Référence multimedia du sénégal
.
Google

DES INVESTITURES QUI EN CACHENT D’AUTRES: Le double jeu du PDS

Article Lu 1417 fois

Les commissions de supervisions des investitures au Parti démocratique sénégalais (Pds), désignées par le Secrétaire général national de la formation, Me Abdoulaye Wade, sont sur le terrain, même si, elles y essuient en majorité : récrimination, voire rejet de la part de la base. Elles travaillent à dresser listes des candidats de leur parti et certainement celles de leurs « alliés cooptés » aux élections locales de mai prochain. Listes qui devront avoir cependant l’aval du frère Secrétaire général national comme pour toute chose au Pds, pour être validées. L’enjeu semble cependant double car ces investitures libérales paraissent en cacher d’autres, notamment le renouvellement de la classe dirigeante du parti. Le Pds veut-il profiter des locales pour sa propre mue ? Au profit de qui ?



DES INVESTITURES QUI EN CACHENT D’AUTRES: Le double jeu du PDS
Nul n’est encore investi. Aucune liste de candidature n’est encore dressée et ne le sera avant le 28 février prochain date limite. La violence est pourtant partout au Pds. Les batailles parfois rangées font rage. Les commissions de supervisions des investitures au Parti démocratique sénégalais (Pds) connaissent ainsi un peu partout dans le pays désapprobation « tonitruante ou violente » à la base ou à tout le moins grincements de dents audibles. Les élections locales sont pour le mois de mai prochain, si d’ici là, rien ne vient remettre en cause le calendrier fixé par le ministère de l’Intérieur maître d’œuvre. Les commissions du président Wade rencontrent néanmoins difficultés à accomplir sereinement leur travail parce que « les investitures pour les candidats conseillers locaux comme les trains en cachent en vérité d’autres : celles du renouvellement de la classe dirigeante du parti », confie Moustapha Diakhaté, membre « libre » de la formation. L’ancien animateur de « Waaco ak alternance » (un mouvement à la périphérie du Pds et qui se démarque le plus souvent de certaines de ses pratiques) déclare sa candidature au conseil municipal de Dakar. Candidature qu’il souhaiterait voir porter par son parti en « une position éligible » sur les listes, précise-t-il. À défaut, il la fera transporter par une structure « porteuse légale qui ne manque pas » pour le « triomphe de la génération du Sopi véritable. J’entends fédérer les hommes et les femmes de la génération du Sopi et des citoyens aptes à servir Dakar et non se servir de Dakar », déclame-t-il avec passion. Parce que, « je ne peux pas rester les bras croisés en regardant violer quotidiennement l’âme du Sopi », ajoute-t-il.

Le renouvellement en même temps du parti que les investitures pour les élections locales paraissent avoir également pour objectif sera au profit de qui ? Si Babacar Gaye, le ministre, directeur de cabinet « politique » du président de la République, nouveau porte-parole du Pds précisait le vendredi 25 janvier dernier, « que les présidents de commissions désignés n’étaient pas des têtes de listes. Il n’y a ni coordonnateur, ni mandataire, il y a juste des présidents de supervision des investitures », il n’a pas signifié qu’ils ne pouvaient pas être candidats, têtes de liste. Se priveront-ils dans ce cas de s’auto désigner ? Rien de moins sur, d’autant plus, indique Moustapha Diakhaté, « la crainte la plus partagée par les militants est que ces investitures ne se fassent pas sur des bases démocratiques, transparentes et régulières. Il revient aux Sections d’investir à la base.

Le hic est que les sections n’ont plus aucune légitimité depuis belle lurette, de sorte que l’on risque comme à l’accoutumée d’avoir des investitures qui porteront l’empreinte de la sphère sentimentale du Secrétaire général et/ou de ses proches. N’a-t-on pas geler la vente des cartes et, conséquemment le renouvellement des structures à la base ? Dans ces conditions sur quels critères choisiront-ils les candidats ? Il y a de fortes chances de voir les tenants actuels du pouvoir au sein du parti, promouvoir que leurs affidés pour se pérenniser ». On peut à la suite du militant libéral s’interroger. Le Pds qui avait fini de « divorcer » avec les renouvellements de base et les « congrès »,-depuis la tentative de 1998 étouffée dans l’œuf pour cause d’élection présidentielle de 2000, avec le concours à l’époque, de l’allié Abdoulaye Bathily de la Ligue démocratique/Mouvement pour le parti du travail(Ld/Mpt), jouant les messi dominici,-ne fonctionne pas. Sinon par « décret » présidentiel quant à la direction et l’animation des structures du parti de la base au sommet. Depuis plus 10 ans ainsi, le Pds n’a pas tenu congrès ordinaire au point que l’on s’inquiète de l’inamovibilité de sa seule direction, Me Wade. Des militants qui ne manquent pas d’humour font remarquer qu’au « Pds le mandat du Secrétaire général national n’a pas de fin ». Si c’est le cas, la référence démocratique du parti pose assurément problème.

