Référence multimedia du sénégal
.
Google

[ DOSSIER ] C'est quoi un abus sexuel ? tout savoir sur ce phénomène

Article Lu 11266 fois

On s'aperçoit avec l'éclatement de l'affaire Mathiou et compagnie que la loi condamne très fortement toutes les agressions sexuelles. Surtout les cas viols à l'encontre des moins de 18 ans. Mais le législateur sénégalais ne dispose pas d'une définition particu­lière du viol. En dessous de cet âge, un enfant n'est jamais consentant aux termes de la loi, mais victime d'un délit ou d'un crime.



Le viol sur mineur fait partie de ce que les professionnels de la santé classent dans la catégo­rie des «troubles de la préfé­rence sexuelle». Ce cas de viol est définie comme une préfé­rence pour les enfants généra­lement pré pubères ou en début de puberté, quel que soit le sexe. L'adulte (homme ou femme) a pu garder une sexua­lité hétérosexuelle épisodique ou plus suivie, dans le cadre d'un couple officiel. L'inceste fait donc implicitement partie des comportements incrimina­bles. Mais dans ce cas, la spé­cificité du lien entre l'agresseur et la victime est caractérisée par la notion judiciaire «d'as­cendant».

Un abus sexuel, c'est quoi ?

L'abus sexuel est défini comme «toute participation d'un enfant ou d'un adoles­cent à des activités sexuelles qu'il n'est pas en mesure de comprendre, qui sont inap­propriées à son âge et à son développement psycho-­sexuel. Qu'il subit sous la contrainte, par violence ou séduction ou qui transgresse les tabous sociaux». Exhibitionnisme, images ou propos pornographiques, caresses, baisers, attouche­ments, demande de mastur­bation, tentative de viol ou viol. Dans tous les cas, com­mis au sein de la famille ou par une personne extérieure, il s'agit d'un abus de pouvoir qui laisse de sérieuses séquelles psychologiques à l'enfant s'il n'est pas pris en charge à temps.

Abus sexuels : la loi protè­ge les enfants

Les campagnes de préven­tion et d'information sur la maltraitance envers les mineurs se sont multipliées un peu partout dans le monde depuis quelques années. Mais au Sénégal, en l'absen­ce de chiffres disponibles, on peut évaluer à plusieurs milliers les enfants victimes d'abus sexuels.


Que dit la loi ?

Le signalement


Quiconque (famille, entourage, enseignants) doit signaler un enfant victime d’un abus sexuel auprès des autorités administratives ou judiciaires (juge des enfants, procureur de la République), sous peine de se trouver en situation de non-assistance à personne en danger.

La procédure judiciaire

Elle commence par, une plainte, une dénonciation ou un signalement à la police, à la gendarmerie ou devant le procu­reur de la République avant la fin du délai de prescription (de 3 à 10 ans après la majorité de la victime suivant la gravité des actes). Suit une enquête de gendarmerie, de police ou du juge d'instruction pour démontrer la réalité des accusations, récolter des preuves, qualifier l'effraction et appréhender l'au­teur. Cette enquête peut-être accompagnée d'auditions des personnes impliquées, d'examens médicaux, de perquisitions.

Reconnaître et dénoncer l’abus sexuel

Ce ne sont pas toujours les enfants des autres… et si les parents ont un rôle majeur à jouer en matière de préven­tion des abus sexuels, il est indispensable qu'ils sachent également détecter ces petits signes qui cachent parfois de vraies blessures.

Les abus sexuels sur les enfants sont beaucoup plus fréquents qu’on le croit : plus d’un enfant sur dix en serait victime. Il faut savoir que le plus souvent l'abus sexuel n'est pas violent et il est répété par le même agresseur. De plus, il ne laisse que rarement des traces physiques, il est donc difficile d'en avoir de véritables preuves médicales. L’agresseur est très souvent un proche et peut avoir n’importe quel statut( parents, grands-parents, cousins, baby-sitters, enseignants…) et n'importe quel âge. L'agresseur se présente comme «Monsieur Tout le monde» L'agression a lieu le plus souvent dans des endroits considérés comme sûrs (maison familiale, école, réunion familiale).

Pour des cerbères du cyber ?

Sous ces aspects pas bien méchantes, le réseau Internet peut parfois être effrayant. Des centaines de milliers de sites pédophiles sont recensés dans le monde. Evidemment, Internet n’est pas uniquement lieu de rencontres de gentils internautes érotomanes. L’espace de liberté qu’il représente a été investi par des pervers par des pervers condamnables qui pensent pouvoir agir en toute impunité. Ils profitent d’un anonymat relatif pour s’échanger d’insoutenables photos mettant en scène des enfants dès l’âge de trois mois.

