Référence multimedia du sénégal
.
Google

[ DOSSIER ] EVOLUTION DE LA DIC: Du prestige à la « terreur » banalisée

Article Lu 11014 fois

Naguère très crainte et très redoutée, la Dic est actuellement le passage le plus court pour tendre vers la célébrité au Sénégal. Ses interventions quasi permanentes et empreintes d’une bonne dose politique, ont fini par lui ôter tout prestige au contraire.



[ DOSSIER ] EVOLUTION DE LA DIC: Du prestige à la « terreur » banalisée
La Division des investigations criminelles, plus connue sous le sigle de Dic, est le service de Police le plus connu des Sénégalais à cause de ses nombreuses interventions qui ont fini par la rendre très tristement célèbre. Cette division qui relève de la Direction de la police judiciaire (Dpj), alors réputée sérieuse et rigoureuse, par les hommes qui la dirigent et de l’expertise de ses agents, a toujours travaillé dans la discrétion et fait preuve d’efficacité dans ses missions. Mais, ces qualités qui faisaient que la Dic était redoutée quand elle était dirigée par des hommes comme Djaraf Farba Paye et Cheikh Saad-Bouh Ndiaye entre autres, s’effritent de plus en plus. Allant même jusqu’à la banalisation.

La Dic, qui peut être saisie par les services de Police ou par la hiérarchie pour engager des enquêtes ou, dans une affaire ayant des ramifications nationales ou internationales, a perdu prestige en s’illustrant plus dans des affaires aux relents de règlements de comptes au bénéfice du politique. En effet, la Dic emprunte parfois très allègrement, la dangereuse voie de l’instrumentalisation qui mène aux excès et aux dérives. Des dérives dont la plus mémorable reste la traque, par les agents de cette division, de Jean Paul Dias jusqu’aux abords et aux portes de la Cathédrale de Dakar. Alors que ce dernier était en pleine prière. La profanation du lieu de culte soulève alors l’ire de la communauté chrétienne qui n’a pas digéré cette forfaiture. Le bouchon est poussé loin au domicile de M. Dias où la porte a été défoncée avant qu’il ne soit brutalement mis aux arrêts.

Les méthodes d’intervention de la Dic dont la légalité est toujours sujette à caution, cachent mal sa tendance à agir (même aveuglément) au premier signe de la hiérarchie. Ainsi, la prestigieuse division se lance très souvent à la traque d’hommes et de femmes devenus très gênants et très encombrants pour le pouvoir. Et s’ouvre parfois la traque. C’est le cas de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, dont la garde à vue dans l’affaire des chantiers de Thiès avait largement dépassé la durée fixéespar la loi. Au point que ses avocats crièrent à la prise d’otage politique entre les mains de la Dic. Ce feuilleton des Chantiers de Thiès avait aussi ouvert l’ère de la théâtralisation de la Dic quand une chaîne de télévision montrait les images du Chef de division effectuer pompeusement une perquisition dans certains lieux. En plus de cette affaire qui avait enregistré l’arrestation par les éléments de la Dic de plus de cinquante personnes, on garde toujours en mémoire de la Division des investigations criminelles, sa descente musclée dans les locaux de la radio privée, Sud Fm, et du journal Sud quotidien, deux supports qui avaient diffusé une interview d’un des chefs rebelles du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc), Salif Sadio. A cette occasion, les journalistes, techniciens et autres agents de l’administration du groupe avaient été malmenés, embarqués et gardés dans les locaux du Commissariat central d’abord, avant d’être transférés à la Dic et au commissariat central. Il a fallu attendre l’ordre de l’exécutif pour les libérer au moment de la coupure du jeun. A cela, s’ajoutent les convocations tous azimutes de journalistes dont Mame Less Camara, Abdou Latif Coulibaly, Assane Guèye, Mamadou Oumar Ndiaye, Madiambal Diagne, Thierno Talla, Moussa Guèye, Pape Moussa Doukar, Pape Amadou Gaye, entre autres. Même si la liste est très longue, le nombre de journalistes ayant passé des heures entre les mains des limiers de la Dic est insignifiant en comparaison des hommes politiques qui, en un moment donné, ont osé porter un jugement sur la gestion du régime actuel ou de son chef, Me Wade. En effet, cette nouvelle orientation de la Dic a fini par donner une idée pas très positive de cette division dans la l’imaginaire populaire. Cette conception que l’on se fait de ce service très stratégique est, en effet, révélatrice de l’instrumentalisation dont il est victime. Et, qui porte un sacré coup à sa mission.

Source: African Global News

Article Lu 11014 fois

Mercredi 30 Juillet 2008





1.Posté par TEUSS le 30/07/2008 20:18
Théye nos hommes de tenues sont devenu tres agressif et fou avec un pouvoir malade aussi

2.Posté par khady le 30/07/2008 20:19
police de voleurs de poules !

3.Posté par ghost le 30/07/2008 20:24
LES JOURNALISTES SONT ENTRES EN GUERRE AVEC LE POUVOIR EN PLACE , ILS ONT ENGAGE LES HOSTILLITES PAR LA METHODE DU CE QUI EXPLIQUE L AVENEMENT DES SUJETS SANS > . QUE FAIRE JUSTE LISONS ET SOYONS NEUTRE DANS CETTE BATAILLE PARCE QUE SO SI DOUGUE YA SI DESS JOURNALISTES AKH POLITICIENS BENE LENE SEUL LEURS INTERETS COMPTENT DO KHAM FOU GNOUYE DJOUBOWE

4.Posté par Ko le 30/07/2008 21:31
La DIC est un instrument de police secrete au service d'un Regime dictatorial. C'est comme la Gestapo. Les membres du PDS ont cree aussi une police parallele secrete. Il faudrait saisir le Tribunal International Penal pour commencer des enquetes sinon bcp de gens vont mourir ou passer a la torture.

5.Posté par Lamine le 30/07/2008 22:44
DIC= STASI
DIC= GKB
WADE= STALINE

6.Posté par MACK le 31/07/2008 05:25
REGARDEZ MOI CES GOR JIGUENS! ILS S'ATTAQUENT A DES PAUVRES GENS! UNISSEZ VOUS, CES PD NE PEUVENT RIEN CONTRE VOUS SI VOUS VOUS UNISSEZ!

7.Posté par KIKI le 31/07/2008 10:34
Que dire des gens dans la 4X4 qui dit on avaient pris des manifestants qu'ils ont amenés derrière le palais pour les tabasser? On est tous en sursis!

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State