Référence multimedia du sénégal
.
Google

DÉCOUVERTE MACABRE A LA CITE "SANTÉ" DE GUEDIAWAYE: Le corps d'un nouveau-né à moitié dévoré par un varan

Article Lu 11374 fois

Le corps d'un nouveau-né, déposé aux abords d'une cuvette remplie d'eau, a été retrouvé, hier, à moitié dévoré par un varan. La police de Guédiawaye a ouvert une enquête pour démasquer la mère du bébé.



Les bassins de rétention et les nombreuses cuvettes situés dans la banlieue et qui sont envahis par les eaux pluviales lors des dernières inondations constituent, sans nul doute, une aubaine pour les femmes qui veulent se débarrasser d'un bébé, né d'une relation adultérine. Une semaine après le bébé retrouvé flottant à la surface des eaux du bassin de rétention de Wakhinane-Nimzath, voilà qu'un autre nouveau-né vient d'être découvert aux abords d'une cuvette remplie d'eau et envahie par les hautes herbes. Les faits remontent à hier, vendredi, lorsqu'aux environs de 10 heures un individu, venu chercher des herbes, est subitement tombé sur un nouveau-né, la tête à moitié dévorée. Ce n'est pas tout, car le bébé avait le ventre ouvert, laissant échapper des viscères. L'image était insoutenable pour les premiers habitants qui, dès l'annonce de la nouvelle, s'étaient massés le long de la cuvette. Sur les origines des blessures relevées sur le corps du nouveau-né, Mouhamed Niang, habitant la cité «Santé» de Guédiawaye jouxtant la cuvette, est formel. «Cela ne peut être que l'œuvre d'un varan, car ici le lac qui s'est formé dans la cuvette est infesté de boas, de varans et de serpents de toutes sortes. Un boa aurait, certainement, emporté le corps au fond des eaux.»

A la suite de Mouhamed Niang, un autre habitant du quartier renseigne, sous le couvert de l'anonymat, que déjà dans la nuit du jeudi, une dame avait été aperçue sur les lieux. «Elle n'habite pas le coin, nous l'avons aperçue, penchée sur le lac. Elle se lavait les mains et avait, ensuite, changé ses habits pour porter d'autres plus neufs qu'elle avait dans son sac.»

Poursuivant, le même habitant, le doigt pointé vers le lac «Place Badjinar», bat en brèche la thèse d'un «bébé prématuré» comme ont voulu le faire croire certains. «C'est un bébé de sexe masculin. Il est loin d'être un prématuré. C'est dans la nuit que les varans ont dû certainement l'attaquer.» La police de Guédiawaye, alertée, a réquisitionné les sapeurs-pompiers pour l'enlèvement du corps avant d'ouvrir une enquête pour mettre la main sur l'auteur de cet acte odieux.

Alassane Hanne
Source L'Observateur

Article Lu 11374 fois

Mardi 2 Juin 2009





1.Posté par Madrépiss le 05/06/2009 14:53
sama khol fesssna,c'est du jamais vu,comment une femme peut commettre un tel acte,c'est ignoble, parfois je me dis L'INFANTICIDE est une maladie comme l'HOMOSEXUALITE.
:-(

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State