Référence multimedia du sénégal
.
Google

Déflatés pour motif économique : 70 agents de la Sigelec décident de traduire leur ex-employeur en justice

Article Lu 1437 fois


THIES - Les soixante-dix agents déflatés de la Sigelec ont décidé, depuis hier, de traduire en justice leur ex-employeur. Cette décision fait suite à la rencontre qu’ils ont eue hier avec le représentant de la direction de ladite société devant l’inspecteur régional du travail de Thiès. En effet, d’après Ousseynou Seck, secrétaire général du collectif des 70 agents déflatés, si ses camarades et lui en sont arrivés à intenter une action en justice contre leur ex-employeur, c’est parce que ce dernier, depuis leur licenciement, du reste injustifiée, est demeuré sourd à toutes leurs sollicitations. Des sollicitations qui entrent pourtant, à leur avis, dans le cadre d’un règlement social du contentieux qui les oppose. La direction de la Sigelec aurait, selon Ousseynou Seck, rejeté tous les points contenus dans le plan de négociation qu’ils avaient établi à sa demande. Il s’agissait pour ce plan de négociation, selon Ousseynou Seck, d’une prise en charge au niveau de l’Ipres de l’ensemble des déflatés pendant un an, du paiement, par la société, des dettes qu’ils avaient contractées auprès des banques de la place, de la couverture des agents et de leur famille par l’Institut de prévoyance maladie pendant cette période hivernale ainsi que du paiement de leurs dommages et intérêts qu’ils estiment à 4 millions de francs. Et le secrétaire général du collectif d’attirer l’attention sur le fait que la Sigelec a cessé de verser les cotisations à l’Ipres depuis 2005.
Devant le refus affiché par la direction face à ce plan de négociation, le collectif a été obligé de saisir l’inspection du travail pour un arbitrage en vue d’une conciliation. Sur la table de conciliation, ils mettront comme principal chef de réclamation, la réintégration d’office de tous les agents déflatés puisqu’ils estiment que le motif économique invoqué pour expliquer leur licenciement ne repose sur rien de solide. A défaut d’une réintégration, le collectif réclamera le paiement de reliquats de salaire. Car, disent-ils, les salaires alloués par la Sigelec à ses agents ne sont pas en conformité avec la convention collective des industries chimiques régie par la loi 97/17 de décembre 1997 portant Code du travail. Entre autres chefs réclamation, ils citeront le remboursement des salaires non payés ainsi que le paiement de dommages et intérêts pour cause de licenciement abusif.

La rencontre d’hier, troisième du genre entre leur ex-employeur, l’inspecteur du travail et eux, butera sur un niet de la direction. Un refus qui amènera l’autorité régionale à établir un procès-verbal de non conciliation.

Aussi, ne s’estimant pas vaincu, le collectif a décidé, au sortir de la rencontre, de recourir à la justice pour faire respecter ses droits. C’est ainsi qu’une plainte serait déjà déposée auprès de l’inspection du travail qui se chargera de la transmettre au tribunal.

Sidy DIENG
Source: Walfadjri

Article Lu 1437 fois

Mercredi 29 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State