Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



DJIBY DRAMÉ, ROI DU BAZIN: «Ma femme masse mieux que les professionnels»

En pleine préparation de sa soirée intitulée «La nuit du bazin», qui se tient aujourd’hui au Théâtre national Daniel Sorano, le chanteur Djiby dramé a jugé opportun de faire un tour dans un salon de massage de la place. Histoire d’être en forme. Dans l’interview qu’il nous a accordée, hier, il revient sur son parcours et ses projets.



DJIBY DRAMÉ, ROI DU BAZIN: «Ma femme masse mieux que les professionnels»
Depuis quand faites-vous de la musique ?

La musique est une chose innée chez moi. Je suis issu d ’une famille de griots où déjà mes parents faisaient de la musique. C’est de là que j’ai commencé.



Pouvez-vous revenir sur votre parcours ?

J’ai un long parcours. Je ne peux pas tout dire. Mais, ce qui est sûr c’est que les gens m’aiment. Ce n’est pas facile d’être aimé par un public. Donc, je ne peux que rendre grâce à Dieu.



En tant que jeune, pourquoi avez-vous opté pour le traditionnel, alors qu’ il y a le rap et le «mbalax» ?

Je suis jeune c’est vrai. Mais on a nos réalités. Je suis né dans une famille traditionnelle qui ne vit que pour la tradition. J’ai le don de la musique. Mes parents font de la musique traditionnelle. Je ne peux que les suivre. Et je compte, sous peu, allier la musique traditionnelle à celle dite moderne.



On ne vous entend plus comme avant. Peut-on savoir pourquoi ?

Oui, c’est vrai que je suis resté un bon moment sans produire quelque chose pour mon public. J’étais toujours en phase promotion de mon premier album. Parce que jusqu’à présent mes fans adorent cet album. En plus de cela, je suis en pleine préparation de mon nouvel album qui sera bientôt sur le marché. Mais, ce qui est sûr c’est que les mélomanes vont apprécier.



Il paraît que c’est dû au fait que vous êtes souvent dans les baptêmes et autres mariages ?

Je suis toujours dans les baptêmes et les mariages et je m’y rendrai à chaque fois que de besoin. Ce n’est pas pour l’argent que je le fais mais parce que je suis les traces de mes parents. Mieux, tant qu’il y a les «Guers» qui seront toujours derrière moi, je les accompagnerai où ils veulent.



Avez-vous, en dehors de la musique, d’autres activités ?

Je ne fais que la musique. Je ne connais que la musique. Je n’ai pas besoin d’une autre activité pour vivre. Je vis très bien avec ma musique.



C’est demain la célébration de «La du Bazin». Est-ce la raison pour laquelle vous venez en séance de massage ?

Non, pas du tout.

Pourquoi donc n’avoir pas mis votre épouse en contribution ?

C’est tout juste qu’elle est loin de moi et non pas parce qu’elle ne peut pas me satisfaire dans ce domaine.



Donc, vous êtes divorcé ?

(Il sursaute avant de répéter) Divorcé ?! Attends que je touche du bois. J’aime bien ma femme. On est toujours ensemble, c’est juste qu’elle est partie travailler. Je me fais masser à cause de mon travail, notamment «La nuit du bazin». Je suis trop angoissé. Ce qui fait que j’ai des boutons sur mon visage. Je suis là pour prendre soin de mon visage. Mais ma femme masse aussi bien que les professionnels. Le massage me permet d’être en forme et de me sentir bien sur scène.



D’où vient le concept «Nuit du bazin» ?

Ça vient du Mali. Actuellement, on est à la 11ème édition. Donc, je me suis dit qu’il fallait la délocaliser au Sénégal où les gens s’habillent très bien. Et c’est ça l’importance de la soirée. Donc, c’est de là que j’ai transposé le concept au Sénégal. Depuis, ça marche très bien pour moi. Dieu merci.

Quelles sont les innovations que vous comptez apporter cette année ?

Si on dit «Nuit du bazin», on parle des boubous traditionnels. Et toutes les populations (sénégalaise et malienne) sont en préparation. Il y aura beaucoup d’innovations, mais je préfère ne pas en dire plus. C’est une cérémonie qui me dépasse.



Combien avez-vous dépensé ?

J’ai beaucoup dépensé pour la réussite de cet événement. Mais, j’ai beaucoup de sponsors. Ce qui diminue les frais car il y en a trop.

Vos projets ?

J’en ai beaucoup, particulièrement la sortie de mon prochain album. Sinon, j’ai des tournées en vue.

Source: L'observateur

Vendredi 3 Octobre 2008




1.Posté par six66 le 03/10/2008 15:51
Masses toi et tais toi

2.Posté par khorom le 03/10/2008 16:48
les titres de xibars sont vraiment nuls.

Je suis content de lui parcequ'il défend sa tradition et l'assume.C'est bien.La musique traditionnelle est extraordinaire.

3.Posté par Senegal le 03/10/2008 17:23
Oui khorom leurs titres sont très très nuls

4.Posté par sad le 03/10/2008 17:28
il a dis que sa femme masse aussi bien que les professionnels au cours d'un interview qui n'avait pas pour centre d'interet sa femme mais "la nuit du bazin". quand on dit que les journalistes sont ceux qui informent fidèlement alors que les journaleux sont ceux qui trahissent le sens de l'information, je le crois surtout avec votre titre pompeux et mensonger.

5.Posté par martine le 03/10/2008 17:41
les journalistes senegalais sont trop nuls j' ai honte de la presse senegalaise surtout walf fadjiri : aissatou diop fall ,thiam ass

6.Posté par bara mbacke le 03/10/2008 23:30
c'est normal kil soit un soit disant roi du bazin car il n'achette rien tout es donner gratos par les coutiers qui veulent se faire du pub en plus trop de couleur sur ses habits

7.Posté par amoul tourr le 04/10/2008 05:09
bara mbacke danga jaloux et ou sont tes bazin???

8.Posté par misse le 04/10/2008 13:50
Djiby DRAME, LAWLA THIATH THI KAW THI KANAM THI LOU BAH. Quand je l'écoute chanter je suis aux anges. KOU MER BOKO

9.Posté par adam le 25/02/2010 13:10
slt djby comment tu va j' espere que tu va bien c adam je suis malienne

10.Posté par FATM le 25/02/2011 16:42
oh Djiby j'aime très bien tes musique et je l'aimerai toujours que le bon dieu tes donne une longue vie

Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés