleureuse et pleine d’émotions au théâtre de verdure de l’Institut français.
Pour ouvrir la soirée, ce sont les groupes Oriazul et Tocatina qui ont fusionné en musique. Chef d’orchestre du groupe Oriazul, Daniel Gomes explique : ‘on a fait une fusion des deux groupes aujourd’hui, puisqu’on fait sensiblement la même musique’. Décrivant les deux orchestres basés à Dakar comme à mi-chemin entre musique traditionnelle et moderne, le chef du groupe Tocatina, Humberto Lima ajoute qu’’aux instruments traditionnels que sont par exemple les guitares sèches, le cavaquinho (petite guitare) et le violon, on a juste rajouté une boîte à rythme et une guitare basse’. Si les deux formations musicales avouent n’avoir pas eu la chance de travailler directement avec Césaria Evora. Le chanteur suivant, Tcheka, lui a réalisé une soixantaine de concert avec la diva. Après avoir chanté en solo avec sa guitare, le jeune musicien s’est exprimé en featuring avec la Cap verdienne Zizi Vaz.

C’est ensuite autour du Sénégalais Ismaël Lo d’émouvoir le public. Mais avec une seule chanson, celui-ci reste sur sa faim en attendant que celui que l’on surnomme le ‘Bob Dylan Africain’ ne soit rappelé par Philippe Monteiro pour entonner quelques paroles de son duo avec la diva Africa nossa. Emu, Iso revient en marge du concert sur une belle rencontre qui a marqué sa vie et son travail d’artiste. ‘Elle a eu un impact sur mon travail parce qu’elle m’inspirait. La musique de Césaria Evora me donne envie d’écrire. Je l’admirais beaucoup’, confie-t-il. Et concernant leur projet commun qui les a réunis sur le titre Africa nossa, le joueur d’harmonica se réjouit d’avoir pu travailler avec la chanteuse avant sa disparition.

Toujours sur fond de mélancolie, regroupés autour d’images de la chanteuse projetées en fond de scène, tous les artistes invités ont chanté Sodade avec le public. Et ce sera finalement à Philippe Monteiro et ses musiciens de clôturer la soirée sur Petit pays après avoir fait danser la foule.

Anaïs TANKAM (Stagiaire)
Source Walfadjri

Lundi 16 Janvier 2012



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés