Référence multimedia du sénégal
.
Google

DECISION DE L'ETAT D'ARRETER LA SUBVENTION SUR LE RIZ: Une nouvelle flambée des prix en vue

Article Lu 11101 fois

La décision du gouvernement d’arrêter les subventions sur le riz aura, un effet certain sur les tarifs. Les consommateurs vont en souffrir, alors que les commerçants sauvés des piètres prestations d’un Etat mauvais payeur, applaudissent.



DECISION DE L'ETAT D'ARRETER LA SUBVENTION SUR LE RIZ: Une nouvelle flambée des prix en vue
La flambée des prix du riz n’est plus un doute. Le gouvernement, confronté à des difficultés liées à son budget, a décidé de ne plus subventionner le riz. Une telle décision empêchera les importateurs de reconduire les prix établis jusqu’ici par la direction du commerce intérieur. Auparavant, les commerçants bénéficiant d’une subvention 120.000 francs CFA pour une tonne, pouvaient vendre le riz jusqu’à 13.200 f le sac. Ce gap sera comblé par les importateurs qui selon eux, sont contraints de revoir à la hausse les prix de cette denrée. « Cela ne dépend pas de nous, si on suspend les subventions, cela va influer nécessairement sur le coût », confirme Moustapha Tall. Cet importateur se dit pourtant soulagé par la décision du gouvernement de suspendre cette opération. Selon lui, ces subventions arrivaient tardivement, alors que les banques et les fournisseurs ne pouvaient pas attendre. « Cela nous causait d’énormes dégâts, parce qu’après avoir payé totalement nos fournisseurs, nous courions toujours derrière les subventions. D’ailleurs, comme beaucoup d’importateurs, l’Etat me doit beaucoup d’argent. Maintenant, nous aussi, nous voulons rentrer dans nos fonds », révèle M. Tall. Le bonheur des commerçants, fait le malheur des consommateurs. Cette décision sera un coup dur pour les ménages, qui feront des efforts pour accéder au riz. Tall et ses collègues en sont conscients, mais c’est un « mal nécessaire » pour eux. « C’est dur, mais on y peut rien », s’exclame-t-il. Seulement la suspension des subventions permettra d’oublier les pénuries répétitives de riz. Cette denrée ne sera rare dans les marchés. Son trafic redeviendra normal, de l’avis des importateurs. Le marché étant toujours contrôlé par l’Etat, de nouvelles discussions entre les différentes parties devraient avoir lieu pour fixer les prix.

Ibrahima Benjamin DIAGNE

Source: L'office

Article Lu 11101 fois

Mercredi 13 Août 2008





1.Posté par THIOU le 13/08/2008 14:49
Abdoulaye WADE est l’un des pires présidents de l’histoire politique du sénégal. Ce vieillard a bradé tous nos acquis sociaux, économiques et démocratiques.

2.Posté par ngathie le 13/08/2008 15:07
cmalheureux pour le senegal
nous pensons que la situation que,traverse le senegal est insoutenable . que faire
que aire

3.Posté par Immigré le 13/08/2008 15:52
Wade pense t'il au bien être des populations sénégalaises? C'est vraiment triste pour le Sénégal. En tout cas un BRAVO à tous les journalistes de la presse privée [ presse non défaillante bien sûr] car vous nous renseignez utilement et surtout ne cédez jamais aux intimidations car seul Dieu est éternel et unique.

4.Posté par Seuh le 14/08/2008 07:54
Fou niou dieum

5.Posté par diazz le 14/08/2008 18:50
je le savais tout ce que l'etat veut c'est nous vendre le sac de 50 kg de 20000 à 25000 f et cé la ou abdoulaye wade est entrain de nous mener

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State