Référence multimedia du sénégal
.
Google

Déminage de la Casamance : Quand les Etats-Unis demandent l’autorisation du Mfdc

Article Lu 1683 fois


Déminage de la Casamance : Quand les Etats-Unis demandent l’autorisation du Mfdc
Même si la lettre adressée est écrite en avril dernier, donc bien avant l’annonce de la nomination d’un ‘Monsieur Casamance’, puis démentie par l’ambassade des Etats-Unis au Sénégal, elle jette un doute sur le rôle que veulent jouer les Etats-Unis dans le conflit casamançais. Dans cette lettre, il est demandé l’autorisation du Mfdc pour déminer certains villages de Casamance. Il s’agit de Nyassia et de Niaguiss. Mais en réponse, Mamadou Nkrumah Sané a rejeté diplomatiquement la demande américaine.

(Correspondant permanent à Paris) - Les mines, semées un peu partout en Casamance, inquiètent les Etats-Unis. Et tous les moyens sont bons pour déminer cette partie méridionale du Sénégal. Mais pour y parvenir, il faut avoir l’assentiment des autorités sénégalaises et du Mfdc. Pour ne pas vivre le même sort que les militaires marocains qui auraient, selon Mamdou Nkrumah Sané, ‘précipitamment quittées les zones à déminer’, l’ambassade des Etats-Unis à Dakar a introduit une demande d’autorisation auprès du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc). Une demande contenue dans une lettre adressée le 26 avril 2007 au mouvement irrédentiste. ‘Nous sommes conscients que le Mfdc partage notre engagement à rendre la Casamance sûre pour ses populations et il a fourni une aide précieuse pendant le déroulement d’une étude sur l’impact des mines, réalisée par Handicap International. Nous espérons que le Mfdc nous prêtera encore main forte en collaborant aux efforts que nous déployons pour le déminage’, écrit l’ambassade des Etats-Unis dans une lettre écrit le 26 avril 2007 ‘axée’ de Dakar à Nkrumah Sané en mai 2007 à 18 h 09 mn.
Si l’ambassade américaine estime demander une aide au Mfdc, c’est parce qu’elle veut déminer dans la sécurité certains villages de Casamance. D’autant plus que ‘le gouvernement des Etats-Unis est impliqué depuis plusieurs années dans la construction de villages, de petits barrages et de puits d’eau douce en Casamance’. En plus, les diplomates américains basés à Dakar précisent que ‘depuis deux ans, il contribue au processus de paix en Casamance en formant des Casamançais à la conception et à la mise en place de stratégies de négociation’. Mais d’autres raisons sont avancées. Pour les Américains, ‘les Casamançais sont fatigués de la guerre’. ‘A travers le travail que nous avons effectués ici, nous avons acquis la conviction que les Casamançais sont fatigués de la guerre, qu’ils désirent vraiment la paix et qu’ils veulent désespérément retourner dans leurs foyers et reconstruire leur vie’, explique la lettre adressée au Mfdc. Une lettre qui souligne également que ‘de nombreux Casamançais déplacés vivent et travaillent à nouveau dans les rizières et les vergers que la guerre les avaient forcés à quitter’.

Malgré tous ces efforts fournis, les diplomates américains font part de leurs préoccupations aux déplacés qui refusent encore de regagner leurs villages ‘en raison du danger des mines terrestres’. Considérant ‘les efforts déployés depuis trois ans pour instaurer la paix en Casamance, l’ambassade des Etats-Unis estime sincèrement que le temps est venu de commencer le déminage’. Pour cela, comme pour servir d’exemples, les Etats-Unis ont ciblé deux villages : Nyassia et Niaguiss. ‘En collaboration avec l’organisation non gouvernementale, Handicap International, qui a une longue expérience en matière de déminage et qui est présente en Casamance depuis de nombreuses années, l’Ambassade a identifié Nyassia et Niaguiss comme étant les villages les plus gravement menacés en Casamance’, précise la lettre. Et les Américains se proposent ‘de former des démineurs civils, humanitaires, chargés de sensibiliser les villageois sur les mines et ensuite de commencer le déminage’.

Pour rassurer le Mfdc que rien de militaire ne se cache derrière cette action, l’ambassade des Etats-Unis affirme : ‘Nous insistons sur le fait que le déminage que nous comptons faire est de nature humanitaire et qu’il est destiné à aider les villages à remettre en état leurs habitations, leurs champs et leurs routes’. La représentation diplomatique de préciser que ‘ce déminage sera financé par le département d’Etat américain, pas par les militaires américains. Il sera effectué par Handicap International, avec l’assentiment mais sans la participation du gouvernement et des militaires sénégalais’. Et pour finir, les diplomates américains soulignent dans leur correspondance : ‘Nous serions reconnaissants au Mfdc de tout effort qu’il voudrait bien déployer pour collaborer à cette aide humanitaire et nous demandons au Mfdc de contacter Handicap International à Ziguinchor pour toute question’.

Malgré ces arguments humanitaires déployés par les Etats-Unis, le Mfdc, par lettre adressée à eux par Nkrumah Sané le 14 mai 2007, refuse la collaboration. Echaudé par le ratissage de l’armée française à la recherche de leurs compatriotes, les couples Gagnaire et Cave disparus en 1995. Mais dans l’entame de sa lettre, Nkrumah Sané laisse une lueur d’espoir aux Américains en ces termes : ‘Le peuple de Casamance, le Mouvement des forces démocratiques de Casamance et son secrétaire général, Mamadou Nkrumah Sané, ont été informés par votre messager, le Colonel Roof Clemon, de l’initiative prise par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique d’engager en Casamance un processus de déminage avec la participation de l’Ong Handicap International, plus précisément dans la zone de Niassya et Niaguiss. Nous nous en félicitons et nous ne pouvons que l’en remercier’. Mais le ton de la lettre réponse va vite changer pour exprimer un refus teinté d’un regret diplomatique : ‘Cependant, nous tenons à rappeler au gouvernement des Etats-Unis d’Amérique que notre peuple est en lutte de libération nationale depuis 1982 et tant que cette lutte se poursuit, le Mfdc ne peut en aucun cas garantir la sécurité d’une quelconque équipe de déminage dans ces zones précitées dans votre demande, ni dans toutes autres parties de la Casamance, pour raison de guerre, comme le savez. C’est pour cela qu’avec beaucoup de regrets, nous déclinons votre généreuse offre’, lit-on dans la lettre. Nkrumah Sané ne rejette pas, pour autant, la possibilité de déminer un jour la Casamance : ‘Sachez que le moment venu, nous ne manquerons pas de nous en souvenir’.

Moustapha BARRY
Source: Walfadjri

Article Lu 1683 fois

Vendredi 19 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State