Qu’à cela ne tienne. On prête au Secrétaire général national le désir de renouveler en même temps les structures de sa formation par le biais des locales. Ainsi le maire deviendrait le Secrétaire général de la fédération du parti et ainsi de suite jusqu’à la base. Un tel schéma signifierait que celui qui contrôle les collectivités locales contrôle le parti.

Qui pour contrôler Dakar ?

Qui pour remplacer Pape Diop, le libéral sénateur à la tête de la mairie de Dakar ? Pape Diop lui-même ? L’autre Diop, Mamadou de son prénom le devancier, anciennement du Parti socialiste (Ps) sera-t-il candidat à la succession ? Un candidat socialiste ? Du Front Siggil Sénégal ? de Rewmi ? Nul ne sait pour l’heure.

D’ores et déjà néanmoins, plusieurs candidatures sont attendues au niveau du Pds et de ses « dépendances » pour briguer la municipalité de Dakar. Pape Diop le maire sortant qui a « un bilan fort élogieux notamment au niveau des infrastructures », lui concède Moustapha Diakhaté candidat déclaré également. Et pour qui, « il importe cependant d’insuffler un vent nouveau, d’appliquer une véritable gouvernance du Sopi en impliquant conséquemment les populations. Elaborer une démocratie participative ». Déclaration et propos de campagne électorale assurément. Mais qui n’en décline pas moins les ambitions du « rebelle » Moustapha Diakhaté dont la candidature ne se veut pas, assure-t-il, « d’obstacle encore moins de socles à une autre candidature pour Dakar ».

Laquelle ? « Je ne sais. Je veux seulement préciser que n’ayant ni parrain encore moins de parent à même de propulser vers le sommet, je soumets ma candidature à l’investiture aux militants et aux citoyens de Dakar », répond-il un tantinet cocasse. L’ancien de « Waaco ak alternance » persifle-t-il ? A l’encontre de qui ? On prête par ailleurs, au président de l’Agence pour l’organisation de la conférence islamique et conseiller spécial du président de la République, Karime Wade de vouloir se lancer en politique et l’ambition de briguer, pour se faire le suffrage des citoyens dakarois en s’installant à l’issue des élections à deux volets de mai prochain aux commandes de la mairie. Une ambition de plus que l’on attribue au « fils » ? Le problème est que jusqu’ici personne ne l’a entendu décliner lui-même, ses ambitions politiques. Question : veut-il faire de la politique ou veut-on forcément lui faire faire de la politique ? Toujours est-il que la « génération du concret » déclare par la voix de certains de ses animateurs qu’elle ne saurait être distancée dans la course à l’investiture au sein du Pds. Au juste qui n’est plus de la « génération du concret au Pds ? »

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1417 fois

Vendredi 15 Février 2008





1.Posté par diop papis le 15/02/2008 11:57
Conférence de Presse

Déclaration Liminaire

Nous vous présentons la nouvelle organisation que nous venons de mettre sur pied dénommée : Le Réseau des Intellectuels et Cadres de Saint-Louis pour le Développement ;

 Vous dire quelles raisons objectives ont motivé à sa naissance ?

 Vous présenter les personnes qui président à sa destinée ?

 Vous expliquer les instruments et outils mis en place pour son pilotage et son administration ;

 Vous décrire, de manière sommaire ses objectifs à court, moyen et long terme.

D’autre part avoir un échange fructueux avec les hommes et femmes de la presse que vous êtes, car vous demeurez incontestablement les relais les plus sûrs des populations pour lesquelles nous oeuvrons tous.

