Référence multimedia du sénégal
.
Google

DAKAR: Comment l'Allemand a été empoisonné par sa concubine

Article Lu 13263 fois

La Cour d'assises de Dakar s'est réunie hier en audience publique sans le jury citoyen pour se pencher d’abord sur les cas d’Ibrahima Diagne et de Fatou Diagne, tous deux accusés d'empoisonnement et complicité de cette infraction au préjudice du ressortissant allemand Johann Hermann Derks dit ‘Hans’, décédé le 6 juillet 2003.



La Cour d'assises de Dakar a ouvert hier sa première session par l’affaire d’empoissonnement sur la personne d’un ressortissant allemand. A la barre de la salle 7 du nouveau palais de justice qui abrite les audiences de la cour, Ibrahima Diagne, administrateur civil âgé de 45 ans et placé sous mandat de dépôt depuis 2004, et Fatou Ndiaye, enseignante âgée de 37 ans et domiciliée à Pikine route des Niayes. Celle-ci a bénéficié d'une mise en liberté provisoire en 2007, après 4 ans de détention préventive. Les deux accusés sont poursuivis pour empoisonnement et complicité de ce crime, au préjudice de Johann Hermann Derks dit ‘Hans’, dont la dame Fatou Ndiaye était l'amante et s'apprêtait à se marier avec lui. Les deux accusés ont comparu à l'audience, assistés de Mes Ciré Clédor Ly, Gorgui Guèye, Augustin Faye, Abdou Rakhmane Sow ‘Lénine’ et Amadou Aly Kane (ce dernier étant constitué lui pour la dame Fatou Ndiaye).
Il est 11 h 30 mn lorsque le président de la cour Bara Niang ordonne que la lecture, par le greffier, des noms des 29 accusés qui seront jugés tout au long de cette session. Ces derniers ont tous répondu présents, de même que les parties civiles et des témoins. A la suite du greffier, l'huissier de justice a procédé à leur appel à la barre. Après quoi les accusés sont priés de regagner la Maison d'arrêt et de correction de Rebeuss (Mac) en attendant leur jour-j. Mais en attendant, Fatou Ndiaye et Ibrahima Diagne sont restés pour être fixés sur leur sort.

A la reprise de l’audience, l'avocat général n'ayant pas d'observation, le président a invité les deux accusés à écouter la lecture de l'arrêt de renvoi en date du 3 juillet 2008, traduit simultanément en allemand et en anglais. Déroulant le film de l’empoisonnement du ressortissant allemand au cours de son interrogatoire, la dame Fatou Ndiaye témoigne : ‘Le sieur Ibrahima Diagne m'a remis un papier contenant des écritures maraboutiques avec de la poudre blanche que j'ai mis dans le jus bissap, avant de le servir à Hans.

Auparavant, j’avais dilué le papier dans de l'eau bénite que j'ai mélangée avec la poudre blanche. Le produit provient d'un certain Chérif Aïdara. Diagne m'a indiqué que Hans serait guéri dans une semaine une fois qu'il consommera la boisson. J'avais intérêt à sa guérison, car je voulais me marier avec lui. J'ai aussitôt exécuté les directives de Ihrahima Diagne. Je ne pouvais, en aucun cas, imaginer que cette poudre blanche était un poison’.

Poursuivant ses révélations, l’accusée dira que, ‘dans la nuit du décès de Hans, le sieur Diagne m'a appelé au téléphone pour me faire savoir qu'il désirait me rejoindre chez moi à Pikine pour me montrer les résultats médicaux. Une fois arrivée, Ibrahima Diagne m'a montré les résultats en m'affirmant que Hans était gravement atteint et qu'il souffrait d'une maladie du foie. Sur ce, il m'a demandé mon accord pour faire disparaître le corps de Hans en cas de décès et qu'en contrepartie, il allait me procurer le Business Atlantic et la fabrique de glace de la société Fisatel, et aussi, un certificat de mariage constatant mon union avec Hans’. Et à l’en croire, elle aurait décliné les propositions de son co-accusé.

C'est au lendemain de l'incident que la gendarmerie de Ouakam a été informée par Ibrahima Diagne de la mort de l'Allemand dans son appartement à Yoff au quartier Toundounya. Les pandores se sont déportés sur les lieux et y ont trouvé le corps sans vie, de même que leur informateur et un médecin du nom de docteur Mamadou Aliou Diallo, en service aux urgences médicales de Suma. Sur interpellation des gendarmes, Ibrahima Diagne semble accréditer la thèse d'une mort naturelle. Poussant leur enquête au fond, les pandores vont découvrir des variations notables sur les causes de la mort du ressortissant allemand. Un médecin légiste sera commis pour effectuer une autopsie. Les résultats vont révéler qu'une substance toxique qui lui a été ingurgitée, a été à l'origine de sa mort. L'autopsie indique une ‘congestion généralisée des viscères’. Ce qui a permis la qualification des faits en empoisonnement. La sœur du défunt allemand, Ursula Dirks, saisit alors la Dic d'une plainte.

L'accusé Ibrahima Diagne a tout réfuté, en indiquant avoir seulement remis à la dame le papier contenant des écritures coraniques. ‘Je ne lui ai jamais remis de la poudre blanche. Mes relations avec Hans étaient seulement professionnelles. On s'apprêtait à monter une usine de glace et de poissonnerie. En réalité, Hans était un Américain d'origine allemande qui a fait beaucoup de pays’, se défend-il.

Pape NDIAYE

Source: walfadrji

Article Lu 13263 fois

Mardi 3 Novembre 2009





1.Posté par lebou ngor le 03/11/2009 19:49
ni rek la gnouy def di liggeey toubab yi gnou diokh lene sene allal bou lene fate ne yallah am na adouna bi lou fi def si lou bakh bou de peepe di ngafayekou

2.Posté par inco le 03/11/2009 20:25
khawma loukofi diare senegal légui liléne khalisse diarale bakéne dafa for bou nioule ak bou wékhe ba thi yame .wa salam

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State