Référence multimedia du sénégal
.
Google

DENRES DE PREMIERE NESSECITE : Marche des consuméristes et baisse de 10% sur le riz

Article Lu 1480 fois

L’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen) et l’Union nationale des consommateurs du Sénégal (Uncs) ont organisé vendredi une marche pour protester contre la cherté des denrées de consommation courante. Celle-ci a coïncidé avec la décision des autorités d’appliquer une baise de 10 % sur le prix du riz.



DENRES DE PREMIERE NESSECITE : Marche des consuméristes et baisse de 10% sur le riz
« C’est un très bon début ; mais il est temps que l’Etat prennent les choses en mains pour barrer la route aux spéculateurs », lance Momar Ndao président de l’Ascosen. Main dans la main avec les membres de l’Uncs conduits par Jean-Pierre Dieng, les associations des consommateurs ont parcouru le Bld Général de Gaule, à l’exception de SOS consommateurs dirigé par Me Massokhna Kâne. « Les Sénégalais sont fatigués ; non à la vie chère ! » ; les slogans ont fleuri pour fustiger une flambée sans précédent des prix. « Pendant les deux campagnes électorales (février et mai), il y avait une sorte de vide institutionnel et des gens en ont profité pour augmenter artificiellement les prix », dit-il. Une prérogative qui relève des pouvoirs publics, selon le consumériste. « Ensuite, ces commerçants stockent les marchandises comme le ciment et font monter les prix », ajoute-t-il en précisant que les rumeurs relatives à une hausse de 10 000 F sur la tonne sont fausses. Pêle-mêle, les consommateurs citent les produits les plus demandés par les Sénégalais qui ont subi ces hausses vertigineuses : le gaz qui est passé en quelques mois de 1750 à 2500 et plus, les hydrocarbures dont le prix plafond est pourtant publié chaque semaine, les menaces des boulangers, alors qu’e l’Etat a renoncé à la TVA sur le pain ; le lait qui est la denrée la plus essentielle, etc. « On n’a même pas pitié des enfants à qui le lait est nécessaire au développement psychomoteur », lâche notre interlocuteur joint au téléphone. Seul le riz, denrée vedette n’a pas été touché et l’Etat vient de prendre une mesure heureuse : une baisse de 10% aux incidences lourdes, puisque le pays importe 450 000 tonnes.

Momar Ndao n’en conclut pas moins : « Nous avons gagné une bataille, pas la guerre » et de proposer le tenue des assises nationales de la consommation, la reconduction d’une direction de la consommation au Commerce, la création d’une Agence nationale de la consommation, etc. Et comme les consuméristes ont été rejoints par les leaders politiques, pouvoir et opposition confondus, il y a des chances que ça bouge. D’autant que le Président Wade a engagé les ministres concernés à la réflexion sur les autres produits.


Fara Sambe
Source: Le Soleil

Article Lu 1480 fois

Samedi 30 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State