Référence multimedia du sénégal
.
Google

DAOUDA FAYE COORDONNATEUR INTER FEDERAL DES ELECTIONS AU PDS: « Nous espérons avoir 70 à 80 % dans le département »

Article Lu 1622 fois

A 48 heures de la clôture de la campagne, le président de la commission départementale en charge de la campagne au PDS, El Hadji Daouda Faye « Vava » se dit confiant et annonce dans le cadre de ses prévisions une nette victoire de sa coalition avec un score entre 70 et 80 %.



DAOUDA FAYE COORDONNATEUR INTER FEDERAL DES ELECTIONS AU PDS: « Nous espérons avoir 70 à 80 % dans le département »
A mi-parcours dans cette propagande ouverte en direction des élections locales du 22 Mars prochain, le président de la commission inter-fédérale en charge des élections au parti démocratique sénégalais et à la « Coalition Sopi 2009 » a tiré cette conclusion parce que dit-il, « nous avons fait le tour des quatre (4) communes et des neuf (9) communautés rurales qui forment le département de Kaolack et partout où nous nous sommes rendus, les populations nous ont montré leur volonté de renouveler leur confiance à la coalition Sopi 2009 ». Dans les différents quartiers de la commune de Kaolack, poursuit-il « nous avons surtout favorisé les visites de proximité, et nous nous rendus compte que là aussi, les concitoyens de Kaolack même apportant des critiques, préfèrent rester dans le camp libéral tout en aspirant au changement des équipes institutionnelles »..

Selon l’ex-maire de la commune de Kaolack, les résultats concernant ces présentes élections à la limite seront différents à ceux obtenus par la coalition « Sopi » en 2002, année au cours de laquelle, la mouvance de Wade n’avait pu remporter que deux (2) communes sur quatre (4) et deux (2) communautés rurales sur neuf (9).

Tout le reste des collectivités locales à l’époque était allé aux mains de l’opposition. S’agissant de la commune, les prévisions du N°2 de la liste majoritaire de « Sopi 2009 » annoncent une victoire limite établie estimée à 35 % pour la coalition « Sopi » et 30% pour l’opposition.

Expliquant toutefois les raisons de la défaite de 2002, Daouda Faye indique que « c’était la catastrophe, car le parti venait tout juste de prendre le pouvoir, et en tant que formation au pouvoir, elle n’avait guère réussi à booster l’expérience, c’est-à-dire travailler les collectivités, et établir l’ensemble des facteurs du développement et les conditions pouvant apporter la confiance des populations. Aujourd’hui que c’est une chose faite, l’espoir est alors permis ».

Se prononçant par contre sur le profit des futures équipes qui vont conduire la gestion des institutions locales, il a surtout pensé que « ces équipes-là doivent impérativement être en dialogue direct avec le président de la République. Une manière de pouvoir trouver d’autres ressources et répondre aux besoins des populations. Car, si l’on prend l’exemple de la mairie de Kaolack, les 80 % du budget sont régulièrement affectés aux salaires, les 20 % qui restent des fonds de concours, naturellement ne pourront jamais couvrir les programmes de gestion urbaine » dit-il.

Abdoulaye Fall
Source SudQuotidien

Article Lu 1622 fois

Jeudi 19 Mars 2009





1.Posté par Laye le 20/03/2009 07:16 (depuis mobile)
Hey vivi ou veve t'as rien a dire! T'es pareil que ton patron et idy: tous des voleurs de la republique. Mais sachez qu'allah est le seul juge. Ca va finir one day.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State