Référence multimedia du sénégal
.
Google

DAKAR DEM DIKK - Traînés en justice par leurs rivaux syndicaux : Mamadou Goudiaby et Cie accusés d’avoir distrait 25 millions

Article Lu 1814 fois

C’est le 10 juillet prochain que le Tribunal de grande correctionnelle de Dakar va statuer sur la plainte pour détournement de 25 millions de francs Cfa et élection d’un bureau «illégitime» qui oppose les deux syndicats des travailleurs de Dakar Dem Dikk : l’Union démocratique des travailleurs de Dakar Dem Dikk (Uddt) et le Syndicat démocratique des travailleurs de Dakar Dem Dikk (Sdtd).



DAKAR DEM DIKK - Traînés en justice par leurs rivaux syndicaux : Mamadou Goudiaby et Cie accusés d’avoir distrait 25 millions
C’est le 10 juillet prochain que Mamadou Goudiaby et ses camarades de l’Union démocratique des travailleurs de Dakar Dem Dik (Uddt) vont répondre devant le Tribunal de grande correctionnelle sur les accusations de détournement de 25 millions de francs Cfa de la Coopérative d’habitants des travailleurs de Dakar Dem Dik et d’avoir élu aussi un bureau sans l’aval des principaux membres.

Ledit Tribunal, qui a cité hier l’affaire, a ordonné «un renvoi ferme» pour la plaidoirie sur le fond du dossier. Un tel procès n’est que la résultante d’une guerre des tranchées, une guerre larvée à laquelle les deux syndicats de la compagnie de transport urbain, l’Union démocratique des travailleurs de Dakar Dem Dik (Uddt) et le Syndicat démocratique des travailleurs de Dakar Dem Dik (Sdtd) sont en train de se mener.

Délaissant la bataille interne, ils l’ont transposé à un cadre plus élevé, le tribunal où un contentieux les oppose sur le contrôle de la vie syndicale de la boîte. En effet, c’est à la suite de l’élection d’un nouveau bureau où quasiment tous les membres du bureau sortant ont été reconduits pour assurer la gestion de la coopérative d’habitat des travailleurs de Dakar Dem Dik qu’une plainte déposée auprès du Tribunal de grande correctionnelle a été déposée par les camarades de Babacar Diop, le coordonnateur des «membres adhérents de la Coopérative de Dakar Dem Dik». Ces derniers se sont sentis lésés et ont déploré l’absence de concertations qui devaient prévaloir. En effet, selon M. Diop, présent hier au tribunal et, par ailleurs, membre du Syndicat démocratique des travailleurs de Dakar Dem Dik, «ce qui nous oppose à Mamadou Goudiaby, c’est un problème de légalité». Selon lui, «ce bureau qui a été confectionné de toutes pièces par Mamadou Goudiaby n’a pas suivi les textes, les lois sur la coopérative». «Ils ont monté un bureau avec une assemblée qui n’a pas non seulement été convoquée par la coopérative, mais qui n’a pas atteint le quorum. Et, en plus ils n’ont pas informé ni avisé la cellule d’appui qui se charge de la constitution et du suivi de la coopérative.» Pire, ajoute-t-il, «durant leur illégalité, ils ont eu à opérer des transactions financières. Ils ont payé des terrains sans respecter la loi». De telles décisions sont à leurs yeux, dit Babacar Diop, illégales et violent tout principe de bonne gestion de leur coopérative. Elles sont d’autant plus graves ajoute-t-il qu’«ils ont pris de leur propre responsabilité des dépenses financières qui s’élèvent à 25 millions de francs Cfa».

Ainsi, Babacar Diop et ses amis entendent dénoncer «ceux qui veulent colporter les rumeurs qui voudraient que le directeur Christian Salvy soit derrière leur mouvement». Si de telles choses étaient fondées, souligne-t-il, ses amis ne seraient pas en procès contre Salvy -à qui ils réclament leur argent- et contre le bureau de la coopérative.

Pourtant, c’est l’avis de Mamadou Goudiaby du syndicat rival, l’Uddt, et commissaire aux comptes de ladite coopérative, qui affirme que ces agissements ne sont que «des manœuvres, un procès qui serait intenté par Christian Salvy». Ce dernier, à l’en croire, aurait suscité ce procès pour se «soustraire des accusations de malversations financières qui pèsent sur lui». Ainsi, se désole Mamadou Goudiaby : «Si jamais le tribunal nous condamne et dit que notre bureau est illégitime, c’est la fin des poursuites contre Salvy et nous allons être condamnés.» C’est pourquoi, il a balayé du revers de la main toutes ces accusations. A l’en croire M. Goudiaby, une telle plainte ne se justifie pas, car «elle n’est fondée sur rien». Il est d’avis que le bureau qui a été élu le 17 juin passé est bien légitime. Pour montrer qu’ils ont la légitimité, Mamadou Goudiaby et ses camarades ont donné rendez-vous pour le 1 juillet, date de leur assemblée générale qu’ils qualifient d’«assemblée de tous les dangers, un jour véridique».


Yathé Nara Ndoye
Source: Le Quotidien

Article Lu 1814 fois

Mercredi 27 Juin 2007





1.Posté par lhomme sow le 28/06/2007 02:37
ETANT UN ANCIEN DE LA SOTRAC DEVENUE DEM DIK OR WHATEVER THE NAME IS DEPUIS LES MODOU SARR ET MBAYE GUEYE CETTE SOCIETE NE VA JAMAIS CHANGER TOUS CES GENS SONT LABAS QUE POUR CE FAIRE DES SOUS

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State