Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



DEFILE MILITAIRE : Une armée dans l’air du temps



Le Sénégal a célébré hier, à l’unisson, le 48ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Commémorant la dignité retrouvée du peuple sénégalais, la fête a été belle sur toute l’étendue du territoire national. Elle est la fête de l’Armée, des Femmes et de la Jeunesse. Cela s’est illustré hier à l’occasion du défilé civil, militaire et paramilitaire. A Dakar où le défilé a eu lieu à la Place de l’Obélisque, le président Abdoulaye Wade s’est réjoui de la qualité du défilé et salué la présence des femmes. Ce défilé est plein de symboles et s’organise davantage chaque année. Dans les régions, c’est pratiquement la même tendance. La veille, dans son message à la nation, le chef de l’Etat a déclaré, entre autres, que le credo du gouvernement restera toujours le même : être combatif et rechercher les solutions à nos problèmes.

Les innovations attendues pour le 4 avril ont été au rendez-vous, sur le plan militaire. De jeunes dames alertes du « Batdouze » ou de la Garde présidentielle, au déferlement de troupes, le défilé militaire a été sobre et solennel. Ce défilé a également été marqué par la présence du Senbat Soudan et a révélé le fort gisement contenu dans les écoles.

Innovations. La volonté du commandement militaire de singulariser la fête du 4 avril de cette année peut se lire à deux niveaux. La parade de jeunes filles et les colonnes de 16X16. Si, pour les femmes, on a noté pour la troisième fois leur présence dans le drapeau de la Gendarmerie nationale, issues notamment de l’Ecole de gendarmerie, et une énième participation du côté des rangs de la police, il faut dire que c’est la première fois que la première vague de recrues femmes du 12ème Bataillon d’infanterie de Dakar Bango rehaussait la fête nationale. Constituant, certes, une attraction, à l’image de leurs consœurs de l’escadron monté de la gendarmerie, les femmes ont réussi à surmonter l’obstacle, attirant les ovations et le salut du public par moments. Elles ont pu donner un sens au thème choisi : Jeunesse, défense et sécurité. Qu’elles soient de l’Armée, de la Gendarmerie ou encore d’autres forces paramilitaires qui les intègrent dans leurs rangs, nombre d’entre elles étaient à la fleur de l’âge, à peine sorties de l’adolescence.

Ayant fait leur la devise du « Batdouze », « l’effort fait le fort », les femmes (dans un contingent mixte de 650 défilants) ne se distinguaient des autres qu’avec leurs attributs physiques bien visibles malgré l’uniforme. Bras bien balancés, le compas (pas) bien ouvert, elles ont affiché une mine sévère qui en dit long sur leur concentration. Et nul doute que les femmes du lieutenant-colonel Amadou Anta Guèye ont bien ingurgité les deux volets au programme de leur formation : l’instruction pour l’acquisition de connaissances militaires et l’éducation pour inculquer des valeurs civiques, patriotiques et morales.

Les 17 cavalières de la première promotion des sous-officiers féminins de la Gendarmerie de l’Escadron monté ont bien tenu et apprivoisé leurs cheveux. Pour une première dans l’unité de parade, la composante féminine semble à la hauteur pour jouer pleinement le rôle de force de police également dévolu à cet escadron. En tout cas, l’admiration ne sera que plus accrue si toutefois les femmes de la Garde Rouge, appelée encore à assurer l’escorte du président de la République ou de chefs d’Etat et de hautes personnalités, sont plus visibles dans le champ public.

Comme les troupes des ex-pays communistes, le dispositif de 16X16, des colonnes longues et larges de 16 éléments, de cette année a permis un déferlement des troupes qui donne une impression d’une invasion.

Le caractère compact des pelotons s’est fait ressentir dans l’écoute de la Musique principale des Forces Armées amenée par le sous-lieutenant Ibrahima Mbaye. L’écho de cette musique, au répertoire varié, est devenu moins audible lorsque les troupes la dépassaient. Cette Musique avait à sa gauche le commandant de la zone militaire n° 1, le colonel Antoine Wardini qui rendait le salut comme le chef d’état-major général des Armées et le Haut-commandant de la gendarmerie levés tous les deux à côté du président de la République.

Cette disposition de 16 X 16 semble avoir été une stratégie pour parer à l’absence de certaines unités de réserve générale. Comme les paras ou les commandos. Plutôt que d’une absence, les commandos ont été mis au service de la diplomatie puisqu’ils constituent l’ossature du détachement du bataillon sénégalais en partance pour le Soudan (SENBAT). Sous les ordres du commandant Maguette Ndiaye, le SENBAT Soudan est présentement regroupé au centre d’entraînement tactique de Thiès et participe au rayonnement de la diplomatie sénégalaise par le maintien de la paix qui lui est dévolu. Faire participer un contingent en partance pour une opération extérieure (OPEX) au défilé du 4 avril est un choix pertinent si l’on sait que le déploiement des Forces armées sénégalaises, présentes sur quatre théâtres africains, a fini de séduire.

La fête de l’Armée qu’est le 4 avril fait appel à la parade des deux autres entités intrinsèques de l’Armée : la Marine et l’Armée de l’Air. Gardienne des ressources halieutiques et de l’environnement marins, entres autres missions à elle dévolue, la Marine s’illustre dans la lutte contre le fléau qu’est l’émigration clandestine, un sous-thème du thème général de cette année. En effet, elle coordonne le volet maritime de l’opération Frontex, depuis 2006, et a pu, avec ses 300 jours de mer, interpeller 980 candidats à l’émigration.

Amené par le lieutenant-colonel Babacar Sédikh Diouf, le détachement de l’Armée de l’Air reste également un maillon essentiel pour le développement socio-économique, eu égard aux attentes placées en elle.

Les soldats du feu tout comme le Bataillon des Sports, en tenue de... sport, ont été très en vue dans le défilé à pied.

L’institution qu’est la Gendarmerie a, le temps du défilé, fait montre de ses composantes très diverses. La Garde présidentielle, en tenue d’apparat, tout comme la légendaire Légion de gendarmerie d’intervention (Lgi) ont pu montrer de quels bois elles se chauffent. La gendarmerie territoriale et un détachement de la Légion de Gendarmerie de sécurité et de protection ont été dans les rangs.

Seulement, la fête du 4 avril permet toujours de mettre en exergue la relève ou le gisement des Armées constituées par les Ecoles. A ce niveau, la grande attraction a été le détachement de l’Ecole des officiers de gendarmerie qui, malgré la récente ouverture (octobre 2007), a montré que ses pensionnaires maîtrisent à merveille le cérémonial militaire. Ces futurs chefs, avec une veste noire d’officier surmontée d’un nœud hongrois de couleur blanche cousu sur les manches pour le grade d’aspirant, sont, il est vrai, d’anciens gendarmes qui ont la cadence déjà dans le sang.

Le 4 avril est également un fort moment de démonstration des élèves du Prytanée militaire de Saint-Louis. Leur clique est encore à la batterie et à l’harmonie pour la démonstration de toutes les écoles. La même discipline et rigueur notée annuellement chez les élèves de l’Ecole nationale des officiers d’active (Enoa) de Thiès qui tiennent à merveille leurs sabres dans leur accoutrement traditionnel. Suivront les élèves de l’Ensoa, future épine dorsale de l’Armée. Futurs adeptes d’Hippocrate, les élèves de l’Ecole militaire de santé ont aussi montré qu’ils ont été bien formatés à la rigueur militaire.

Le défilé des écoles a été parachevé par deux nouvelles entités. L’Ecole nationale de formation maritime, une nouvelle structure nationale à vocation régionale, se veut un creuset d’excellence reconnu déjà par l’Organisation maritime internationale. L’Ecole nationale de formation aéronautique est la première école de formation du personnel navigant de cabine en Afrique noire et forme des hôtesses de l’air et des stewards.

Source: Le Soleil

Samedi 5 Avril 2008




1.Posté par kante le 27/05/2009 13:06
salut tous les armées du senegal vraiment vous etes courageux je souhaite toute les bonheurs du monde meme je veux etre armee senegalais si vous pouvez me donner des renseingnement si sa vous derange pas svp repondez moi ici makha_81@hotmail.com je suis a dakar né le 06 07 1988 a bakel bien de chose a tote les armées senegalais


Dans la même rubrique :
< >







Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés