Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



DENONCIATION CALOMNIEUSE : Fabienne Felhio et Mansour Guissé, toujours à couteaux tirés

A quand la fin du feuilleton judiciaire entre Fabienne Felhio et son ex-mari, Mansour Guissé ? Une question qui a tout son sens, au vu des nombreux procès qui opposent les ex conjoints. Hier encore, une affaire les concernant a été appelée devant la Cour d'appel, avant d'être renvoyée au 10 décembre, prochain, sur demande de l'un des avocats de la partie civile, en l'occurrence Me Ousmane Sèye.



DENONCIATION CALOMNIEUSE : Fabienne Felhio et Mansour Guissé, toujours à couteaux tirés
L'ancienne reine de la beauté poursuit, en effet, son ex mari pour dénonciation calomnieuse. Fabienne Felhio, qui a toujours au travers de la gorge le procès que lui avait intenté son ex et à l'issue duquel, ce dernier lui réclamait la restitution des biens issus de leur mariage, n'a pas en effet hésité à se retourner contre lui, après sa relaxe. Il faut signaler que lorsque le Président de la Cour d'appel, a appelé, hier, le dossier du couple, aucune des parties ne s'est présentée à la barre.

POP Ndèye Anna NDIAYE

Mardi 4 Décembre 2012




1.Posté par danielgomis le 07/12/2012 10:51
› Société
OUEST FOIRE : BAGARRE ENTRE LE LOCATAIRE ET LE FRERE DU BAILLEUR : Condamné à 6 mois de prison ferme, le gérant de bar demande la liberté provisoire
Publié le 22 octobre 2012 à 05h00
Une banale dispute a éclaté entre ce gérant de bar et le frère du propriétaire. Mais, la querelle se termine dans la violence, un coup de feu est tiré par le gérant, heureusement la balle n’a pas atteint son antagoniste. Néanmoins, le frère du bailleur sera blessé à coups de gourdin. Traduit en justice, le gérant qui avait bénéficié de la liberté provisoire à la gendarmerie, est arrêté à l’audience avant d’être conduit à Rebeuss. Compte tenu de sa situation familiale, il a interjeté appel pour bénéficier de la liberté provisoire. L’avocat général s’est rapporté à la décision de la Cour. Il sera fixé sur son sort dès le 2 novembre prochain.

More Sharing ServicesPartager


Daniel Gomis, âgé de plus d’une cinquantaine d’années, gère un bar à Ouest-Foire. Il avait loué un bâtiment appartenant au grand frère de la victime Diène Diouf. Ce dernier est chargé du recouvrement de la location en l’absence de son grand frère vivant en Europe. Au début du mois d’août dernier, Diène Diouf s’est présenté au bar pour réclamer la location à Daniel Gomis. Selon les dires de l’un et l’autre, c’était la deuxième fois que le jeune frère du propriétaire de l’immeuble se présentait au sieur Gomis pour encaisser la location. Cette fois-ci sa présence n’a pas été appréciée par le gérant. Car ce jour là, Daniel se trouvait à son bureau avec quelques employés pour régler certains problèmes de la boîte, toujours selon le gérant. Diouf s’est impatienté et a voulu être satisfait sur le coup. « Je l’ai prié de sortir de mon bureau mais en vain, je m’étais résolu à le mettre dehors physiquement. Nous nous sommes pris, certains de mes employés mécontents, se sont mêlés à la rixe, la scène a dégénéré. J’ai alors fait usage de mon arme à feu dans le seul but de l’intimider, cela ne l’a pas ébranlé. Alors j’ai saisi un gourdin avec lequel je l’ai frappé », a affirmé le sieur Gomis. Il est à noter que le gérant de bar bénéficie d’une autorisation de port d’arme. « Blessé, il a été évacué dans un centre hospitalier, par la suite il a déposé une plainte à la gendarmerie d’Ouest Foire où j’ai été arrêté et entendu, là j’avais bénéficié de la liberté provisoire », précise le condamné. « Jugé et condamné à 6 mois de prison, j’ai interjeté appel pour demander la liberté provisoire », a ajouté Daniel Gomis, laissant la parole à son conseil Me Ibrahima Sakho. L’avocat signale que son client avait obtenu la liberté provisoire dès la gendarmerie, une semaine après, l’affaire a atterri à la barre du Tribunal des flagrants délits de deuxième composition, Daniel Gomis avait comparu libre ce jour là, il n’avait jamais cru que l’audience aller tourner à son détriment. La victime s’est expliqué, exhibant sa blessure et abordant également le coup de feu tiré par le gérant, Daniel Gomis fut chargé par le représentant du Parquet pour une lourde peine, en ordonnant son arrestation immédiate à l’audience. Me Sakho précise que son client a été condamné à 6 mois de prison ferme, au délibéré le Tribunal a ordonné qu’il soit immédiatement conduit en prison. « Son épouse et ses enfants venus à l’audience ont été surpris et Daniel Gomis lui-même ne s’attendait pas à être arrêté à l’audience. Ainsi qu’il a remis ses effets à sa famille avant d’aller en prison. Aujourd’hui, il a interjeté l’appel pour obtenir la liberté provisoire », dira Me Sakho. Avant d’ajouter que son client voit son entreprise s’écrouler, depuis sa condamnation sa boîte ne fonctionne pas normalement, alors qu’il emploie au moins une quinzaine de personnes. « Je demande à la Cour de lui accorder la liberté provisoire pour qu’il puisse régler la scolarité de ses enfant, au nombre de six car son épouse se bat seule pour trouver des solutions aux problèmes familiaux. Daniel Gomis, une fois qu’il obtiendra la liberté provisoire, se présentera au Tribunal à chaque fois que besoin se fera sentir, il ne menace pas du tout l’ordre public », a plaidé Me Sakho. La demande de liberté provisoire sera vidée dès le 2 novembre prochain.

Lassana Sidibé

Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés