Référence multimedia du sénégal
.
Google

Dans la chaleur du 14 aout A Saint-louis: Quand les soirées dansantes atteignent leur pic d’ambiance

Article Lu 1729 fois

Dans la nuit du 14 au 15 août, à Saint-Louis, les « hostilités » dansantes ont été lancées dans les boîtes de nuit sous les coups de 2 heures. Et très vite, on a pu voir de belles femmes et plusieurs fêtards venus des autres régions commencer à se trémousser sur la piste de danse. L’ambiance est alors montée d’un cran, pour ne plus jamais redescendre. La soirée a atteint son pic d’ambiance vers les coups de 4h du matin lorsque Youssou Ndour, « le roi du mbalakh », a offert une compilation de « best of ».



Dans la chaleur du 14 aout A Saint-louis: Quand les soirées dansantes atteignent leur pic d’ambiance
Grandiose. Sublime. Magistral. Monumental. Les mots ont manqué aux fêtards pour qualifier cette fête qui a pris une ampleur incommensurable ces dernières années. La mobilisation était grande et cela s’est vérifié sur les principales artères de la ville qui grouillaient de monde. Saint-Louis a donc commencé très tôt les festivités du 15 août. Dès la veille, il y a eu du bruit et de l’animation dans la ville. La nuit du 14 au 15, hommes, femmes, bandes de garçons et groupes de filles, se sont rués vers les discothèques et boites de nuit pour faire la fête. Les discothèques ont affiché le plein. Et les gérants de boîtes de nuit ne se sont pas plaints puisque les prix ont flambé. « La fête marche de mieux en mieux, année après année », confirme un gérant de boîte. « On a vu défiler beaucoup d’hommes. Globalement, on a eu deux fois plus de clients que d’ordinaire et on ne peut que remercier le ciel et prier pour qu’il y ait d’autres 15 août », ajoute-t-il.

Le « roi du mbalakh », Youssou Ndour, a ravi la vedette. La star qui animait une soirée dans un hôtel de la place, a remporté le prix de la mobilisation. Officiellement annoncée pour débuter à minuit, la salle a commencé à accueillir les invités à partir de 22h30. L’affluence très importante a posé quelques problèmes à l’organisation qui n’avait envisagé aucune inflation populaire d’une telle envergure. Les hostilités dansantes ont été lancées sous le coup de 2 heures et, très vite, on a pu voir de belles femmes et plusieurs fêtards venus des autres régions commencer à se trémousser sur la piste de danse. L’ambiance est alors montée d’un cran, pour ne plus jamais redescendre. La soirée a atteint son pic d’ambiance vers les 4h du matin lorsque You a offert une compilation de best of, en majorité des singles et des remix des meilleurs tubes issus de ses derniers albums. Une heure et demie de pur bonheur, où l’on a pu apprécier une étendue vocale rare. « Cette fête est un moment de grandes retrouvailles et d’immenses festivités. Le jour de fête, toutes les occasions sont bonnes pour « ambiancer auprès de celles et ceux qu’on apprécie », confie Mariama Ndiaye qui est venue de Dakar pour célébrer le 15 août avec ses amies.

La fête a continué hier mercredi sur la plage de l’Hydrobase. Le soleil qui a grillé la foule toute l’après-midi a commencé à s’évanouir au bonheur de ce beau monde déjà branché au concert de Youssou Ndour au stade Me Babacar Sèye. Avec la chaleur, l’ambiance a été bonne, mais avec l’arrêté ministériel interdisant les tenues indécentes, on a pas voulu braver l’interdit, même si quelques réfractaires se sont laissés aller à des dérapages sans nom. La communion, le partage et la solidarité étaient au rendez-vous et les nombreux podiums et manifestations organisés ont permis aux nombreux fêtards qui ont fait le déplacement avec leurs familles et amis de s’éclater, d’échanger. « L’importance, c’était d’y être et nous y étions », déclare Amadou Fall, un jeune étudiant qui n’a jamais raté la fête depuis une dizaine d’années. La pollution sonore était omniprésente et, au milieu de ce tohu bohu monstre, on jouait au football, au tennis, on s’adonnait à des séances de lutte, de musculation sous le regard amusé de tout ce peuple qui s’était transformé en spectateur. « Vous voyez, c’est ça le 15 août. C’est la joie, le sport, l’amusement et rien de plus. Ceux qui croient que les gens y font du n’importe quoi ont tort sur toute la ligne. C’est vrai que l’on y rencontre des tenues qui heurtent la vertu, mais cela ne veut pas dire que la plage est un lieu de débauche », clame tout haut Adama Diaw, qui habite le faubourg de Sor et qui est accompagné de sa bande d’amis. Avec le thermomètre qui avoisinait les 30 degrés, les vendeurs de boisson ont fait de bonnes affaires. Ce qui est loin d’être le cas pour les larrons qui n’avaient pas voulu prendre le risque de commettre des forfaits avec la présence de l’impressionnant dispositif de sécurité.


SAMBA OUMAR FALL
Source: Le Soleil

Article Lu 1729 fois

Jeudi 16 Août 2007





1.Posté par Leweul le 16/08/2007 19:49
De la nécessité de reformer la presse et le métier de journalisme

Il ya des tendances décevantes dans le développement de la presse et du métier de journalisme au Sénégal. En effet, l’on assiste depuis quelques temps à une médiocrité manifeste dans le métier de journalisme, avec des titres et des contenus qui ne méritent pas d’être édités et lus.
Le journalisme est devenu un terrain honteux, ou se côtoient des faits infondés, l’étalage de la vie privée des personnes dans le but de calomnier.
Il y a certes des journalistes qui respectent les lecteurs, et donc je ne veux point généraliser.

Mais les fruits pourris finissent toujours par contaminer les fruits sains.

Chers journalistes, il est temps de reformer le secteur. Toute personne peut écrire certes, mais peu peuvent effectivement bien écrire. Sauvez votre profession pendant qu’il est temps !

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State