Référence multimedia du sénégal
.
Google

DISCOURS A LA NATION DU PRESIDENT Wade accuse et attaque la Ld/Mpt

Article Lu 1466 fois

Le président de la République a sacrifié à la tradition avec son adresse à la nation à la veille de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale. Pour ce discours de 4 avril, Abdoulaye Waden a rappelé les mesures prises par le pouvoir pour amortir la flambée des denrées de première nécessité. Il a annoncé le désengorgement de la capitale avec le démarrage « effectif » de quatre bateaux taxis dès juillet prochain sur l’axe Dakar-Rufisque. L’attraction de l’allocution du président de la République, c’est son attaque en règle contre l’un de ses partis allié en 2000 (Ligue démocratique/Mouvement pour le parti et le travail-Ld/Mpt-Ndlr)qui avait géré le ministère de la fonction publique, de l’emploi et du travail.



DISCOURS A LA NATION DU PRESIDENT Wade accuse et attaque la Ld/Mpt
Le président de la République, Abdoulaye Wade a accusé, sans le nommer, la Ligue démocratique/Mouvement pour le parti et le travail (Ld/Mpt) d’avoir noyauter le système éducatif pour pouvoir le paralyser à souhait. Cela a constitué l’un des points majeurs de son adresse à la nation du 3 avril dernier. « Depuis quelques temps, des enseignants mènent des grèves politiques, cherchent à perturber le système éducatif par des revendications sans fondement, harcelant sans cesse le Gouvernement. Les Sénégalaises et les Sénégalais en sont témoins », a déclaré le chef de l’Etat. Et d’ajouter : « la vérité, c’est qu’il y a quelques années, dans un Gouvernement de coalition que j’avais formé avec les alliés de l’époque, j’avais confié, en toute bonne foi, le Ministère de la Fonction publique à l’un d’entre eux. Mon partenaire que la bonne foi n’étouffe pas passe tout son temps à placer ses militants au cœur du système éducatif qu’il a fini par noyauter ».

Abdoulaye Wade de révéler : « depuis que nous nous sommes séparés il manipule ses militants pour perturber le secteur de l’éducation. Il faut reconnaître qu’il y réussit malgré les milliers d’enseignements qui, de plus en plus, refusent les grèves de harcèlement politiques. Avec ce que je viens de dire, ils saisiront mieux la logique de ces grèves qui jurent avec les importants efforts que l’Etat consacre à l’éducation et aux enseignants ».

Le président de la République a, ainsi, rendu hommage « à la très grande majorité des enseignants ayant refusé de suivre cette aventure sans lendemain ».

« Le gouvernement ne cédera pas au chantage »

Après cet appel lancé aux enseignants, il leur a fait comprendre que « nous connaissons tous la noblesse et la délicatesse qui s’attachent au métier d’enseignant, parce que c’est la source d’où jaillit la lumière du savoir qui éclaire la pensée pour orienter l’action, surtout dans une société où, justement, le savoir et le savoir-faire commandent le progrès des Nations ».

Abdoulaye Wade se veut « un allié naturel » pour les enseignants parce que, selon lui, son pari pour des ressources humaines de qualité est un choix volontariste et stratégique.

« L’option que j’ai assignée au Gouvernement pour l’éducation et la formation est sans conditions. Elle n’a de limites que les possibilités du Budget national car je suis bien convaincu que chaque franc dépensé dans ce secteur est un investissement pour le futur », a-t-il porté à la connaissance des Sénégalais. Il a expliqué que le gouvernement reste fidèle à ses engagements, ouvert au dialogue et à la concertation . Mais, a-t-il mis en garde, « il ne cédera ni au chantage, ni aux agissements illusoires d’une minorité de grévistes qui se trompent lourdement en croyant le prendre en otage ».

Flambée des prix : Wade évite de s’engager

Le chef de l’Etat ne pouvait dans son discours éluder la conjoncture et la flambée des produits de consommation courante qui tenaillent et étouffent les populations. « C’est pourquoi, malgré les charges financières que lui impose la conjoncture mondiale difficile, l’Etat continuera à subventionner les prix des denrées de première nécessité pour contenir l’effet de la hausse généralisée des cours mondiaux. De même, la suspension des droits de douane et la baisse de la fiscalité sur ces produits seront maintenues », a-t-il indiqué.

Il est revenu sur les 10 milliards qui ont été alloués au monde rural pour l’achat de vivre soudure. « Je demande au Premier Ministre de prendre toutes les mesures pour que les vivres arrivent directement à leurs destinataires du monde rural sans prélèvements indus au passage et de me rendre compte », a précisé le président de la République.

