Référence multimedia du sénégal
.
Google

DIFFAMATION : Le procès Me Ousmane Ngom-L’Observateur encore renvoyé

Article Lu 1439 fois


Le procès opposant le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, maître Ousmane Ngom, au quotidien L’Observateur a été renvoyé pour la deuxième fois, cette fois-ci à la date du 8 avril prochain. Nos confrères Souleymane Diop, directeur de publication du journal incriminé, et Serigne Saliou Samb, auteur de l’article, sont poursuivis respectivement pour diffamation et complicité de diffamation à la suite d’un article publié le 10 janvier dernier et faisant le compte rendu d’une « lettre ouverte » qui aurait été rédigée par des responsables de la police. La lettre, très dure avec le nouveau directeur général de la sûreté nationale, le commissaire Assane Ndoye, et son ministre de tutelle Ousmane Ngom, fait état d’un détournement de 478 millions de francs destinés à l’achat de tenues pour les policiers. De même, Me Ngom est accusé d’être « sensible à l’argent » et d’avoir fait badigeonner l’immeuble abritant son ministère pour un montant de deux milliards de francs Cfa sans passer par un appel d’offres. Pour une facture initiale de 600 millions de francs Cfa, les travaux d’interconnexion informatique des commissariats de police auraient coûté 1,3 milliard de francs Cfa. Brocardé par la lettre, le commissaire Assane Ndoye, qui venait d’être nommé à ses nouvelles fonctions, aurait eu un passé « tortueux » et ne se prévaudrait que du diplôme de Bfem, entre autres griefs. Mais, ce dernier n’a pas saisi la justice. Contrairement au ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Me Ousmane Ngom. Dans un communiqué de presse de son conseiller en communication, la lettre anonyme avait été taxée de « tissu d’allégations fausses et mensongères qui portent atteinte à sa dignité et à son honorabilité. « Lorsqu’on confond délit de presse avec délit de droit commun (diffamation) commis par un moyen de diffusion publique, il est nécessaire qu’on vous rappelle par les tribunaux que liberté de presse rime avec responsabilité », avait ajouté le communiqué. Décidé à poursuivre nos confrères de L’Observateur « qui ont pris la responsabilité de publier de telles inepties et leurs complices », le communiqué faisait état d’un « pincement de cœur » du plaignant lorsqu’il s’agit d’attraire à la barre des journalistes du fait de son attachement à la liberté de presse. Pour réparer le préjudice subi, la partie civile réclame la somme de 800 millions de francs Cfa.

Source: le Soleil

Article Lu 1439 fois

Mercredi 26 Mars 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State