Référence multimedia du sénégal
.
Google

DEGUERPISSEMENT A LAMB DJOLA: Les familles dans le désarroi

Article Lu 11313 fois

De l’émotion ! Il y en avait hier au quartier Fass. Les habitants de « lamb joola » ont passé toute la journée dans les rues suite des déguerpissements de leurs habitations. Matelas, tapis, ustensiles de cuisines exposés sur la voie publique. Le désarroi se lisait sur les visages des pères de famille réveillés à l’aube par des bulldozers qui, sur instruction d’huissier, sont venus raser ce quartier populeux de Dakar.



DEGUERPISSEMENT A LAMB DJOLA: Les familles dans le désarroi
Après Karack. Voilà Fass. Des maisons souvent en ciment, des baraques, des garages de mécanique et des ateliers de menuiserie ont été déguerpis hier matin à Fass, précisément au quartier « lamb Joola ». Les populations étaient dans une profonde inquiétude.

Selon un habitant, les policiers accompagnés d’un huissier, ont débarqué juste après la prière de l’aube pour sommer les populations à quitter les lieux.

Aux environs de 11h, les bulldozers commençaient à terrasser les murs des habitations. « C’est Nicolas Mbaye qui est à l’origine de toutes nos souffrances. Il était venu, il y a des années nous dire que c’est Feu Djily Mbaye qui lui a vendu ce terrain. Mais ce dernier nous avait fait savoir qu’il n’a pas de terrain à Fass », a confié Leyty Guèye, un habitant trouvé sur le lieu.

« Après le décès de Nicolas Mbaye, sa fille Rosse Mbaye a voulu coûte que coûte récupérer ce dont réclamait son père », ajoute-il, les yeux hagards ne sachant plus où allait.

Beaucoup de personnes affirment être depuis longtemps les habitants des maisons. « C’est en 1983 que je me suis installé ici avec ma femme et mes huit enfants. J’ai hérité la maison de mon père », a encore confié Leyty Guèye.

Des familles en plein désarroi sont retrouvées sur le lieu, leurs biens jonchant la rue.

Souvent en pleurs Leyty Guèye raconte la manière dont ils ont été traités. Selon lui, « on devrait nous laisser vivre dans ce milieu au moins jusqu’à la fin de l’année scolaire. Juste pour que nos enfants terminent l’année. Mais là, ne sachant plus où aller, leur scolarité risque d’être perturbée. D’ailleurs, ils ne sont pas allés à l’école aujourd’hui ».

Beaucoup se soucient comme lui de l’avenir de leurs enfants parce que s’ils ne peuvent pas trouver des logements ponctuels, leurs enfants n’auront pas la possibilité d’aller à l’école.

D’autres parents, sympathisants et simples curieux manifestent leur compassion. C’est la raison pour laquelle elles estiment que les gens devraient prendre d’autres solutions que de procéder à des déguerpissements en pleine année scolaire. Leur pensée allait certainement vers les enfants. Certains conseillent même les déguerpis d’ester en justice. Alors que d’autres soutiennent qu’ils doivent chercher des solutions ailleurs.

Pape Mayoro Ndiaye
Source SudQuotidien

Article Lu 11313 fois

Mercredi 6 Mai 2009





1.Posté par x.malcom@free.fr le 06/05/2009 10:02
Ah sa ma quartier,il fallait un nettoyage mais pas de cette façon,etant pere de famille tu te retrouves sans toit en quelques heures pas façile

2.Posté par frac le 06/05/2009 10:44
on s'en fou, qu'ils se débrouillent.
au senegal on aime trop la facillité, tous les espaces verts les trotoires sont occupés, l'espace public n'existe plus au détriment des paresseux qui installent leur commerce sans qu'aucune autorité ne fait appliquer la loi pour des raisons politiciennes.
aujourd'hui tous les paresseux de se pays se tapent une table et s'installe dans un espace pubilc ou excerce son commerce et en fait un droit.
Au sénégal on doit réhabiliter let valoriser es espaces publics au profit de toutes les populations.
de toutes les façons c'est pas avec ce gourvernement de misere qu'on peut espèrer assainir les espaces publics

3.Posté par Lady le 06/05/2009 10:59
Astakh firoulah, kel Nicolas Mbay est décédé, gnanale léne ko djame dé.

Yallah ne fi yague té wére.

4.Posté par 12345 le 06/05/2009 15:49
Frac dis moi ,tu es béte ou quoi ???
On ne peut pas chasser comme ça des etres humains de leurs toits
Ils ne sont pas des animaux. Malgre le fait qu'ils squataient illegalement ce quartiers,on ne peut les en chasser comme ça. Les autorités devaient s'assurer de leurs securités avant de passer à l'acte c'est à dire s'assurer de leur relogement ou bien meme s'ils etaient vraiment compétents leur construire des logement d'urgence pour les dépanner quelque temps. Mais hélas competents,je ne pense pas qu'ils le soient. Sur ce point je suis d'accord avec toi. Apprends à parler moderement

5.Posté par first le 06/05/2009 16:39
m

6.Posté par ANI le 06/05/2009 17:06
VRAIMENT, PLUS SATAN KE LES JOURNALISTES?TU BURLE VIF

mais si c t pas nécessaire,eskon les ferai déguerpir
soyons raisonnables,certains quartiers n'ont pas lieu a dakar,surtout fass ki n'est pas loin de la ville
les journalistes ay rambathie nguén rék,vous ne dites jamais ce ke vous faites,mais raconter tout le temps ce ke font les autres surtout avec bcp de tragédie,le pire c ke vous ne les donneraient méme pas un franc pour les soutenir,au contraire,vous profitez le leur alheur pour en faire un article et vous pensez etre au top
Habiter dans un endroit ki ne t'appartient pas, il faut s'attendre a etre déguerpi a tout moma, il fallait vraima y penser
Ke DIEU les assiste

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State