Une vigilance de tous les instants

Les pornographes peuvent également piéger des sites anodins en créant dans leurs pages des liens vers des sites peu recommandables.

Une parole nécessaire

Le dialogue entre parents et enfants constitue la première mesure de bon sens à mettre en œuvre pour les prévenir des dangers qu’ils peuvent rencontrer sur la Toile. Il est utile de leur rappeler de ne jamais donner son vrai nom, ni son adresse ou son numéro de téléphone dans un chat ou un forum. Les pédophiles peuvent s’introduire sur des forum destinés aux jeunes, usurper une identité pour fixer ensuite un rendez-vous. La règle est la même que dans la vie les enfants ne doivent pas suivre des étrangers.

Moins d’abus sexuels signalés ?

Au Sénégal, les abus sexuels signalés auprès des services de protection de l'enfance seraient même en baisse. Les affaires de viol sur mineurs, pédophilies et de violences familiales font de plus en plus souvent la Une des médias en quête de faits divers. Les enfants sont-ils plus en danger aujourd'hui qu'hier ? Quelle est la situation réelle ?

Les enfants en danger

L'importante augmentation du nombre de signalements d'enfants en danger. Ce terme recouvre les enfants maltraités, victimes de violen­ces physiques, d'abus sexuels, de violences psychologiques ... et les enfants dits «en risque», c'est-à-dire qui connaissent. Au Sénégal, la loi n’inter­vient pas dans le domaine de la sexualité entre adultes consentants se déroulant dans des lieux privés. Par .contre la législation s'est renforcée pour protéger les enfants victimes de la sexualité d'adultes crimi­nels. Les agressions sexuelles ne laissent pas toujours de traces visibles sur le corps de l'enfant. Mais un comportement bru­talement perturbé, un chan­gement d'attitude, sont des signes que l'entourage ne doit pas négliger.

Comment repérer qu'un enfant est victime d'abus sexuel ?

Le cas est simple lorsque l'abus est révélé par un témoin direct ou par l'enfant ou l'adolescent lui-même.

Quelques mots suffisent parfois à l'enfant pour évo­quer l'acte subi, susciter l'attention sur une douleur enfouie, des éléments à partir desquels il deviendra possible de l'aider à se liv­rer davantage. La situation devient plus complexe quand il s'agit de décrypter un comportement perturbé. Lorsque l'enfant est anor­malement agité ou se replie sur lui même, qu'il se plaint de maux de ventre, cauche­marde, n'a plus faim, ren­contre des difficultés scolai­res. Chez le petit enfant n'ayant pas accès au langa­ge, les troubles se manifes­teront plus particulièrement par le corps et par des per­turbations du contact avec autrui. L'enfant un peu plus âgé mais encore très jeune, pourra reproduire des actes subis, les mimer sur d'aut­res enfants, sur une pou­pée, une peluche ou sur lui même, certains auront des conduites masturbatoires exacerbées. Parfois l'enfant accompagne ces gestes par quelques mots ou phrases. Ces symptômes et le contexte dans lequel ils se déroulent, sont autant de signes que l'enfant nous lance pour dévoiler la situa­tion.

Comment aider l'enfant à parler ?

L'enfant parlera plus facile­ment à une personne en qui il aura confiance. S'il arrive qu'il se livre spontanément, il faut la plupart du temps l'aider à parler sans pour autant lui poser .des ques­tions trop directes. Préférez «Je voudrais comprendre pourquoi tu fais a nouveau pipi au lit», « J'ai l'impression que quelque chose ne va pas à la maison; que quelqu’un te fait souffrir ». « Ce que je constate sur ton corps me fait penser que quel­qu'un ne se conduit pas bien avec toi. » « C’est peut-être difficile pour toi d’en parler parce ce que par moment tu aimes beaucoup cette per­sonne et à d'autres moments tu la détestes » à des formulations qui indui­sent déjà des réponses. Dans un. premier temps, il est préférable de ne pas aborder ce qui est le plus douloureux, l’enfant risque de devenir mutique sur ce sujet.

Source: Pic

Article Lu 11266 fois

Mardi 8 Juillet 2008





1.Posté par scorp le 08/07/2008 11:19
bjr à toutes et à tous,
mais dites moi,l'hebdomadaire pic est-il l'heritier de Moeurs,Rac Tac ou Check Down?
En tt cas cet hebdo ne parle que du sexe..l'histoire d l'homme qui avait une grosse bite au point k'elle ne epouser aucune femme,c'est ce journal qui l'a ecrit..

salam !

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State