Référence multimedia du sénégal
.
Google

DECRYPTAGE - Le Congrès de Rewmi mandate son Président : Subtilités et silences d’une résolution

Article Lu 1596 fois

La décision n’est pas claire et les retrouvailles annoncées entre Me Wade et Idrissa Seck ne sont pas acceptées par les partisans de ce dernier. Le Congrès a produit une résolution juste pour donner carte blanche à son président Idrissa Seck d’entamer les négociations avec Me Wade. Non sans en définir les termes.



DECRYPTAGE - Le Congrès de Rewmi mandate son Président : Subtilités et silences d’une résolution
Le parti de Idrissa Seck reste vigilant face à l’appel du secrétaire général national du Pds, Me Abdoulaye Wade, pour la reconstruction de la grande famille libérale. La décision issue du Congrès extraordinaire de Rewmi qui s’est tenu, hier, à Rufisque, ne prône pas pour un plongeon aveugle dans la mare libérale, comme préconisé par Me Wade, lors de sa rencontre avec les responsables de Rewmi au Palais. La résolution issue de ce congrès laisse apparaître réserves et subtilités dans le discours et dans la position à faire adopter à Idrissa Seck. A ce dernier, les militants confient la décision à prendre. En effet, dans le texte lu par le trésorier, Insa Sankharé, le Congrès se limite à «donner mandat au président Idrissa Seck de discuter avec le secrétaire général national du Pds des modalités de notre compagnonnage». Ainsi, l’on semble, exclure, du côté de Rewmi, l’éventualité de fusion ou d’une dissolution du parti dans le Pds, en ce sens qu’il s’agit d’un «compagnonnage».

D’ailleurs, les termes de ce compagnonnage, filtre-t-on, dans la résolution, a conduit, le Congrès à demander «au président Idrissa Seck de veiller, dans le cadre de toute alliance, à la sauvegarde des intérêts du pays et ceux de notre parti». Et d’exhorter «les militants et sympathisants à demeurer plus que jamais mobilisés derrière le président Idrissa Seck». En effet, les mots employés dans le texte adopté par le Congrès traduisent les sentiments de vigilance et de méfiance qui animent les responsables de Rewmi. Ainsi, Omar Sarr explique, en marge de la rencontre, que «c’est dans la démocratie que la décision a été prise en ce sens que la résolution issue du Congrès est légale, légitime et démocratique». Mais, précise-t-il, «il appartient à Idrissa Seck de suivre à la lettre les directives et recommandations prises par le Congrès». «Nous lui avons demandé d’aller répondre à Me Wade. Ainsi, les modalités seront discutées, comme l’avait dit Me Wade, entre les responsables de son parti et nous. Et entre lui et Idrissa Seck», prévient-il. Seulement, M. Sarr se garde de prédire la suite à réserver à cette affaire dans la mesure où «c’est l’ère des débats et des discussions qui s’ouvre».

Toutefois, l’on s’interroge déjà sur l’issue des discussions entre Me Wade et Idrissa Seck, compte tenu de la volonté du secrétaire général national du Pds de n’accepter «aucun chantage», encore «moins de conditions» quant au retour de Idrissa Seck dans le Pds. Cette position avait été manifestée par Me Wade à l’audience qu’il avait accordée, mercredi dernier, à une délégation des responsables de Rewmi. Cette précision de Me Wade peut avoir des limites au regard du statut de son ancien Premier ministre. Chef de parti et deuxième formation politique lors de la dernière élection présidentielle en sus de son ancien rang du numéro deux du Pds, il est aisé de penser que Idrissa Seck ne peut signer son retour au Pds en acceptant de jouer les seconds rôles ou en étant prêt à cautionner l’occupation d’une station inférieure à celle qu’il avait auparavant. Ainsi, nul doute qu’on va vers une redistribution des cartes, voire une réorganisation profonde au Pds ou à un nouveau clash entre les deux hommes. A moins qu’il y ait des concessions de part et d’autre.

Par ailleurs, la résolution de Rewmi n’a pas manqué d’arguments pour expliquer les motifs de sa décision de permettre à son leader de négocier avec Me Wade. Les militants ont considéré, entre autres arguments, «le rôle historique joué par Idrissa Seck à l’avènement du pouvoir libéral au Sénégal et à de nombreux sacrifices, les qualités d’homme d’Etat, de patriote et de bâtisseur du président de Rewmi, mais aussi la situation économique nationale (…) qui impose une unité d’actions (…) afin de soulager les souffrances des Sénégalais».


Ndiaga NDIAYE
Source: Le Quotidien

Article Lu 1596 fois

Mercredi 1 Août 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State