Référence multimedia du sénégal
.
Google

DAKAR: Qui dirige la ville ?

Article Lu 1469 fois

La récente affaire des cantines du marché Kermel, a révélé nul doute une faille dans le système de gouvernance urbaine à Dakar. Celle d’une ville où les responsables de mauvais actes ou d’escroquerie en tout genre ne sont jamais les vrais coupables. Ils sont dans l’air du temps.



DAKAR: Qui dirige la ville ?
Aujourd’hui installés à l’air libre sur des tables, sous le soleil, ces braves commerçants qui auraient dû profiter de la forte clientèle qui arrive chaque jour sur l’espace Kermel, sont en divagation. En errance et dans une grande inquiétude, dans une ville débordée, sans âme. Sans maire ou presque. Ce dernier, Pape Diop, ancien président de l’Assemblée nationale, est aujourd’hui préposé au futur banc du sénat au lieu de se consacrer définitivement, à une de ses passions, comme il l’a relevé une fois, la gestion de la cité.

Mais qui dirige donc Dakar ? Pape Diop peut-il être partout ? Non assurément. Le 1er forum « La ville est à nous » a ainsi permis de mettre à nu toutes les failles d’une gouvernance urbaine qui n’a pas tous les avantages attendus depuis quelques années par les Dakarois. Le mépris dans ce contexte vient plutôt du comportement du Président de la République, Me Abdoulaye Wade qui, vraiment dans le souci de récompenser ses lieutenants les plus fidèles, a « fourgué » aux gens de la ville, un maire, un ami, Pape Diop en l’occurrence.

Or le choix qui s’imposait, n’était-il pas de lui laisser le poste de l’Assemblée nationale et de mettre un véritable passionné de Dakar, avec ou sans coloration politique prononcée, à la tête de la ville. Cité de tous les contrastes et de la démesure, la capitale a besoin d’un théoricien de la ville. D’un rêveur qui ne pense pas qu’à augmenter le budget de la municipalité par le principe de la cantinisation. Du désordre.

Dans une ville aussi peuplée où l’Etat multiplie les projets, l’autre paradoxe est que ce même Etat est encore le principal investisseur. Il semble même faire ce qu’il veut. Quel citoyen s’est plaint dans ce contexte de la mort de la Place du Millénaire et de la Promenade des Lions avec les chantiers improvisés de la corniche-ouest.

Face au manque d’initiative et la peur de prendre la défense des citoyens, l’Etat, l’Agence pour l’Organisation de la Conférence islamique (Anoci) ont fini de reléguer au second plan, une mairie à cours d’imagination, suffoque du poids lourd de gens tapis à la présidence de la République et dans les agences de l’Etat, qui décident pour un peuple qui ne les connaît guère.

A quand un véritable maire citoyen

Dans ce contexte, une des grandes questions que se posent les gens avertis et dotés de bon sens, est de savoir qui réellement dirige encore la ville ? Tout le monde et personne sûrement. Parce qu’un des adjoints du maire du Plateau faisait récemment la révélation qu’au cours de la destruction d’un marché flottant, un individu tapis dans une ville religieuse, l’a maintenu au téléphone, lui intimant de surseoir à la décision.

Il y a quelques années, à l’occasion, de la célébration par une communauté religieuse du retour ou du départ d’exode de leur guide, le grand portail du port de Dakar, a été fermé pendant une journée bloquant le passage des véhicules qui entraient ou sortaient de cet important pôle économique de la capitale. Les embouteillages qui sont suivis et les dégâts matériels et sur le plan sanitaire même énormes ne semblent déranger personne.

Alors le préfet du département interrogé sur l’opportunité de la délivrance d’une telle autorisation, a juré qu’il n’a jamais vu passer ce papier. Voilà donc Dakar, la cité de toutes les dérives. Une ville où le maire nanti de tous les privilèges, n’est visible nulle part. Au moment les populations du Plateau se plaignent et menacent de se révolter contre l’encombrement humain, point de maire.

Au moment où les marchands de Kermel disent avoir reçu du maire de la ville, l’autorisation de ce dernier, de poser leur cantine sur le terre-plein du marché, point de Pape Diop. Or ces gens, des jeunes, des moins jeunes, des femmes, des filles, se plaignent d’avoir décaissé pour la plupart, la somme de 300.000 Fcfa pour mener leurs activités sur la place Kermel.

Ainsi, de Pape Diop à Farba Senghor, en passant pour tous ces gens tapis dans l’ombre qui se partagent le foncier urbain de Dakar et les dernières poches disponibles de la ville, tout le monde peut dire qu’il dirige la ville. Le malaise est encore visible dans la manière dont l’évolution de la cité est entrain de se faire. Aujourd’hui, Dakar et ses problèmes ont besoin d’un véritable leader. Un maire libre de tout engagement politique dans un parti. Et dont le seul parti devrait être celui des citoyens de la cité qu’il est prêt à défendre contre l’Etat. Bertrand Delanoë, a changé Paris par son audace. Il n’a d’autres maîtres que le peuple de Paris. Que pense Pape Diop des Dakarois. Que fait-il pour rendre propres, les plages envahies, cet été par les jeunes et les moins jeunes dakarois en quête d’air frais. Tout ne saurait se résumer à la surveillance, monsieur le maire. Que pense-t-il de tous ces touristes qui profitent de l’été pour venir à la découverte de la capitale sénégalaise sous l’eau à la moindre alerte pluviale ?

Comment, quand on veut se promener entre l’Assemblée nationale, le Sénat, la mairie de ville et le siège du parti, peut-on dire qu’on dirige la ville. Le profil d’un bon maire doit être celui qui est dessiné par les quartiers de la ville. Jusque-là, tout le mal de Dakar, malgré les intéressants chantiers du régime, est venu de l’accaparement qu’en ont fait le président Wade et son homme de confiance Pape Diop.

Il est temps que la capitale se dote d’un véritable maire. Comme les communes d’arrondissement du Plateau, de Gorée, de Ngor, qui peuvent aujourd’hui se targuer d’avoir à leur tête un véritable citoyen.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1469 fois

Vendredi 10 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State