Référence multimedia du sénégal
.
Google

DÉMOLITION DU QUARTIER FLOTTANT « DAROU SALAM » :Des dizaines de familles dorment à la belle étoile

Article Lu 1556 fois

Le quartier flottant dénommé « Darou Salam » (Demeure de la Paix) situé à quelques mètres de l’autoroute a perdu depuis samedi dernier sa quiétude. La raison ? Les bulldozers l’ont rayé de la cartographie dakaroise .



13 heures en cette matinée de samedi. Le temps semble observer une pause. Des dizaines de famille en détresse. Hommes, femmes et enfants, le regard hagard scrutent le ciel avec anxiété. On devine aisément leur questionnement : « Où irons-nous ? ». Des morceaux de zing, des pans de baraques, des ustensiles de cuisine, des effets vestimentaires. Bref, le monde vient de s’effondrer pour ces couches défavorisées.
La désolation est totale après le passage de ces engins qui tel un ouragan ont ravagé tout sur leur passage. Comment en est-on arrivé là ? Selon Modou Diouf, qui habite dans ce coin depuis plus d’une année : « Ce n’ est que jeudi dernier que nous avons reçu une sommation nous intimant de quitter les lieux sur ordre du gouverneur. Dans la matinée du samedi, sous haute escorte, les bulldozers ont imposé leur loi. C’était la débandade et le sauve–qui- peut », fait remarquer M. Diouf.
Et notre interlocuteur d’ajouter montrant un groupe de femmes : « Toutes ces dames que vous voyez sont enceintes. Comment pourront–elles s’en sortir ? Nous sommes sans revenus subtantiels, nous allons dormir à la belle étoile ». La gent féminine acquiesce de la tête. Le désarroi se lit sur le visage de ces êtres qui estiment à l’instar de Mme Sarr, une résidente de cette habitation irrégulière que : « Les autorités en nous déguerpissant, n’ont pas tenu compte de l’hivernage.
Elles pouvaient nous laisser encore quelques mois. Nous n’avons pas où mettre nos bagages. Les préposés aux démolitions ont été sans compassion pour nous », se désole-t-elle avant de lancer : « Pourtant lors des élections, les autorités locales nous ont courtisés en nous faisant miroiter des lendemains meilleurs. Elles nous avaient même fait croire que nous n’allons pas quitter le site. Mais c’est cela le Sénégal », lâche Mme Sarr qui continue d’allaiter son bébé. Ironie du sort .
« C’est aujourd’hui l’anniversaire de mon bébé », note-t-il avec un brin de rancœur.

« DAMNÉS DE LA SOCIÉTÉ »

Triste destin pour ces « damnés de la société », comme le rappelle un des leurs qui rue dans les brancards : « Nous faisons partie des « damnés de la société ». Nous faisons partie de la République qui pleure au moment où l’autre république qui danse s’octroie de rutilantes bolides. Nous méritons plus dans notre pays », fulmine Alassane Ndiye qui a déserté son « Lagnar » natal pour chercher fortune dans la jungle impitoyable de la capitale dakaroise.
Dans le même sillage, le porte-parole des populations, un certain Maurice Thiaw étale une complainte au nom des déguerpis : « La logique voudrait que lorsque quelqu’un est déguerpi, qu’on lui trouve un site d’accueil. Nous sommes encore à la merci de la nature », souligne-t-il. Jusqu’ à hier dans l’après-midi, les sinistrés étaient là rôdant autour de leurs bagages. Des cohortes de femmes et d’hommes ne sachant où aller s‘interrogent encore sur leur avenir immédiat. Une délégation agissant au nom de « Darou Salam » a rencontré hier les responsables municipaux de la commune de Hann pour solliciter assistance de leur part. Des sources proches de ladite commune nous apprennent que ces sinistrés ont reçu moult sommations sans s’exécuter.
Ce que confirme un habitant de Darou Salam : « Nous ne prenions pas leurs avertissements au sérieux ». Les populations de ce quartier flottant auront appris à leurs dépens que quand le gouverneur agit tout s’écroule. Ce n’est point le politique…

Mademba Ramata DIA
Source: le Matin

Article Lu 1556 fois

Lundi 13 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State