Référence multimedia du sénégal
.
Google

DÉMOLITION DU STADE ASSANE DIOUF PAR L'ANOCI Les populations promettent le pire après le Magal

Article Lu 1588 fois

Indignation. Le mot ne semble pas bien fort pour exprimer le sentiment de colère des populations logeant aux abords du stade Assane Diouf. En effet, quelle ne fut leur surprise de se réveiller le matin et de voir les gradins du stade entièrement démolis. Vers les coups de 22h, les bulldozers ont tout rasé sur leur passage. Laissant derrière eux une population impuissante et fortement courroucée. Celle-ci promet d’ailleurs de ne pas se laisser faire et menace du pire après le retour du reste des habitants de Reubeuss du Magal.



Le décor se passe de commentaires. Un gradin totalement anéanti. Des habitations en dessous détruits et vidés de leurs habitants. Des gamins, insouciants et pressés de saisir la moindre occasion pour faire une bonne affaire, se démènent comme de petits «diables» pour retirer la ferraille des ruines des gradins. Les familles délogées finissent de ramasser les derniers ustensiles de cuisines et le matériel laissé sur place avant-hier sous le coup de la précipitation et de la surprise. Plus loin sur l’aire de jeu, une équipe de foot s’entraîne sur le terrain dénudé du stade. Les forces de l’ordre disséminées un peu partout veillent au grain et sont aux aguets. Histoire de prévoir toute éventuelle manifestation.

En effet, dans la nuit du dimanche 24 février, vers les coups de 22 H, les populations se sont réveillées dans la stupeur. La moitié des gradins du stade était entièrement réduite à néant. Sous le regard impuissant des locataires qui vivaient au-dessous de ces gradins. Qui, dans la hâte, ont ramassé les quelques ustensiles à portée de main. Trouvés sous un arbre, le journal en main, trois septuagénaires sont en train de palabrer paisiblement. Ousmane Niang, un résident, ne s’est pas gêné pour exprimer son courroux. «Nous nous sommes réveillés ce matin dans la stupeur. En fait, hier nuit, nous avons entendu le bruit. Les jeunes nous ont avertis qu’on était en train de démolir le stade. On y a assisté impuissants», lance le natif de Reubeuss. Dans la même veine, il argue : «Nous ne sommes pas d’accord et nous ne le serons jamais. C’est l’unique lieu de distraction pour nos enfants et le seul stade qui existe en centre ville, s’ils le détruisent qu’est ce qui va nous rester? Où est ce que nos enfants vont pouvoir jouer pour s’épanouir?». Autant de questions qui demeurent pour l’instant sans réponse devant la précarité de la situation. À quelques jets de pierre du stade, devant un garage, Pape Fall, mécanicien de son état, pense que le moment choisi n’est pas fortuit. «C’est un acte délibéré et prémédité. Ils ont attendu la nuit et en plus, à un moment où presque toutes les attentions sont tournées vers le Magal de Touba pour commettre leur forfait». Très en verve, le mécanicien trouvé en plein labeur, oppose un niet catégorique. Quid des populations déguerpies? «Elles ont été relogées dans les maisons avoisinantes en attendant des solutions» confie t-il. Un autre résident qui a préféré pour sa part garder l’anonymat est d’avis qu’il fallait plutôt raser la prison qui est plein à craquer et qui est infestée de malades. Et laisser en l’état le stade. Pour l’heure, c’est le statu quo auprès des populations qui menacent: «Le pire est à craindre si l’Etat persiste dans sa décision de raser le stade pour mettre en lieu et place leur projet immobilier».

Source: L'observateur

Article Lu 1588 fois

Mardi 26 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State