Mesdames, Messieurs, Chers Invités ;

Vous n’imaginez combien nous sommes heureux aujourd’hui. La création d’un nouveau mouvement comme le notre, est un moment très fort, plein d’émotion parce que sacerdotale. Mais nous avons la certitude qu’on va écrire une page nouvelle dans l’histoire de notre région.
Un mouvement de développement nouveau, ce sont des visages nouveaux d’abord, et puis c’est une énergie, une envie d’agir, de faire bouger les lignes, un immense espoir.
Tous ensemble, nous voulons construire le nouveau mouvement de développement dont Saint-Louis a tant besoin. Ce Réseau, nous l’avons crée, nous allons le construire et proposer aux Saint-Louisiens une nouvelle manière de faire de la politique de développement : plus moderne, et plus exigeante.
Moderne parce que nous définirons nos attitudes en fonction du seul intérêt général et non pas des appartenances partisanes où des intérêts crypto personnels. Moderne parce que nos membres penseront et agiront librement, comme des femmes et des hommes debout, fiers de leurs valeurs et assumant pleinement leurs convictions citoyenne. Avec le RES.I.CA.S, ce sera la fin de la subordination des intellectuels, vers des options plus objectives.
Moderne, parce qu’a chaque fois que les décideurs iront dans la bonne direction, nous le dirons et nous l’approuverons.
Moderne parce qu’a chaque fois que les gouvernants feront fausse route, nous alerterons l’opinion publique, l’éclairerons sur les enjeux, et essaierons de proposer des solutions pour corriger ce qui peut l’être.
Nous proposons donc aux intellectuels et cadres de Saint-Louis une occasion, une nouvelle manière de participer au développement de leur région. Moderne, nous venons d’en parler, mais aussi exigeante.
Exigeante avec nous-mêmes d’abord qui fondons ce nouveau Réseau auquel vous adhérez timidement peut être, mais avec une soif citoyenne capable de faire tomber toutes les bastilles. Dans votre choix d’adhérer, nous entendons votre exigence d’action, de novation, d’écoute, de création, de générosité, d’attitudes et de comportements nouveaux, nous entendons au fond l’exigence d’un idéal de développement retrouvé. Nous voulons vous en faire ici le serment : nous ne décevrons pas les attentes. Ceci c’est la première des exigences pour nous-mêmes.
Et puis nous serons exigeants pour Saint-Louis, qui mérite toute notre ambition et tout notre enthousiasme. C’est pour elle que nous voulons changer les choses. C’est pour elle que nous allons défendre nos convictions. C’est pour elle que nous voulons construire un avenir meilleur.
Nous jeunes de cette région, nous devons dépasser les clivages, de toutes sortes et de toutes natures ; car l’avenir de Saint-Louis et du pays nous incombe. Nous allons au sein du RES.I.CA.S : affirmer l’expression de voix libres entre nous, mais aussi vis-à-vis des autorités ; nous allons assurer la défense des citoyens alors qu’on note comme une sorte de résignation chez les autres jeunes de notre statut qui, après de dures années d’études et une insertion professionnelle acquise très difficilement, considèrent avoir atteint le bout du tunnel et tiennent des propos du genre, je cite :

« Je ne fais pas de politique ;

Je n’aime pas la politique ;
C’est un milieu sale, et ils sont tous pareils … » fin de citation.
C’est clair que nous n’avons ni les moyens ni les positions pour changer ou améliorer systématiquement les choses ; mais nous chercherons à devenir une courroie de transmission objective entre les populations et les décideurs qui ont le souci d’améliorer le vécu quotidien de nos concitoyens sans se verser dans la politique politicienne qui constitue malheureusement le plat préféré des Sénégalais que nous sommes.
Pour nous, un intellectuel ou cadre qui ne s’implique pas pour le développement de sa localité trahit, faillit à la cause qui voudrait que nous fassions la synergie de nos connaissances, de nos compétences afin de demeurer, aujourd’hui comme demain, la crème pensante et agissante pour notre communauté.

En un mot comme en mille, rendre ce service aux populations, à notre région, à notre pays constitue la seule motivation de notre Réseau.
Cependant, de par le Réseau, nous nous affirmerons activement pour être présents au niveau de tous centres de décisions de notre ville, de notre région, et du pays pour avoir droit aux chapitres et agir dans l’intérêt exclusif des populations.
Vous faire la présentation du RES.I.CA.S reviendrait à dire d’entrée de jeu, qu’il s’agit là d’une association composée de jeunes Intellectuels et Cadres, résidant à Saint-Louis ou ailleurs, ayant comme soucis majeurs le développement de leur région en particulier et du Sénégal en général.

Son siège social est basé dans le Ndiolofène à la rue Thierno Ousmane SY 4em angle rte de Leybar Sor Saint-Louis.

Sa durée est indéterminée.

