Référence multimedia du sénégal
.
Google

Des élèves d'écoles élémentaires prennent la rue pour réclamer des cours

Article Lu 11319 fois

Cela n’arrive pas très souvent, que des élèves d’écoles élémentaires battent le pavé pour exiger des cours. C’est le cas ce mercredi des élèves des écoles des quartiers Camp Navétane et Gouye de Tambacounda qui ont sillonné les principales artères de la ville pour exprimer leur ras le bol par rapport au mouvement d’humeur des enseignants. Ardoises en main et sur lesquelles l’on pouvait lire « nous voulons étudier », les élèves des écoles élémentaires des quartiers voisins de Camp Navétane et Gouye ont sillonné ce mercredi les principales artères de la capitale orientale, histoire de montrer à la face du monde qu’eux en ont assez des mouvements d’humeur cycliques des enseignants visiblement déterminés à en découdre avec les autorités de tutelle. En effet cette semaine, les élèves de Tambacounda n’auront eu droit qu’à quelques 3 heures de cours avec les débrayages à partir de 9 heures du lundi au mercredi et ensuite la grève générale du jeudi au samedi. Ce mercredi les ardoises n’ont point servi au « PLM », mais d’outil de revendication d’un de leurs droits fondamentaux, celui à l’éducation et cela est inédit ici dans la région orientale où l’opinion se pose un faisceau de questions troublantes.



Des élèves d'écoles élémentaires prennent la rue pour réclamer des cours
Les enseignants ont-ils le droit de fouler au pied le droit à l’éducation des enfants que les parents ont du mal à regarder tous les jours revenir de l’école après autant de sacrifices ?
Les pouvoirs publics ont-ils également le droit de snober les enseignants qui ne demandent qu’à dialoguer au point que ceux-ci se radicalisent et menacent de rendre invalide l’année ?
Ce que réclament les enseignants constitue-t-elle une mer à boire pour les pouvoirs publics qui démontrent chaque jour que dieu fait qu’ils sont « liquides » ?
Pourquoi na pas provoquer des assises à l’instar du football et passer au peigne fin tous les problèmes du secteur et en finir avec ces innombrables perturbations de nature à en rajouter au phénomène de baisse de niveau constaté dans le système éducatif ?

Maintenant les choses commencent à prendre une autre tournure avec les enfants qui s’invitent au débat or, un enfant est un enfant, il n’y a pas mille façons de le concevoir. Quant il entre dans une danse comme celle là, cela peut engendrer des situations peu enviables qu’il sera difficile de maîtriser.

Source: Tambacounda.info

Article Lu 11319 fois

Vendredi 25 Avril 2008





1.Posté par Provoc le 25/04/2008 08:04
Sen yaram war na dam dé!!!ay xallé you ndaw di reclame niagui alors que en general ils ne veulent pas aller a l'ecole!il y a plus de reperes!!!!

2.Posté par Seuh le 25/04/2008 11:55

3.Posté par Ala bada le 25/04/2008 12:22
Oh! Les autirités doivent penser aux enfants.Ce sont les futurs dirigeants du pays

4.Posté par duma le 25/04/2008 12:46
C Triste ce qui se passe qu'Allah sauve cette année...AMEN

5.Posté par wxo le 25/04/2008 13:21
pauvres enfants j'ai pitié de vous! ndey saan ay mag yu tekki ba paré téré leen a tekki!
chers enseignets qui lisent mon message, soyez conscients que votre enfant ou l'enfant d'un de vos proches sont parmi les enfants que voulez sacrifier pour des raisons d'argent. en fait je dis des raisons d'argent par ce que c'est le fer de lance de votre revendication (indamnité de recherche ou de logement des choses de ce genre).
moi j'ai pas d'enfant mais franchement mes chers enseignement vous manquez à notre noble mission qui est de faire des enfants du pays des hommes engagés au développement de leur pays.
je ne parlerai pas avec les gars du pouvoir par ce que à cet instant je crois qu'ils ont d'otres préoccupation que de perdre leur temps pour des dialogues qui vont se terminer en queue de poisson j'en suis sûr. en effet les enseignents réclament de l'argent et l'Etat n'a pas d'argent alors comment pensez vous résoudre le blems

6.Posté par ouze62 le 25/04/2008 14:13
Non, il est plutôt écris sur l'ardoise dans cette photo "Nous voulons étudié" une faute pardonnable à un élève mais qui en dit long de cette triste année de grève et débrayages.

7.Posté par niit le 25/04/2008 14:24
lou takh senegalais beugeu corrigé faute moma diakhal ?tontouléne ma svp

8.Posté par talibe le 25/04/2008 15:22
ay waye aides les elèves bangèn di dianga dèfognolèn woone nii wor ngène senegal

9.Posté par mamadou le 25/04/2008 16:52
NIIT,
gayi gueumouniou sene bopp. Pour gnome loudoul toubab, dou dara.
Damalena yeureum sakh.
Toubabi fi niofi dakha faute.

Ree ba tass

10.Posté par mami le 25/04/2008 18:08
thieuy! quel pays, j'ai mm honte, c'est le comble !

11.Posté par gache le 08/05/2008 12:06
Des irresponsables. Voila ce que sont les enseignants. Rien que des irresponsables.

Même si le sénégal (l'état) avait tout l'or du monde, ils devaient être dans les classes si tant et qu'ils comparent leur situation d'avant et après 2000.

Comment un père de famille peut sacrifier son enfant pour de l'argent?

Insolites





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State