Référence multimedia du sénégal
.
Google

Des épreuves du Cfee truffées d'erreurs : Quand l’Etat sacrifie les élèves

Article Lu 1507 fois

Les candidats au Cfee peuvent maintenant attendre les résultats de leur examen, la correction des épreuves étant terminée dans la plupart des inspections départementales de l'éducation. Et nul doute que nombre d’entre eux ne sont guère optimistes sur leur sort. Et pour cause ! A côté des grèves des enseignants les ayant empêchés de terminer leurs programmes scolaires, les épreuves qu’ils ont subies ont été truffées d’erreurs, compromettant, ainsi, leur chance de réussite.



Les corrections de l’examen du Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee) sont déjà terminées dans nombre d'Inspections départementales de l’éducation (Ide) du pays. Cependant, les résultats qui en seront issus, exhalent déjà l’hécatombe. On verrait mal, en effet, avec les nombreuses erreurs et incohérences relevées aussi bien dans les épreuves qu’au niveau des corrigés, qu’il n’y en ait pas. Tous les sujets proposés aux élèves renferment soit des questions obscures, manquant de concision, soit des questions dont les réponses données dans les corrigés sont simplement fausses. A cela s’ajoute la difficulté de certaines questions qui dépassent le niveau des élèves du Cm2. Et les illustrations ne manquent pas !
Pour la dictée, il a été demandé aux candidats d’analyser, dans la partie grammaire, le groupe nominal (GN) ‘l’homme’ sans plus de précision, or, celui-ci figure trois fois dans le texte. Et dans le corrigé, on dit que c’est un nom commun alors qu’il est composé d’un déterminant et d’un nom, donc un groupe nominal. Idem pour les groupes de mots ‘une richesse’ et ‘ses fruits’, on en fait des noms communs alors qu’ils comprennent deux mots eux aussi. Pour le premier Gn, ‘une richesse’, il est écrit dans le corrigé qu’il est, soit un attribut, soit mis en apposition. Que l’on sache, un mot ou Gn ne peut avoir qu’une fonction dans la phrase.

Au niveau des questions de cours, c’est comme s’il y avait une volonté manifeste de sacrifier les candidats. Car, non seulement les questions étaient relevées pour les élèves, mais elles prêtaient, aussi, à équivoque. En géographie, par exemple, il a été demandé aux élèves d’écrire devant chacun des royaumes et provinces cités, la région administrative actuelle où il ou elle se situe et, parmi les noms cités, il y a le Cayor et le Boundou.

Diantre ! Comment peut-on demander de situer administrativement le Cayor actuellement quand on sait que certaines de ses anciennes entités appartiennent aujourd’hui à des régions différentes ? Comme c’est le cas de Ndande qui se trouve dans la région de Louga et Tivaouane qui est un des départements de Thiès. De même qu’on note qu’une partie de l’ancien Boundou se trouve aujourd’hui dans la région de Matam et une autre dans Tambacounda.

Dans la partie ‘Histoire’, on fait citer aux candidats deux pays africains qui n’ont pas été colonisés. Cette question, posée à une classe de terminale, il est quasi certain que rares seront les élèves qui en donneront la réponse juste. Dans le programme élémentaire, il est donné des exemples de pays colonisés et leurs puissances colonisatrices. Aussi, aurait-il mieux valu de demander aux élèves d’en citer certains si tant est qu’on veut faire une évaluation objective.

En Sciences, également, il nous a paru difficile de demander à des élèves de Cm2 d’ordonner les différentes étapes du développement d’une plante en utilisant des concepts élevés telles fructification, maturation, floraison, etc.

Autre bévue notée, cette fois-ci en Education civique, il a été demandé aux candidats ce qui compose le sceau de la République du Sénégal. La réponse correcte qu’un élève qui maîtrise sa leçon va donner est la suivante : le sceau de la République du Sénégal comprend deux faces, sur l’une il y a un baobab et la devise du pays et sur l’autre, on voit un lion et une étoile.

Pourtant, telle n’est pas la réponse donnée dans le corrigé où on soutient que le sceau est composé du lion et d’un baobab, référence n’a même pas été faite aux deux faces. Ici, l’élève en donnant la réponse exacte perd six points (parce que c’est le nombre total de points qu’on pouvait avoir en donnant la fausse réponse).

Le problème donné semble, quant à lui, avoir été conçu exprès pour faire échouer le maximum d’élèves. A côté d’un mélange de nombres en chiffres et en lettres dans le libellé, il y a que le barème établi n’était pas pour favoriser ces derniers. Tenez, on octroie vingt et quatre points au candidat qui trouverait l’ensemble des huit premières questions alors que pour les deux dernières seulement, lesquelles sont les plus difficiles d’ailleurs, on va avoir seize points. En outre, on oublie, dans le corrigé, de proposer une autre démarche dans les solutions préconisées où une seule réponse peut prendre en charge trois questions. Ce qui peut, évidemment, avoir une incidence sur le barème et même le chambouler. Or, on sait ce que représente l’épreuve de Calcul dans le concours d’entrée en sixième.

Au regard de tout ce qui précède, la question qui coule de source est : est-ce que les épreuves du Cfee ont fait l’objet d’une sérieuse préparation ? Comment dans la préparation d’un concours (si c’en est un) aussi important que le Cfee qui sanctionne six années de travail, peut-on faire preuve de tant de négligences ? Pour les responsables de l’Organisation des instituteurs du Sénégal (Ois), il n’y a pas de doute que cela a été fait à dessein. De l’avis du chargé de communication de ce syndicat, ‘en donnant des sujets qui dépassent le niveau des élèves et en laissant s’introduire des erreurs dans les épreuves, on a voulu compromettre les chances de réussite des candidats’. Et cela, selon le responsable syndical, ‘c’est pour mettre les enseignants en mal avec le peuple puisqu’on dira que c’est à cause des grèves répétitives que les résultats ont été si mauvais’.

Aguibou KANE
Source: Walfadji

Article Lu 1507 fois

Samedi 7 Juillet 2007





1.Posté par le sage le 07/07/2007 14:25
j'ai un neveu qui est candidat au cfee vraiment c' est regretable parce qu' il a tellement peur ,il arrive meme jusqu' à tomber malade et il ne pense qu'aux resutats

2.Posté par amadou le 09/07/2007 15:07
oui les epreuves étaient tres difficiles surtout les questions de cours

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State