A part les membres fondateurs signataires des statuts de création, le Réseau est composée, de membres adhérents et de membres d’Honneurs. Les membres d’Honneurs sont choisis parmi les personnes qui rendent ou ont rendues des services signalés à notre mouvement, notre ville, notre région ou notre Pays.

Peuvent faire partie du Réseau tout intellectuel ou cadre qui en fait la demande écrite. Les étudiants également y sont admis s’il adhèrent aux objectifs du Réseau, à sont organisation telle que définie par les statuts et le cas échéant, par son règlement intérieur du Réseau.

Chaque candidature d’adhésion fera l’objet d’une étude de la part du Bureau exécutif.

Le RES.I.CA.S est administrée par un Conseil d’Administration composée des membres du Bureau Exécutif, des Parrains, et des membres d’Honneurs.

Le Bureau Exécutif :

Le Bureau Exécutif est composé par:

1_ Un Coordonnateur Général ;
* Un Coordonnateur Adjoint – (chargé des Unités de Développement)

2_ Un Secrétaire Général _ (chargé de l’Administration et des Finances)

3 _ Un Secrétaire Administratif :
* Un adjoint

4_ Un Trésorier Général :
* Un adjoint
5_ Un Secrétaire à la Communication et à l’Organisation :

* Un adjoint

6_ Deux Commissaires aux Comptes

En dehors du Conseil d’Administration et du Bureau Exécutif, le Réseau se compose de commissions appelées Unités de Développement (UD).

Ces UD Mesdames, Messieurs, constituent l’essence même de notre Réseau.

Chaque UD correspond à un Centre d’Intérêt regroupant les différents secteurs d’activités de la vie économique, politique, culturelle, sociale ou religieuse.

A la tête de chaque UD, le Bureau Exécutif a placé un coordonnateur qualifié pour diriger la commission, coopter des personnes ressources en vue d’une prise en charge optimale des difficultés ayant trais à leur centre d’intérêt et dresser une feuille de route exhaustive pour créer les conditions de développement.

Les coordonnateurs des UD sont membres de droit du Bureau Exécutif.


Les Unités de Développement définis sont les suivantes et sont au nombre de quatre :

 Unité de Développement Economique :

Economie et Micro Finances, Industrie - Commerce et Artisanat, Agriculture - Pêche et Elevage, Infrastructures et Transport, Tourisme, Energie - Hydraulique et Mines ;

Unité de Développement Développement Humain :

Santé et Environnement, Solidarité - Action Sociale et Affaires Religieuse, Collectivité Locales et Décentralisation ;

Unité de Développement Jeunesse et Formation : _
Education - Emploi et Syndicats,
Jeunesse - Sport- Culture.

Unité de Développement N.T.I.C :


Mesdames, Messieurs, chers invités ;

Notre Réseau s’appuiera sur ses structures précitées pour constituer auprès des populations, une force objective de réflexion, de prospection, de suggestion, de critique et d’action vis-à-vis des décideurs de notre ville en particulier et du pays en générale.

Ceci constitue pour nous jeunes cadres engagés au RES.I.CAS / D, un devoir d’assistance méritée et à tous les niveaux envers la ville et le pays qui nous ont vu naître, grandir, faire nos études trouver un emploi fonder une famille.

Pour ce qui est de nos objectifs à court terme, nous profitons de cette rencontre pour vous dire que les questions de l’heure les plus pressantes (parmi tant d’autres) pour le RES.I.CAS restent :

 Le problème des infrastructures, l’emploi des jeunes, les activités économiques liées à l’agriculture et à la pêche, etc.…

Mesdames, Messieurs, chers hommes et femme de la pesse ;
Vous venez de faire connaissance avec un projet ambitieux mais réalistes et pertinent porté par de jeunes cadres et intellectuels généreux, mais compétents et volontaristes prêt à consentir tous les sacrifices pour que vivent et s’épanouissent les populations de cette belle ville de Saint-Louis et par delà le Sénégal tout entier.
Nous sommes sûrs que vous tous, et chacun en ce qui le concerne apportera sa pierre pour la construction de cet édifice.
C’est sur ces mots d’espoir que nous voulons terminer notre propos et vous dire que tout cela, nous allons le faire ensemble. Nous savons la force qui est la vôtre. Nous savons la détermination qui est la nôtre. Nous allons réussir. Nous avons confiance.
Nous vous remercions de toute l’attention que vous avez bien voulue m’accorder, nous restons à votre disposition pour les questions ou les suggestions que vous souhaiterez faire.
MERCI
Le Coordonnateur Général
Baye Biram DIOP


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State