Selon lui, « au-delà de l’assistance d’urgence, notre objectif est d’assurer notre autonomie dans le domaine de l’agriculture. Et tel est le sens du Programme National d’Autosuffisance en Riz à l’horizon 2015 ».

Abdoulaye Wade a, également, la même ambition pour la filière laitière. « J’ai instruit le Gouvernement à l’effet de mobiliser les moyens nécessaires pour soutenir l’émergence d’une véritable industrie laitière locale, créatrice d’emplois et de revenus, et apte à satisfaire la demande », a-t-il fait savoir.

Quatre bateaux taxis arrivent en juillet

L’autre nouvelle que le chef de l’Etat a annoncé c’est le démarrage effectif des bateaux taxis, dès juillet prochain, sur l’axe Dakar Rufisque. « Cela va permettre de relier Dakar à sa banlieue rapidement, d’échapper aux risques d’embouteillage tout en participant à la fluidité du trafic ». Déjà, avant fin avril, a-t-il annoncé, il sera procédé aux essais techniques de quatre bateaux qui porteront les noms suivant « Malaaw, NDaté Yalla, Guellowaar, Mélax ».

Ce projet prendra, selon lui, une plus grande envergure avec l’acquisition d’un navire de grande capacité en 2009 pour desservir Dakar, Gorée, Saly Portudal et Mbour. Le président de la République a, également, révélé le suavetage des Industries chimiques du Sénégal (Ics). Selon lui, « les activités des Ics vont reprendre. La garantie bancaire est tombée et l’Etat ne couvre plus aucun risque particulier ».

Plaidoyer en faveur des enfants handicapés

Sur le secteur de la santé, il a avancé que « le gouvernement a entrepris une évaluation globale de la réforme hospitalière mise en œuvre depuis dix ans, pour moderniser les structures, revoir en profondeur le système de santé publique, redéfinir les objectifs et mieux orienter les moyens vers la finalité ultime de toute politique de santé crédible, c’est-à-dire des soins de qualité, accessibles à tous ». Le chef de l’Etat a déroulé un fort plaidoyer en direction des enfants handicapés. « Rien n’est plus douloureux que de voir un enfant handicapé pour la vie par l’ignorance ou la négligence d’un adulte ». Il a, à cet effet, lancé un appel pour une mobilisation nationale et permanente en faveur de la vaccination.

Abdoulaye Wade a invité la jeunesse, en particulier les élèves et les étudiants, ainsi que le mouvement Navétane, à tous les partis politiques, à s’investir dans la campagne préventive contre la poliomyélite. Au niveau de mon parti je vais réunir les femmes à cet effet.

« Je souhaite que chaque jeune, chaque élève et chaque étudiant, parraine personnellement au moins un bébé ou un enfant en âge d’être vacciné, en s’assurant qu’il a un carnet de santé, et en veillant auprès des parents au respect des rendez-vous pour la vaccination », a-t-il lancé.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1466 fois

Samedi 5 Avril 2008





1.Posté par beyosel le 11/04/2008 12:37
Son orgueil est tel qu’il n’hésite même pas à piétiner les symboles de la République, dont il a hérité, au point de choquer jusqu’à ses propres courtisans. Son erreur et son imprudence font qu’il refuse de voir que parmi ces derniers, les déçus deviennent de plus en plus nombreux. Il fait et défait les institutions selon son humeur du jour ou « à la tête du client ». Il décide dans l’improvisation la plus totale, en dépit de tout bon sens, et défait le lendemain ce qu’il a décidé la veille, tout en se déclarant infaillible. Tel Sicambre, comme le lui avait demandé Saint Rémy, l’archevêque de Reims, il brûle ce qu’il a adoré et adore ce qu’il a brûlé. Aussi, certains de ses ministres, et pas les moindres, sont adorés aujourd’hui et demain jetés aux gémonies, responsables de tous les malheurs du pays.

Son orgueil est tel qu’il se croit irremplaçable à la tête de « sa » Nation, voire de « son » continent ; il en veut à « son » peuple, et le lui fait payer, de ne pas avoir été porté plus tôt au pouvoir. La seule personne éventuellement digne de lui succéder est bien entendu « son dauphin », car il est convaincu, comme le dit le proverbe, que « bon sang ne saurait mentir ». Il ne fait aucun doute qu’il désignera officiellement son dauphin le moment venu et que celui-ci lui devra reconnaissance éternelle et soumission à titre posthume. Pourrait-on penser qu’à l’époque de Louis XIV un autre que « Le Dauphin » ne pût prendre le trône ?



Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State